Hérault tribune : L'actu au quotiden dans tout l'Hérault.
Faits divers / Insolite

Antoinette CARDI - Un grand portrait signé Paul-Eric Laures

Outre ses innombrables reportages relatant les grands évènements et les faits majeurs de l’année Le Magazine du Cap d’Agde 2009 qui vient de paraitre aujourd’hui édite, sous la plume dun talentueux journaliste, Paul-Eric LAURES les grands portraits des personnalités marquantes de la cité. Georges RENAULT nous a autorisé à publier ceux de l’année 2009. Vous […]

Outre ses innombrables reportages relatant les grands évènements et les faits majeurs de l’année Le Magazine du Cap d’Agde 2009
qui vient de paraitre aujourd’hui édite, sous la plume dun talentueux
journaliste, Paul-Eric LAURES les grands portraits des personnalités
marquantes de la cité.

Georges RENAULT nous a autorisé à publier ceux de l’année 2009. Vous pouvez bien entendu consulter ceux des années précédentes dans notre rubrique ” TrombinosCap “ qui vous présente désormais prés de 800 personnalités locales. Si vous ne figurez encore pas dans ce ” TrombinosCap “, envoyez nous votre photo, quelques lignes sur votre parcours …
Vous entrerez dans les jours qui suivent dans cet annuaire télématique de notre vie locale Agathoise.
Chaque semaine dans cette rubrique et tout au long de cet été, nous vous présenterons les Grands portaits 2009  du Magazine du Cap d’Agde 2009 en poursuivant cette semaine par :

Antoinette CARDI

Quand elle est arrivée sur la commune, elle a eu un coup de foudre pour
le passé historique d’Agde, ses vieilles pierres et son patrimoine.
Patrice, c’est au Cap qu’il voyait l’avenir et le travail à y faire. Leurs quatre enfants ont grandi ici, Antoinette enrichit toujours sa culture.
Grands
parents comblés, ils apprécient la réussite de leurs enfants, et après
avoir été assureurs puis syndic de copropriétés ici, coulent des jours
heureux à la Villa Lantana, la maison de famille transformée en
Chambres d’hôtes. Elsa, Brice, Audrey et Andréa ont 18 ans d’écart,
représentant à eux seuls toute une génération qui a grandi sur les
quais du Cap… et sur l’île des loisirs ! Des relations basées sur la
franchise et la confiance leur ont offert une jeunesse encadrée mais
dorée, avec un papa qui bosse tout le temps et une maman à 100%.

Elever des enfants… dans les îles
C’est pour faire des enfants qu’Antoinette s’est mariée,
un jour d’examen à Châteaudun. Pensionnaire au Mans puis créditée d’un
bac scientifique à Paris avant la fac de médecine, ses études avaient
croisé le regard de Patrice. A 15 ans son coeur flanche, et ce garçon à
peine plus âgé qu’elle l’épousera cinq ans plus tard, dans la ville de
sa naissance. Motivée à l’idée de faire des bébés et d’élever des
enfants, voici une jeune mariée fille unique suivre son loulou embauché
par un laboratoire pharmaceutique. Leur première fille, Elsa, soufflera
sa deuxième bougie dans l’Océan Indien, quelque part vers Madagascar.
Brice naîtra à la Réunion quatre ans plus tard. Ils passèrent ainsi
cinq années entre l’archipel des Comores, les Seychelles, l’île Maurice
ou Djibouti. Végétation luxuriante, paysages idylliques, déménagements
incessants, vols en avion permanents, ça n’empêche pas Antoinette de
passer une licence d’histoire géo, avec deux enfants et avec plaisir.
Hasard ou prémonition, elle fera d’ailleurs une thèse sur les
Gallo-romains, synonymes de culture agathoise. Le boulot de Patrice
pour le laboratoire américain Bristol allait bon train, et les voici
partis vers la Côte d’Ivoire. Mais là, finie la vie insulaire, d’autant
plus que le pays est en crise, une vraie, avec son lot d’insécurité, la
vie hors de prix et de gros soucis. Antoinette y reprendra la fac
quelques mois, pas très motivée par l’environnement qu’elle y trouvait.
A Abidjan ils ne resteront pas longtemps, l’occasion pour Patrice de
quitter le labo et préparer une reconversion.

Assureur à Agde
A leur retour en France, Antoinette et Patrice apprendront ensemble le métier d’assureur en Touraine,
fief de leurs familles. Période de prospection sur la côte d’Azur mais
projet d’installation sur Caen, ils ont finalement opté pour le
littoral méditerranéen.
D’autant plus que le parrain d’Audrey, née deux ans plus tard, leur avait parlé de cette ville d’Agde, riche d’eau et d’art.
Antoinette sera attirée par la vieille ville et le passé.
Patrice par l’aventure du Cap et l’avenir. Leur maison au bord du
fleuve Hérault, et leur cabinet d’assurance installé place Molière
durant cinq ans. “Abeille Paix” élisait ensuite domicile rue Jean Roger
dans un centre ville plein de vie, et leur maison du Cap se
construisait.

Patrice multipliait les contrats et Antoinette accouchait d’Audrey en faisant la compta.
Après
une dizaine d’années d’assurance et forts des expériences en matière de
sinistres en résidences, l’idée leur vient de créer un syndic de
copropriétés. Eurogestion sera alors crée au centre
ville avant de venir s’installer au Cap d’Agde, où le nombre de
résidences potentiellement gérables se multipliait d’année en année.

Syndic et agent immobilier
Exotique à souhait, l’adresse d’Eurogestion au Cap est avenue d’outre-mer,
sur le rond-point des Antilles. Gérer des résidences est loin d’être
simple, faire avec les humeurs des copropriétaires une autre histoire.
Après un BTS tourisme, leur fille aînée préparait une maitrise
d’aménagement du territoire quand elle a finalement créé la partie
locations saisonnières dans l’entreprise. Syndic, locations puis
transactions feront d’Eurogestion un pilier de l’immobilier au cap
d’Agde.

“Esprit de famille”
Entre- temps, Andréa était né et le Cap d’Agde s’était développé à un rythme effréné.
Des
problèmes de santé pousseront Patrice à se séparer de l’activité syndic
et l’entreprise de nettoyage créée simultanément, tandis que les filles
continuaient à assurer la location-transaction. Elsa en reprendra les
commandes l’année où la France était championne du monde de football,
Antoinette se retirant progressivement.
Alors qu’une page séculaire se tournait,
le constat d’une maison trop grande se propageait dans sa tête et dans
son coeur. Cette vaste et belle maison sur les hauteurs de Maraval,
construite en 1980, qui vivait régulièrement au rythme des apéros, des
fêtes entre amis et amis des enfants. 3 500m2 de bonheur en jardins,
piscine chauffée, boulodrome et tennis, toujours prêts à accueillir les
copains. Trois enfants désormais indépendants et l’envie de la faire
revivre différemment mèneront à la réalisation d’un projet non dénué
d’intérêts pour ceux qui vont pouvoir en profiter : Villa Lantana –
Chambres d’hôtes.

Villa Lantana et les petits enfants
Antoinette et Patrice aménagent cinq chambres confortables, à
l’ambiance thématique inspirée par les fleurs. 11 000 vis plantées dans
le bois exotique des terrasses et quelques milliers d’heures de travaux
plus tard, la maison de famille s’est transformée en villa des vacances
pour des hôtes fidèles, qui parfois reviennent deux ou trois fois par
an. Hammam, jacuzzi, planchas et grillades occasionnelles, les
références qualité dans les guides spécialisés orientent vite la
clientèle vers ces chambres raffinées et joliment colorées à
l’environnement luxuriant et dépaysant.
Septième saison cette année à la Villa Lantana ! Antoinette
y est heureuse comme un poisson dans l’eau, Patrice comme un coq en
pâte, et le perroquet comme un oiseau en liberté, pour de vrai ! Les
enfants sont là souvent, les petits enfants aussi. Elsa est mariée à
Yohann, brillant dans l’architecture et la décoration, élevant trois
enfants nés à Sète, Nolan a neuf ans, Iloé trois ans et Nessyl est née
en fin d’année dernière. Brice marié à Bénédicte est administrateur de
biens à Paris, papa de Léana, huit ans, et Roman, 4 ans, Audrey
travaille aussi à Paris comme designer, et Andréa poursuit son cursus
universitaire à Sydney après une année passée à San Francisco.
Antoinette veille au grain, où qu’ils soient dans le monde, et cette
maison est un point convergent régulier et permanent.
Entre sa famille et les hôtes, Antoinette trouve le temps d’élargir sa culture avec les “Amis d’Agde”, association
oeuvrant pour la sauvegarde du patrimoine local, ou auprès de “femmes,
cultures, méditerranée” pour l’avenir, les échanges et les rencontres.
Avec l’Université du Temps Libre, elle apprend l’histoire de l’art ou
prend des cours de russe et de chinois. Elle accumule les bouquins
d’art, de peinture, et voue une passion sans borne pour les chiffres
sous toutes ses formes. Certes, il y a le bac scientifique ou les
tonnes de compta, mais surtout la numérologie et les références datées
révélant des faits peut-être loin du hasard. Et en matière de chiffre,
c’est bien le 40 qui viendra marquer les années de bonheur
“officielles“ avec Patrice le 7 septembre 2010…

http://nsa08.casimages.com/img/2009/07/14/090714115641747217.jpg

http://nsa08.casimages.com/img/2009/07/14/090714115653563942.png

Cet article de notre rubrique Trombinoscap a été publié avec l’aimable autorisation du :

voir l'image en taille réelle

” Magazine du Cap d’Agde ” de Georges Renault
d’après un texte de Paul-Eric Laures

Les illustrations sonores sont choisies par la rédaction à titre purement llustratif.

Elles sont totalement indépendantes du signataire de l’article




Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.