BON USAGE DES RALENTISSEURS

BON USAGE DES RALENTISSEURS Nous avons vu fleurir, sur le territoire agathois, bon nombre…

BON USAGE DES RALENTISSEURS

Nous avons vu fleurir, sur le territoire agathois, bon nombre de ralentisseurs de formes diverses et variées.

En zone urbaine, il est nécessaire de faire cohabiter la vie locale des habitants et la circulation automobile. Le premier moyen mis en œuvre est la limitation de vitesse à 50 km/h, voire 30 km/m (ou moins) dans certains lieux où configuration et fréquentation imposent une vitesse minimale. Il ne faut pas que piétons et cyclistes courent un risque. Il s’avère aussi que la limitation de vitesse n’est pas suffisante et il convient alors de déployer d’autres aménagements, chicanes (si le contexte le permet) et ralentisseurs par exemple. Au Portugal, on utilise le feu bicolore (vert et rouge) qui se met au rouge lorsque le radar détecte un dépassement de la vitesse autorisée (gare au bruit lorsque le feu passe au vert). C’est ce que l’on pourrait installer route du cap, cela éviterait les armadas de policiers, municipaux ou nationaux, avec leur lunette, au rd point Ch.Miquel. Ils pourraient patrouiller au centre-ville

Les ralentisseurs sont parmi les moyens les plus contraignants et doivent être utilisés avec discernement. Depuis 1994 (décret du 27 mai), des normes très précises accompagnent leur installation, il ne faut pas que le ralentisseur présente un danger pour l’automobiliste. Les collectivités avaient 5 ans pour mettre leurs ouvrages aux normes !

On distingue plusieurs types de ralentisseurs : dos d’âne, plateau, coussin, trapèze. Ils ne doivent être implantés que sur une section limitée à 30 km/h

Les ralentisseurs de type trapézoïdal (ouvrage de forme trapézoïdale convexe aménagé sur la chaussée) doivent comporter obligatoirement un passage pour piétons. A l’inverse, il est interdit d’implanter des passages piétons sur les ralentisseurs de type dos d’âne (ouvrage de forme circulaire convexe aménagé sur la chaussée). Ces ouvrages ne doivent pas dépasser 10 cm de hauteur, la pente d’attaque ne doit pas excéder 7% pour les trapézoïdaux, et leur construction ne doit pas entrainer d’accumulation d’eau, mais faciliter son écoulement.

y(4)

Vous trouverez au Grau d’Agde, juste après la criée, 3 ralentisseurs qui sont mal ou pas signalés. Idem sur le chemin de N.Dame à St Martin et sur l’avenue P.Balmigère et le chemin des 7 Fonts (5 ralentisseurs). Cette liste n’est pas exhaustive. (Celui se trouvant au grau n’est pas mal aussi situé à l’angle de la rRue Beaulieu /chemin des 3 pins)

Les coussins (le cousin de Berlin est le plus connu) sont en surélévation, mais ne couvrent qu’une partie de la chaussée. Les cyclistes peuvent utiliser la partie latérale, les autobus le franchissent sans désagrément.

Rue Jean Roger, 2 coussins : le premier n’est pas pré signalé, le deuxième n’est ni pré signalé, ni signalé. Rues Louis Bages et Honoré Muratet : pas de pré signalisation

uu

Les plateaux constituent une surélévation de la chaussée sur une certaine longueur. Caractéristiques géométriques : la hauteur du trottoir moins 2 cm, sans pouvoir excéder 15 cm, pente maxi 10%, vitesse limitée à 30 km/h. Il est recommandé de constituer le plateau et ses rampants d’un matériau différent de celui de la chaussée. En Agde, le meilleur contre exemple se situe sur la route de Rochelongue, le long du cimetière et boulevard Jean Monnet, sur la partie proche du collège et du lycée.

Route de Rochelongue, il y a 5 plateaux où le constat est rigoureusement le même : pas de signalisation avancée (2 panneaux), la limitation se trouvant à l’entrée du plateau. Nous proposons de limiter cette portion à 30 km/h et de modifier la signalisation. Cela éviterait aux véhicules de freiner brusquement sur un obstacle qui n’est pas annoncé, et de ré accélérer pour freiner 50 mètres plus loin.

yy(1)

Boulevard Jean Monnet (coté lycée), il y a un plateau à hauteur du parking. Ce plateau n’est pas annoncé, la vitesse n’est pas limitée à 30 km/h. Cette zone est très fréquentée par nos enfants, il parait nécessaire, 1 de limiter la vitesse à 30 km/h entre le rd point L.Forestier et le rd point C.Miquel et 2, de mettre en place la signalisation de ce plateau.

Maintenant, que dire et redire des « passages surélevés » ! Ce ne sont que des ralentisseurs déguisés qui ne bénéficient d’aucune pré signalisation. On en trouve partout, sur tout le territoire de l’archipel et on arrive dessus sans crier gare. Qui est responsable en cas d’accident ou de sinistre à un véhicule ?

Signalisation : signalisation avancée(ou pré signalisation) : panneau triangulaire blanc bordé rouge et panneau de limitation de vitesse, entre 10 et 50 mètres avant le ralentisseur. Signalisation : panneau carré sur fond bleu juste avant l’ouvrage, accompagné éventuellement du panneau passage piétons.

Mais attention aux clientélismes, il est nécessaire que leurs implantations soient réellement justifiées, ne devant pas se faire n’importe comment, et n’importe où

Pour le Bureau

Le Président Jacques TREILLE

Association agréée pour l’Urbanisme et l’Environnement. Elle défend aussi le Patrimoine communal et la Qualité de la Vie (Bruit, Sécurité, Hygiène et Propreté, Circulation Stationnement)

L’Association peut, en outre, apporter une aide à ses adhérents sous forme de conseils ou d’assistance.

Adresse postale : B.P.30010 – 34 301 AGDE Cedex

Notre Site Internet www.agde-agathe1901.com Adresse Courriel : assosagathe@orange.fr

Permanences tous les samedis matin de 10 h30 à 12 heures à son siège social 2 rue de la Poissonnerie, centre historique de la cité à AGDE ville la cité à AGDE VILLE

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.