Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

Conseil Municipal du 23 JUIN : La Fusion des agglomérations expliquée par le Maire d’Agde.

Conseil Municipal du 23 juin 2011 : La Fusion des agglomérations expliquée par le Maire d’Agde.…

Conseil Municipal du 23 juin 2011 :
La Fusion des agglomérations expliquée par le Maire d’Agde.
par Brice BLAZY


Etant présent au conseil Municipal d’Agde du 22 juin où le Maire d’Agde à invité à un débat qu’il a souhaité démocratique et républicain, j’ai constaté qu’il a monopolisé la parole et fait état de nombreuses contrevérités ou mensonges par omission qu’il convient de corriger.

L’Etat des lieux territorial et politique concernant les fusions d’agglomérations dans le département de l’Hérault et plus particulièrement en ce qui concerne Agde-Pezenas, Sète Frontignan a été réalisé à partir d’une présentation de type « powerpoint » présentant des concepts généraux et des chiffres (sans date et sans source). A plusieurs reprises le maire a d’ailleurs indiqué parler de chiffres « officiels » et de logiques de territoires parlant du déversement des eaux de pluies vers l’étang, les ressources en eaux naturelles (le sous sol) qui donc permettait d’avoir des synergies et des liens sur ce schéma territorial.

Les arguments mis en avant ont été ceux du tourisme indiquant qu’il n’y avait pas de concurrence sur le territoire mais que des complémentarités.

Le principal atout le port de Sète (Régional) selon le Maire qui peut permettre de développer économiquement et touristiquement tout le territoire Agde, Sète, Frontignan.

Il faut développer la logistique du port de Sète qui à un besoin de développement de logistique car il n’existe plus de disponibilité sur Sète.

Cet argument ne tient pas car la ville de Frontignan (limitrophe) et Montpellier sont à proximité et offrent de grosses possibilités de développement au regard des infrastructures existantes. De plus le port est Régional pas communal ou intercommunal.

La nouvelle loi permet les fusions d’agglo alors on peut fusionner Agde Sète.

Cet argument permet également de défendre les fusions d’Agde et de Béziers de la même manière.

L’Etang de Thau et les conchyliculteurs ont besoin de l’agglomération Agde/Sète.

Agde et Sète pourraient en fusionnant avec Mèze avoir une politique commune pour les conchyliculteurs et créer une zone comparable au bassin d’Arcachon.

Agde n’a pas un centimètre de territoire en commun avec Mèze, comme une ultra-majorité de commune de l’agglo Agde Hérault Méditerranée. Un GIE peut permettre de défendre les intérêts des conchyliculteurs avec un relai à la Région et à l’Europe avec le soutien du député de la circonscription pour assurer un suivi des aides Européenne et en particulier de la PAC.

L’argument pour les élus d’Agde et Sète : on s’entend bien avec Sète et pas du tout avec Béziers.

Le fait de s’entendre ou non ne semble pas devoir constituer l’avenir d’un territoire.

Le seul lien Agde et Sète est Marseillan, commune limitrophe d’Agde (sur le canton d’Agde) et sur le SCOT de Sète qui est véritablement partagée entre deux territoires où ses intérêts sont contradictoires. Le choix est effectivement très difficile à trancher pour cette commune qui est liée à l’économie de l’étang de Thau et ville fortement liée à Agde.

A ce jour Marseillan est rattachée à l’agglomération de Sète (Thau Agglo) et vient de signer un partenariat avec l’aéroport de Béziers Cap d’Agde.

Au sujet du SCOT de Béziers, celui-ci a fait l’objet d’une charge inouïe de la part du Premier magistrat qui l’a traité de structure insignifiante, sans intérêt et que la ville ne signerait jamais rien dans son cadre car pas d’accord avec le plan de développement défini (Agde fait parti du SCOT depuis 2004 et le Maire en est vice-président). Que de temps perdu Mr le Maire…

Il s’est également violemment insurgé contre ceux qui défendent un développement économique fort autour de l’aéroport de Béziers-Cap d’Agde et d’une orientation de l’agglo vers Béziers considérant que l’aéroport peut fonctionner seul via un syndicat mixte sans avoir à travailler avec les agglos. Pourtant les agglos Agde et Béziers financent aujourd’hui le syndicat mixte…

Concernant le pôle universitaire de Béziers mis en avant par un conseiller municipal le Maire c’est insurgé également en faisant preuve du plus grand mépris à l’égard de celui-ci indiquant que Béziers n’avait pas un pôle universitaire ayant pignon sur rue au niveau international… les Agathois scolarisés à Béziers apprécieront. A noter qu’il n’y en a pas à Sète aujourd’hui.

Au-delà des projets, il convient de respecter les Agathois, les Sétois ou les Biterrois.

L’attitude du Maire d’Agde vis-à-vis du Biterrois m’a choqué.

Que le Maire d’Agde souhaite se tourner vers Sète n’implique pas qu’il dénigre de la sorte le Biterrois comme il l’a fait c’est indigne d’un élu parlementaire de la République qui est censé représenter tous les citoyens à l’Assemblée Nationale au-delà de sa circonscription.

De la part de ceux qui ont défendu de rejoindre le Bitterois il n’y a eu aucune attaque vis-à-vis de Sète, Frontignan, Mèze en rentrant dans des comparaisons malsaines comme l’a fait le Maire ce soir en Conseil Municipal, j’ai personnellement trouvé cela déplorable de la part du premier magistrat qui invitait à « élever le débat ».

Dernier argument invoqué l’opportunité d’une dotation supplémentaire de 6 millions d’euros, soit moins de 2% du budget total de la future agglo. Un supplément de budget qui ne donnera pas les moyens de tirer vers le haut ce territoire. Quand on sait que le centre nautique va certainement coûter plus de 12 millions d’Euros hors frais de fonctionnement.

Le maire a ensuite ouvert les débats et invité l’opposition à argumenter en faveur du projet d’agglomération Agde-Béziers indiquant que pour lui il n’existait pas à ce jour un seul élément objectif qui pourrait l’inviter à le faire.

Pourtant Mr le Maire, il y en a de nombreux :

Les avantages a fusionner les agglomérations d’Agde-Pezenas et de Béziers :

 

Il existe une logique historique et économique entre Agde-Pezenas et Béziers.

La logique de l’historique d’Agde aurait été de fusionner l’agglo d’Agde-Pezenas à celle de Béziers cela pour 3 raisons majeures :

-La Sebli a construit la station du Cap d’Agde : Agde-Pezenas et Béziers ont des liens historiques majeurs y compris aujourd’hui dans le cadre de la réhabilitation du centre ville d’Agde.

-Béziers et Agde-Pezenas appartiennent au même SCOT, cela doit avoir des conséquences importantes pour l’avenir (PLU commun)

-Un développement économique important avec en partage l’aéroport de Béziers-Cap d’Agde Vias, le pôle universitaire de Béziers (IUT, facultés), le partage d’un pôle industriel sur Béziers qui se développe lentement mais surement.

A noter également que l’agglomération de Béziers a déjà plusieurs stations balnéaires dans son périmètre : Portiragnes, Vendre, Valras, Sérignan.

Un découpage administratif existe sur le bassin du grand Béziers (Scot, emploi, carte scolaire,..).

La CCI de Béziers couvre l’ensemble du territoire des agglos Agde-Béziers.

Des synergies dans les domaines économiques et touristiques sont possibles et déjà en cours.

Les Tribunaux de justices de Béziers couvrent les territoires des agglos Agde-Pezenas et Béziers.

Concernant le tourisme cher à Monsieur le Maire, qu’est-ce qui permet un développement touristique et économique d’un territoire ?

Ce sont les infrastructures Monsieur le Maire.

Des actions en commun sont possibles pour le tourisme autour de grosses infrastructures :

-l’A75 (Autoroute permettant de relier Paris/Béziers, autoroute gratuite qui traverse la France et qui est amenée à se développer fortement car ouverte depuis quelques mois seulement) et traverse l’agglo Agde-Pezenas jusqu’à Béziers.

-Aéroport (200 000 passagers par an en forte croissance).

Il existe des possibilités de concentration de moyens sur Béziers/Agde-Pezenas.

L’opportunité est unique par rapport à Montpellier qui sature (Projet de doublement de l’A9 qu’il convient de défendre au plus vite).

Le bassin d’emploi Agde-Pezenas Béziers correspond également au territoire des deux agglos Agde-Pezenas et Béziers (Maison de l’Emploi / Actions pour l’Emploi pilotée par le sous-préfet quel devenir des dispositifs gouvernementaux si cette logique s’arrête ?).

Y a-t-il une recherche de la part des élus ayant engagé cette procédure de ne plus dépendre de l’Etat de ne plus s’appuyer sur l’administration ? Est-ce dans l’intérêt des populations ?

Autre intérêt les infrastructures de type Aire des gens du voyage qui peut être traité à l’échelon de l’agglo Agde-Pezenas-Béziers et sera dans ce cadre peut-être plus facile à gérer et à régler en évitant d’imposer des aires aux communes en particuliers et en destinant des aires plus importantes ( régler le problème des aires pour les gens de voyage qui ne sont pas aux normes et ne répondent pas au cahier des charges fixé par la loi).

Agde-Pezenas-Béziers, permettrait la mise en place d’une politique de traitement des déchets sur l’agglomération Agde-Pezenas toujours au point mort malgré la loi (La loi n°92-646 du 13 juillet 1992, relative à l’élimination des déchets ainsi qu’aux installations classées pour la protection de l’environnement. Ceux-ci sont envoyés par camions dans des centres de traitements sur le département où à l’extérieur (quid du grenelle de l’environnement et de son respect…).

Un autre dossier et un enjeu majeur est la gare TGV, le biterrois et Agde (Cap d’Agde première station touristique européenne) en s’alliant sur ce sujet en mettant en avant les infrastructures en place Agde-Béziers peut et doit obtenir cette Gare TGV, il y a donc une légitimité à Agde et Béziers de recevoir cette gare TGV.

Le mise en deux fois deux voies de la Départementale reliant Bessan (A75/A9) au Cap d’Agde.

L’agglomération Agde-Pézenas a été créée initialement pour permettre d’aménager le fleuve Hérault et prévenir les risques importants d’inondations d’Agde et de ses environs (inondations très importantes en décembre 1997). Qu’est-ce qui a été fait à ce jour par l’agglo fondée par le Maire d’Agde pour traiter initialement ce problème ?

 

Le problème du choix de Marseillan pour un rapprochement avec Sète ou Béziers relève du choix des Marseillanais et ne peut en aucun cas remettre en cause le rapprochement des deux agglos comme Agde et Béziers.

L’ensemble de ces éléments auraient mérités que le Maire d’Agde fasse preuve de plus d’ouverture d’esprit et de respect à l’égard de nos concitoyens et voisins Biterrois et qu’il propose d’étudier les deux schémas au Conseil Municipal de ce soir.

Son comportement trahi une orientation monolithique et intéressée manquant de hauteur et de perspective. Le Maire a joué sa partition, une fable gentille au pipeau amenant avec lui ces conseillers n’ayant aucun avis ni arguments complémentaires pour permettre la construction d’un véritable projet d’avenir.

C’est dommage…

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.