HERAULT - 26 jours pour convaincre ! par Pierre ANTONMATTEI

A 26 jours de l’élection présidentielle, beaucoup de Français sont déboussolés par le “buzz”…

A 26 jours de l’élection présidentielle, beaucoup de Français sont déboussolés par le “buzz” des médias sur les candidats “hors la loi”, François Fillon et Marine Le Pen. Le premier s’était engagé à démissionner, en cas de mise en examen, il a fait le contraire. Son dossier s’alourdit (46 000 euros de vêtements luxueux payés en liquide en violation de la loi et pour partie par un “généreux donateur” lié à des dictateurs d’Afrique noire). De plus en plus grotesque, il invente un cabinet noir qui le persécuterait…. Au moins au PS, les coupables de dérives financières sont éjectés illico du gouvernement et ont à répondre devant la justice. Quant à Marine le Pen, protégée par l’immunité de son mandat au Parlement européen (où elle ne siège presque jamais), elle affiche son mépris pour la justice, avec un parti dont le fonctionnement repose sur des irrégularités financières graves, payées par les contribuables européens et français. Son programme (sortir de l’Union européenne et de l’euro) nous mènerait droit à l’écroulement de notre  pouvoir d’achat (-10%).

Le comportement d’autres élus ne donne pas une bonne image des hommes politiques. Ainsi Valls et De Rugy s’étaient engagés à respecter le résultat des votes de 2 millions de Français lors de la primaire de la gauche, mais ont fait le contraire, prétextant que Benoît Hamon était un “extrémiste”.  Quand on sait qu’il  est le seul à gauche qui a rallié à sa candidature non seulement les écologistes, mais aussi le parti radical de gauche, cela prête à rire. On peut ne pas être d’accord avec tout ce que propose Benoît Hamon, mais il a tenu compte des objections qui lui ont été faites, notamment en modifiant ce qu’on appelle le revenu universel, en faisant pour les 5 ans à venir,  une mesure ciblée sur les pauvres, nombreux parmi les jeunes et les femmes seules avec des enfants, pour un coût raisonnable (35 milliards d’euros). L’avancée considérable sera que ceux qui en ont besoin n’en seront plus privés par des formalités et paperasses (aujourd’hui la moitié de ceux qui auraient droit au RSA ne le touchent pas). Benoît Hamon est aussi le seul candidat qui a intégré la nécessité de la transition écologique. Reste Jean-Luc Mélenchon que son ego dilaté rend incapable de négocier, ni pour faire l’union de la gauche, ni pour discuter sérieusement avec l’Union européenne (UE), et dont la position est en fait de quitter l’UE et la zone euro, comme Marine Le Pen…

Terminons par celui dont au parle le plus dans les médias, Emmanuel Macron, au bénéfice d’une “nouveauté” de façade. Plusieurs fois dans notre histoire, du général Boulanger à Servan Schreider, on a vu des personnages se piquant de n’être ni de gauche ni de droite, qui se sont tous écroulés en très peu de temps, pour une raison simple : les partis politiques ont beaucoup de défauts, mais ils sont indispensables à la vie démocratique, car, dans toutes les grandes démocraties, il y a une gauche et une droite qui structurent la vie politique. Cest pourquoi, en 1945, on a inscrit le rôle des partis dans la constitution, mention confirmée par le Général de Gaulle dans la constitution de 1958 (et pourtant il les critiquait, les partis…). Un homme seul grisé par les foules, avec une construction qui ne repose sur aucun engagement réel (il suffit de cliquer, c’est le royaume du “like”), ne pourra pas rassembler des gens n’ayant rien de commun et sera incapable d’avoir une majorité parlementaire durable, offrant alors un marche-pied au FN. Penser faire barrage au FN au premier tour est, soit un prétexte pour des députés cherchant d’abord à garder leurs sièges, soit pour les électeurs une erreur, car c’est toujours au second tour qu’il est nécessaire de faire barrage à l’extrême droite. Je ne crois pas à la mort de la social-démocratie en France, pour peu qu’on ne théorise pas une pseudo opposition entre des gauches irréconciliables… Dans un grand parti démocratique, il est tout à fait normal qu’ils y ait des points de vue différents, l’essentiel est de parvenir à des compromis dynamiques, ce que Mitterrand et Jospin avaient su faire. Le PS, parti de Jaurès et de Blum, en a vu d’autres et, pour peu qu’il se réforme intelligemment et renouvelle ses cadres, il survivra. Dans l’immédiat, il faut voter pour Benoît Hamon, candidat du PS, un homme honnête, qui n’a pas la grosse tête, engagé mais pas sectaire, et qui attire le plus de jeunes électeurs, qui manquent tant à notre démocratie…

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.