Comment faciliter la rentrée de l’enfant ? La psychologue Sylvie Sampol nous répond

Psychologue, psychothérapeute, formatrice professionnelle et conférencière, Sylvie Sampol reçoit dans son cabinet à Montferrier sur Lez, des adultes, des enfants et des couples.

Afin d’accompagner du mieux possible les enfants pour cette nouvelle rentrée, nous lui avons demandé quelles étaient les clés pour améliorer le bien-être de l’enfant et répondre aux inquiétudes liées au Covid.

Quels sont les principaux enjeux de la rentrée de l’enfant ? 

Bien préparer la première rentrée de l’enfant est essentiel. C’est entre 0 et 5 ans que l’enfant construit ce qu’on appelle “une sécurité intérieure” grâce aux parents et aux professionnels de l’éducation qui l’entourent. C’est cette construction qui permet leur maturation.

L’une des choses à surveiller de près est la première séparation. Les enfants ne sont pas capables de gérer la séparation seuls. Ils n’ont pas tous la même vision de la rentrée, cela se passera facilement pour certains. Pour les autres, il ne faut pas hésiter à faire visiter l’établissement pour qu’ils s’approprient les lieux et créer un lien fort avec les personnes qui vont s’occuper de l’enfant toute la journée (professeur des écoles, ATSEM). Si l’enfant pleure au moment de la rentrée ou de l’arrivée en classe, c’est simplement son moyen d’exprimer son anxiété, celle-ci devrait disparaitre au fil du temps.

C’est aussi pour cela que les crèches ont des protocoles d’adaptation permettant à l’enfant de s’habituer au nouvel environnement et à ses professionnels sur des temps progressivement plus grands.

Quelles sont les situations qui appellent à une plus grande vigilance ? 

Ce qu’il faut savoir, c’est que la sécurité intérieure de l’enfant est souvent déstabilisée par l’arrivée à l’école, le passage en CP, “l’école des grands”, ainsi qu’au collège, où la multiplication des professeurs et des devoirs peuvent chambouler l’adolescent. Tous ces changements peuvent apporter de l’anxiété, particulièrement dans une société qui a la culture de l’excellence. 

Dans un contexte sanitaire comme celui que nous sommes en train de vivre, ils doivent davantage lutter contre le décrochage scolaire et tenter de reprendre un rythme normal. C’est très compliqué, surtout que la situation épidémique a mis le bien-être au second plan.

Comment encourager le dialogue avec l’enfant ?

Pour aider l’enfant à retrouver une sécurité et une stabilité intérieure, il est important d’échanger. Lorsque les enfants ont du mal à mettre des mots sur leur mal-être, l’une des clés est de ne pas directement parler du sujet mais de mettre en avant l’émotion. Sur le sujet, l’ouvrage La couleur des émotions d’Anna Llenas est un bon outil pour aider l’enfant à communiquer. 

Les parents doivent prendre conscience que les émotions sont légitimes, même si elles ne s’inscrivent pas dans une réalité. Par exemple, si l’enfant est en colère, plutôt que de rationaliser, il faut lui dire qu’il a le droit d’être en colère et encourager le dialogue pour découvrir la source du problème. Il est essentiel d’interagir.

L’autre point important est que l’enfant imprime, il s’inspire des comportements des adultes face aux conflits pour construire ses réactions. Si les émotions sont mal gérées par l’adulte, l’enfant risque de suivre le même chemin.

Avec le Covid, les sujets de la maladie et de la mort se sont invités dans le quotidien des enfants. Comment doit-on gérer l’arrivée de ces questions existentielles  ?

Les questions de ce type sont courantes dans la construction de l’enfant, dès le plus jeune âge. Avec la pandémie, leur présence a été accélérée et accentuée. Déjà au moment des attentats, la peur avait grandi, mais à l’époque les parents pouvaient encore se montrer factuels pour rassurer l’enfant. Avec la maladie, cela n’est pas possible car tout le monde manque d’informations. L’erreur à ne pas faire est de donner à l’enfant une réponse dans laquelle on ne croit pas. Ceci est totalement contre-productif puisque l’enfant possède une meilleure lecture des émotions, il comprendra rapidement que l’information fournie n’est pas la vérité et cela peut mener à une augmentation de l’anxiété. 

Pour les plus grands, l’accès à Internet fait qu’ils auront accès à une quantité de “vérités”. Il est essentiel de les accompagner dans leurs curiosités, tout en leur rappelant que l’objectif n’est pas de trouver “LA” vérité.

A propos d’Internet et des jeux vidéos justement, que faire lorsqu’on doit limiter le temps passé sur les écrans ? 

C’est un sujet très compliqué pour de nombreuses familles. Pour l’enfant, il s’agit d’une fuite, d’un plaisir immédiat. Il est difficile pour lui de poursuivre un plaisir qu’il faut construire avec du temps et des efforts.

Pour remettre des règles, l’échange est la clé. En demandant directement à l’enfant quels sont ses besoins, en discutant du jeu et des sensations qu’il lui donne, voire jouer avec lui de temps en temps, il sera plus facile de fixer des limites progressivement. Il faut rendre l’enfant acteur de ces changements.

Les adultes doivent être conscients que l’enfant ne peut pas s’arrêter tout seul, les phrases telles que “tu avais dit que c’était ta dernière partie, je ne peux pas te faire confiance” sont vides de sens. C’est aux parents de gérer et de poser les limites. Il faut aussi que certains adultes se remettent en question à propos de leur relation aux écrans. Si l’un des modèles parentaux passe son temps sur la console, la TV ou l’ordinateur, l’enfant risque d’intégrer le comportement comme quelque chose de normal.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.