BESSAN - Une fête locale ancestrale basée sur la légende de l’âne de Bessan

A Bessan se déroule, depuis fort longtemps, un rituel autour d’un âne totem pouvant…

A Bessan se déroule, depuis fort longtemps, un rituel autour d’un âne totem pouvant paraître curieux. Les Bessanais d’origine connaissent les légendes de cet animal mais, la commune s’enrichissant de nouvelles âmes, il semble opportun de les partager. Il persiste plusieurs légendes, mais une d’elle semble la plus plausible. Les anciens du village parlent d’un marché aux ânes s’accompagnant d’une tradition qui voulait que l’on décore le plus beau des ânes de la foire, puis qu’on le promène dans les rues pour l’honorer. Un jour, l’âne se serait échappé de la foule pour se réfugier dans l’église.

Les archives ne semblent pas préciser la tenue d’un marché aux ânes à Bessan mais évoquent toutefois une grande foire à l’époque de la Saint-Laurent, créée par François Ier. Pour faire revivre cette légende, les Bessanais auraient alors fabriqué un âne factice, qu’ils auraient fait défiler dans les rues du village, puis le faisant bénir par le curé. Peu importe sa naissance, il est devenu un des emblèmes du village et les habitants sont très fiers de ce qu’il symbolise aujourd’hui. Sa représentation actuelle est une charpente en bois, couverte de toile de jute et décorée d’une multitude de fleurs en crépon de toutes les couleurs. De part et d’autre de ses flancs, la tuque est représentée ainsi qu’un magnifique coq.

La tête, grâce à laquelle on reconnait l’identité du quadrupède, est une sculpture peinte, fabriquée à partir de mousse polyuréthane. La queue de l’animal est une véritable queue de cheval ornée d’un gros nœud aux couleurs du drapeau français. Chaque année, l’âne est orné par la jeunesse locale selon leur goût et l’année est apposée sur le dos. Bien en amont de la fête, les préparatifs débutent par l’élection de chefs de jeunesse et demoiselles d’honneur. Ces jeunes ont la responsabilité de représenter la jeunesse locale et de contribuer à une fête populaire et de qualité. Les traces de cette tradition remontent à 1788 où deux jeunes hommes furent chargés d’organiser un bal pour la Saint-Laurent.

En 1958, apparaissent à leurs côtés, trois filles, appelées initialement « cheftaines ». La tradition se perpétue depuis, même si elle évolue un peu avec l’apparition d’un petit âne, du drapeau occitan et du fait que les jeunes filles sont souvent quatre désormais. L’âne totem permet ainsi aux plus jeunes de se rassembler autour des mêmes valeurs lors de la fête de la Saint-Laurent (toujours autour du 10 août) alliant générations, traditions et fierté d’être originaires d’une même cité, que l’on y soit né ou pas.

La municipalité, très attachée à la valorisation de l’animal emblématique, soutient avec force et intérêt toute initiative mettant en valeur l’âne. Outre une aide financière aux associations chargées d’organiser l’évènement, la municipalité est un des acteurs principaux de ce rendez-vous cher à la population. Sans se l’approprier ni imposer, elle se positionne aux côtés des porteurs de la tradition locale, soutien et encourage la verve populaire, expression de l’identité locale. Sen de Bessan !

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.