ECONOMIE - Les concessions de plage disparaissent du paysage...

 “En France, l’État est propriétaire du domaine public maritime naturel.  Il veille à y…

 

En France, l’État est propriétaire du domaine public maritime naturel.  Il veille à y préserver l’usage libre et gratuit pour le public. Depuis 5 ans, les services, et notamment celui du littoral et de la mer de la direction départementale des territoires et de la mer (DDTM), ont entrepris une vaste stratégie de reconquête de ce domaine pour lutter contre sa privatisation, son enrochement, les soirées non autorisées, les atteintes à l’environnement”, rappellait le préfet de l’Hérault Pierre POUESSEL en début de saison.

Il faut dire que le sujet est assez vaste. De la Grande Motte à Vendres, les cotes héraultaises s'étalent sur 90 kilomètres et se répartissent sur 13 communes. Les maires concernés prennent toutes leur part dans cette démarche puisque l’État leur concède certains lots de ce domaine public pour y permettre l’installation ponctuelles d’activités sportives et de restauration, cohérentes avec les activités de tourisme.

C'est ainsi que sur le département, 92 lots de plage sont attribués dont 44 pour la location de matériel et restaurant, 32 pour la location de matériel et buvettes et 32 pour la location de matériel-engins nautiques-jeux d’enfants.

A l'heure de leur démontage d'automne, la rédaction d'hérault-tribune vous propose un focus sur cette activité économique et touristique.

Des retombées économiques pour les communes

Dans le département, les retombées économiques de ces paillotes sont conséquentes.

Rien que sur le littoral agathois où 17 concessions sont implantées, on estime qu'elles représentent plus de trois cents emplois saisonniers directs et indirects. 

Ces concessions sont un véritable atout pour notre commune. Tout d'abord, elles répondent à une demande des estivants et accompagnent la montée en gamme de la station” indique Gilles d'Ettore le maire d'Agde.

À la Grande Motte, une étude économique commandée par la CCI de Montpellier a permis de chiffrer précisément les retombées. Selon cette étude, les 26 concessions avec restauration, de la zone de chalandise de Montpellier auraient réalisé un chiffre d'affaires avoisinant les 20 M€ (19,30 M€) pour une moyenne des recettes de 742 491 € par établissement avec d'importantes variations entre les plages privées avec importante capacité d'accueil et qui cuisinent midi et soir (entre 1 M€ et 1,2 M€) et les «petits clubs» qui proposent salades et formules à midi.
Et l'impact du paiement de la redevance de ces établissements n'est pas neutre sur les finances de la commune. Cela représente, 660 000 euros, soit 6 % de fiscalité» estime Stéphan Rossignol, le maire de la station. 
 
Sur le littoral agathois où 17 concessions sont implantées, on sort aussi la calculette en fin de saison du coté la mairie. «  La redevance reversée à la ville est de l’ordre de 455 000 euros/ an, cela vient alléger la facture d'entretien des plages publiques qui se monte à 1,4 million d'euros/an » affirme le maire d'Agde. 
 
A Vias, 9 concessions ont été attribuées ou renouvellées lors du conseil municipal du 11 juillet 2016.
Enfin sur Portiragnes, 5 concessions ont pris place sur les plages naturelles et viennent compléter le patrimoine naturel de la “petite camargue”, riches de lagunes et dunes sauvages.

Un pourvoyeur d’emploi conséquent et une vitrine pour les productions locales

Avec ses 92 établissements, les concessions de plage héraultaises emploient environ 2 000 personnes.
Les emplois indirects sont également très nombreux au travers des fournisseurs et prestataires de service.  
Ces concessions sont un véritable atout pour notre commune. Tout d'abord, elles répondent à une demande des estivants et accompagnent la montée en gamme de la station. Elles permettent aussi de mettre en avant nos produits du terroir, tels que nos huitres, notre pêche locale où encore nos vins locaux, elles représentent une véritable attractivité pour notre territoire”  note Gilles D'Ettore. 

 

Une réglementation très strictes

Depuis quelques années, l'Etat a décidé de reprendre la main sur ce dossier en durcissant un peu le ton vis à vis de certains exploitants. “Des pratiques tolérées par le passé, tels que des ouvertures tardives ou des occupations à l'année ne sont plus du tout d'actualité” nous fait savoir la Sous-Préfecture. Chaque plage concédée fait l’objet d’un cahier des charges strict d’entretien et d’exploitation. Les communes ont notamment l'obligation de laisser 80% de la longueur du rivage libre. Des contrôles réguliers sont effectués par les agents de la DDTM afin de vérifier certains points primordiaux : 
L’accès à la mer obligatoire : les baigneurs doivent avoir un accès à la mer partout, y compris devant les établissements.
Les sanitaires des concessions en libre service : en contrepartie de l’occupation du domaine public, les douches et WC des concessions doivent être accessibles à tous les baigneurs. 
Une présence limitée dans le temps : une paillotte a une durée de vie annuelle limitée à 6 mois. La préservation des sites et du paysage du littoral figure parmi les conditions d’obtention d’une concession et le démontage après saison doit être total.
Du coté des détracteurs, il semble que le sujet n'hérisse plus autant le poil le ton que par le passé. Depuis 2013 et le passage du Préfet de Bousquet, on peut dire que les choses ont été reprises en main. Nous n'avons plus constaté d'infractions majeures, comme à l'époque. Le respect des 20 mètres du rivage reste notre cheval de bataille et nous attendons le rapport d'activité des concessions pour voir si certaines ont été verbalisées” précise Jean Claude Coubau, Président de l'association Agathé, particulièrement sensible à ce sujet sur le littoral agathois.
 

Un renouvellement tous les 5 ans

Sur Agde, les concessions seront renouvelées cette année pour une durée de 5 ans. Les candidats intéressés par l'exploitation de ces concessions peuvent contacter la mairie. Chaque projet sera analyser dans sa globalité par une commission chargée d'évaluer les candidatures. 
 

 


 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.