Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

HERAULT - Bilan de la 32e édition du Festival de Radio France Montpellier Occitanie

La 32e édition du Festival de Radio France Montpellier Occitanie s’achève sur un double…

La 32e édition du Festival de Radio France Montpellier Occitanie s’achève sur un double constat :

– l’actualité s’est tragiquement imposée dans un Festival qui visait à exalter les valeurs d’un Orient mystérieux, fascinant, civilisateur, source d’inspiration pour les créateurs et les artistes.

– cette thématique a suscité un regain d’intérêt et de fréquentation (+4,2%) de la part tant d’un public fidèle que de nouveaux auditeurs manifestement séduits par la diversité des propositions musicales.

UNE THÉMATIQUE PORTEUSE

Du concert d’ouverture autour de Shéhérazade à la soirée de clôture avec l’opéra Iris de Mascagni, le thème du Voyage d’Orient a manifestement séduit un large public qui n’a boudé ni son plaisir ni sa présence à des soirées où l’esprit d’aventure et de découverte l’emportait sur des programmations connues (Ba-ta-clan d’Offenbach, Marco Polo et la princesse de Chine d’Isabelle Aboulker, les routes du thé avec Fazil Say, Tan Dun, les sœurs turques Ferhan et Ferzan Önder, l’orchestre Safar en relation avec le mémorial de Rivesaltes, Zoroastre de Rameau, la Symphonie lyrique de Zemlinsky, La Péri de Dukas, l’Oiseau de feu de Stravinsky, etc.)

GRANDS INTERPRÈTES

Un festival réussi c’est aussi le rendez-vous des grands interprètes : le retour après 16 ans d’absence de Lambert Wilson, les stars du chant Sonya Yoncheva, Karine Deshayes, Natalie Dessay, le pianiste Michel Dalberto et ses amis réunis pour la journée Brahms, Menahem Pressler, Ferhan & Ferzan Önder, les grands chefs d’orchestre Michael Schonwandt, John Neschling, Paul Daniel et la génération montante, Andris Poga, Pablo Gonzalez, Domingo Hindoyan et bien sûr le tsar de Saint-Petersbourg Valery Gergiev conquis par la salle Berlioz et le public très chaleureux de Montpellier.

L’Orchestre National de Montpellier Languedoc Roussillon demeure l’un des piliers essentiels du Festival (concerts d’ouverture et de clôture, concerts Beethoven en région), l’Orchestre national du Capitole de Toulouse, les ensembles baroques Pygmalion, Les Passions, Les Eléments, l’orchestre de chambre de Paris, le chœur de la radio lettone ont structuré les grandes soirées du Festival.

LES NOUVELLES GÉNÉRATIONS 

Fidèle à ses fondamentaux, le Festival a fait, cette année encore, une très large place aux jeunes artistes.
Un grand nombre d’entre eux venait pour la première fois (le National Youth Orchestra USA, Beatrice Rana*, Martin Grubinger, Florian Noack, Gabriel Tchalik, Alexandre Kantorow, Stéphanie et Mathieu Varnerin, Lukas Geniusas*, Lucas Debargue, Sergei Eletsky, Bruno Philippe, Charles Hervet, Les Tromano, etc.) Plusieurs ensembles ont bénéficié de véritables tournées au sein de la région. *
* déjà invités précédemment dans la série « Jeunes solistes »

UNE FORTE PRÉSENCE TERRITORIALE

Les 71 concerts gratuits organisés hors de Montpellier (en Métropole et en Région) ont fait le plein et souvent refusé du monde. La stratégie de présence territoriale du Festival est de nouveau validée et est appelée à se développer dans le cadre plus large de la nouvelle région Occitanie Pyrénées Méditerranée.

L’APRÈS NICE

Les trois premières soirées du Festival ont attiré la foule tant à l’Opéra Berlioz que pour Tohu Bohu (musiques électroniques sur le parvis de l’hôtel de ville de Montpellier) En revanche, le concert FIP du 15 juillet a dû être annulé, de même que le concert Beethoven de l’orchestre de Montpellier à Perpignan le 16, et deux autres concerts en métropole en raison du deuil national.

Paradoxalement, les concerts maintenus ont attiré beaucoup plus de monde qu’attendu.
Un concert d’hommage aux victimes de l’attaque de Nice a été organisé in extremis le 16 juillet au soir (5ème symphonie de Beethoven, ONM dir. Paul Daniel) à Montpellier et diffusé en direct sur France Musique.

RADIO FRANCE EN PREMIÈRE LIGNE

La présence des chaînes de Radio France a été particulièrement accentuée, avec le retour de FIP (pour une soirée malheureusement annulée à cause des événements de Nice), les 30 ans des Rencontres de Pétrarque (France Culture et Le Monde) diffusées en direct du 11 au 15 juillet comme l’émission « Culture Musique », la quasi totalité des concerts du Festival diffusée en direct ou en léger différé par France Musique et sur les radios membres de l’UER, deux « Matinale » de France Musique en direct de Montpellier, plusieurs directs sur les stations régionales de France Bleu, de nombreux « spots » interchaînes sur les différentes chaînes du groupe. A quoi s’ajoutent les concerts des quatre formations de Radio France : la Maîtrise le 16 juillet (Marco Polo et la princesse de Chine), l’Orchestre Philharmonique de Radio France (Dukas, Caplet, Stravinsky) le 21, l’Orchestre National de France (Saint-Saëns, Zemlinsky) le 23 et le Chœur de Radio France le 24 (Carmina Burana).

PLUS PRÈS, PLUS LOIN

L’avenir du Festival s’inscrit dans une perspective de coopération renforcée et renouvelée entre la Région Occitanie, la ville et la Métropole de Montpellier et Radio France (actée lors du Conseil d’Administration du Festival le 11 juillet dernier). La présence territoriale se renforcera notamment dans l’ex-région MidiPyrénées. Les antennes de Radio France participeront à cette stratégie.

101.000 spectateurs en 2016 pour 171 événements
(120.000 en 2015, pour les 30 ans, avec 212 événements)
+4,2%

On note une forte hausse de fréquentation des concerts payants :
22.000 pour 15 concerts (soit 1465 spectateurs en moyenne)
+46,5%

Le nombre de spectateurs de Tohu Bohu est également en augmentation :
18.000 pour 3 soirées (Parvis de l’Hotel de Ville de Montpellier)
+20%

Fréquentation stable pour le Jazz, la Musique de chambre et les Jeunes Solistes, les Rencontres de Pétrarque ainsi que les Rencontres de Berlioz.
40.600 spectateurs

Les concerts en Métropole et en Région ont été marginalement affectés par quelques annulations dues aux conditions climatiques et au deuil national consécutif aux événements de Nice.
20.400 spectateurs


Le Festival en chiffres

LE FESTIVAL C’EST :
12 permanents ou assimilés
43 salariés administratifs en CDD ou stagiaires
55 intermittents techniques
50 hôtesses et contrôleurs, tourneurs de pages, soit environ 160 personnes

+ 130 artistes salariés
+ de 1100 musiciens en conventions d’orchestre ou de formations musicales diverses

A cela il faut rajouter :
Les équipes de production, réalisation et technique de Radio France. (environ 40)
Les équipes du Corum (env. 15)
Les équipes du Domaine d’O (env. 20)

Un budget global de 3.850.000€ (dont 65% venant de la région Occitanie), 1.500.000€ de dépenses artistiques

1.080 places de train et d’avion pour les orchestres et chœurs
1.542 nuitées d’orchestres et chœurs

L’ÉDITION 2016 C’EST :

171 événements dont 90% gratuits

144 concerts 3 annulations FIP – Beethoven à Perpignan – Castelnau-le-Lez en Métropole + 1 concert exceptionnel Hommage le 16/7 Montpellier- Opéra Berlioz

22 concerts payants + 122 concerts gratuits

49 concerts dans 38 villes en région

29 concerts dans 29 villes de la Métropole

66 concerts à Montpellier
+ 13 rencontres de Berlioz
+ 12 émissions publiques
= 91 événements à Montpellier

84 lieux

235 solistes et 807 musiciens

46 concerts enregistrés par Radio France et diffusés sur France Musique (Direct ou différé)
33 concerts en direct (dont 9 également en UER)
12 en différé

750 nuitées réservées dans une trentaine d’hôtels partenaires (réservations individuelles pour solistes)

13.300 km parcourus pour les concerts en Métropole et en Région ; soit la distance, à vol d’oiseau, de Montpellier à Nabire (Papouasie)

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.