Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

Des incidents préalables à l'accident dans l’installation nucléaire Centraco (Gard) en Avril et Aout 2011

L’ASN a activé à 12h30 son centre d’urgence (situé à son siège à Paris…

L’ASN a activé à 12h30 son centre d’urgence (situé à son siège à Paris XII) à la suite d’un accident survenu dans l’installation nucléaire Centraco (Centre de traitement et de conditionnement de déchets de faible activité) située sur la commune de Codolet à proximité du site de Marcoule (Gard).

Selon les premières informations, il s’agit d’une explosion d’un four servant à fondre les déchets radioactifs métalliques de faible et très faible activité.

Un premier bilan fait état d’un mort et de 4 personnes blessées dont une grave.

Il n’ y a pas de rejets à l’extérieur de l’installation.

L’exploitant a déclenché son plan d’urgence interne conformément aux procédures.

Centraco est exploité par la société SOCODEI. L’installation a pour objet le traitement de déchets faiblement ou très faiblement radioactifs, soit par fusion pour les déchets métalliques, soit par incinération pour les déchets incinérables.

L’ASN est en contact permanent avec la préfecture du Gard et l’exploitant. Elle a mobilisé sa division de Marseille, géographiquement compétente, et a dépêché des inspecteurs à la préfecture et sur le site

Ce communiqué  du 12 septembre 2011 à 13h45    a été porté à notre connaissance par l’ AUTORITE DE SURETE NUCLEAIRE Communiqué

Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET supervise la mise en place de la cellule locale de gestion de crise
 
Suite à l’accident survenu à Marcoule (84) sur le site de CENTRACO, filiale d’EDF centre nucléaire de traitement et de conditionnement, Nathalie KOSCIUSKOMORIZET, ministre de l’Écologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement, se rend sur place pour faire un point sur la situation avec la cellule de crise mise en place localement.
 
A 12h37, une explosion est survenue dans un four de fusion de métaux entrainant la mort d’une personne et en blessant 4 autres dont une gravement. Centraco étant spécialisé dans le traitement des déchets très faiblement radioactifs, la ministre a tenu à venir personnellement pour avoir une évaluation précise des éventuels impacts radiologiques de cet accident.
 
A ce stade, aucun impact à l’extérieur n’a été détecté, mais des inspections et des mesures sont en cours de réalisation à l’intérieur du bâtiment.
 
Arrivée de la ministre sur place prévue à 17h15  


Hérault tribune a consulté les archives de l’ASN concernant ce site CENTRACO :  
Deux événements récents soint suscpetibles d’apporter quelques piéces supplémentaires à l’analyse de chacun:


Le premier est récent et date du 15 Aout dernier relayé par un communiqué ASN du 23 Aout

Perte des deux chaînes de surveillance assurant le contrôle radiologique des rejets d’effluents gazeux de l’installation

Paris, le 23 Août 2010
Avis d’incident
 

Installation(s) concernée(s) :

  • CENTRACO – Traitement de déchets et effluents radioactifs – Marcoule – SOCODEI

Dans la nuit du 15 août 2010, lors du fonctionnement de l’incinérateur, une défaillance de l’alimentation électrique a occasionné l’arrêt du dispositif de contrôle des rejets gazeux à la cheminée, pendant une durée de quatre heures et dix minutes. Dès la détection de cette défaillance, l’exploitant a arrêté l’introduction de déchets solides et liquides dans l’incinérateur.

Cette interruption dans la surveillance radiologique des rejets d’effluents gazeux de l’installation a pour origine la défaillance d’un disjoncteur situé en aval de l’alimentation électrique des deux appareils de mesure servant au contrôle des rejets gazeux. Cette alimentation unique, qui constitue un circuit appelé « de mode commun », a été remise en service afin d’assurer la surveillance des rejets de l’installation dans l’attente de l’analyse de cet événement par l’exploitant.

En raison du non-respect des conditions d’exploitation autorisées, l’ASN classe l’incident au niveau 1 sur l’échelle INES (qui en compte 7).


  Le second  est en date du 25 mai relayé par un communiqué ASN du 6 


Perte temporaire de la détection de l’alarme incendie de l’unité d’incinératio

Paris, le 06 Juin 2011
Avis d’incident
 

Installation(s) concernée(s) :

  • CENTRACO – Traitement de déchets et effluents radioactifs – Marcoule – SOCODEI

Le 25 mai 2011 à 17h08 lors du déroulement d’un essai périodique visant à tester le bon fonctionnement de détecteurs incendie de l’installation CENTRACO, un dysfonctionnement technique a entraîné la perte de la détection de l’alarme incendie sur l’unité d’incinération.

La tentative de réinitialisation du système est restée sans effet et a eu pour conséquence de rendre le système de surveillance temporairement inopérant. L’exploitant a alors interdit les travaux par « point chaud » (travaux générateurs de risque) et a mis en place des rondes de surveillance toutes les heures.

La détection a été rendue à nouveau opérationnelle le 29 mai 2011 à 19h, après le remplacement de l’unité centrale du système de détection de l’alarme incendie, dont la carte présentait 8 voies défectueuses.

En raison du non-respect des conditions d’exploitation autorisées, et notamment du non respect d’une exigence définie pour un élément dit « important pour la sûreté », l’ASN classe l’incident au niveau 1 sur l’échelle internationale de gravité des évènements INES (graduée de 0 à 7).athalie KOSCIUSKO-

Echelle de classement des risques nucléaires 

 


 

Contrôle des Installations nucléaires de base. INB 151 MÉLOX Inspection n° PINS-MRS-2011-0701 du 9 juin 2011 à Marcoule

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.