L'actu au quotiden dans tout l'Hérault.
Entreprises

ESS : une étude DGE sectorielle sur le potentiel de l’économie sociale et solidaire

Sous l’autorité du ministre de l’Economie et des Finances, la Direction Générale des Entreprises élabore et met en oeuvre les politiques publiques relatives à l’industrie, à l’économie numérique, au tourisme, au commerce, à l’artisanat et aux services. Elle vient de publier une étude sectorielle sur potentiel de développement de l'économie sociale et solidaire.

L’économie sociale et solidaire (ESS) compte aujourd’hui 165.000 entreprises et emploie près de 2,4 millions de personnes. Soit 13% de l’emploi salarié privé, et ce, dans de multiples secteurs d’activité. L’ESS est ainsi un formidable gisement d’innovation sociale, de solidarité et de développement durable, indique la DGE. elle vient de publier une étude de quatre secteurs économiques à fort potentiel de développement pour l’économie sociale et solidaire.

En effet, afin de mieux situer le positionnement stratégique des entreprises de l’ESS par rapport aux autres acteurs économiques et d’identifier les leviers de leur développement, la Délégation interministérielle à l’économie sociale et solidaire, la Direction générale des entreprises et la Caisse des Dépôts ont piloté la réalisation d’une étude. Cette étude a été réalisée par le groupement CMI – Auxilia – Le Comptoir de l’Innovation, dans le cadre du Pipame. Créé en janvier 2005, le Pôle interministériel de prospective et d’anticipation des mutations économiques (Pipame) a pour objectif de produire un éclairage sur l’évolution des principaux acteurs et secteurs économiques en mutation à un horizon de 5 à 10 ans. En impliquant fortement les acteurs socio-économiques, le Pipame renforce de fait, les capacités de veille et d’anticipation de l’État.

De son côté, l’administration en charge de l’ESS, désormais placée sous le pilotage du Haut-Commissaire à l’économie sociale et solidaire et à l’innovation sociale et du ministre d’Etat, ministre de la Transition écologique et solidaire, ainsi que la Caisse des dépôts accompagneront les entreprises de l’ESS dans la mobilisation de ces leviers, notamment au travers du Dispositif local d’accompagnement (DLA).

Quatre secteurs économiques de l’ESS à fort potentiel

L’étude s’appuie sur de nombreuses données (extraites de bases INSEE ou spécialisées), d’ateliers conduits avec la participation de membres de la commission « Stratégie de développement économique » du Conseil supérieur de l’ESS et de plus d’une soixantaine d’entretiens avec des acteurs ESS et non ESS.

Les secteurs analysés dans cette étude sont :

– les circuits courts de production de denrées alimentaires vers les consommateurs ;
– la collecte, le recyclage de déchets, la production et la vente de matières premières recyclées, la production et la vente de produits recomposés ou de seconde main ;
– l’éco-bâtiment et la rénovation thermique de bâtiments ;
– l’aide aux personnes âgées.

Des atouts “indiscutables”

Cette étude met également en exergue d’importants enseignements et axes d’actions pour les entreprises de l’ESS, et des atouts indiscutables estime la DGE. Ce sont :

– une forte capacité d’innovation,
– un ancrage territorial fort,
– l’exploitation de nouveaux gisements de valeurs,
– un positionnement sur des niches d’activité à potentiel,
– un modèle vertueux de gestion des ressources humaines.

…mais a aussi des besoins :
– avoir des entreprises de taille plus significative,
– nécessité d’une visibilité accrue et de modèles économiques consolidés,
– d’une offre de services à renouveler ou à dynamiser face au développement de la concurrence des autres acteurs économiques dans le secteur de l’aide aux personnes âgées,
– d’une plus forte structuration de l’activité (particulièrement notable dans le secteur des circuits courts).

Des leviers de développement

L’étude propose aux acteurs de l’ESS plusieurs leviers de développement, valables pour chacun des secteurs d’activité étudiés :
– agir sur la formation, la pédagogie et la communication,
– développer la communication, le marketing et diversifier l’offre de services,
– développer des partenariats et coopérations avec les autres acteurs économiques,
– mieux adapter leur échelle d’intervention,
– mobiliser la commande publique,
– mieux structurer leurs réseaux.

 

L’étude est disponible sur le site esspace.fr et sur le site de la DGE www.entreprises.gouv.fr/etudes-et-statistiques/developpement-economie-sociale-et-solidaire

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.