Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

La décrue ? Qui l'eut cru ? Compte rendu de Conseil Agde ( Hérarult )

Absents (excusés ou pas) : Sophie Banny, Jacqueline Denolly , Henri Glomot, Charles Ignatoff…

Absents (excusés ou pas) : Sophie Banny, Jacqueline Denolly , Henri Glomot, Charles Ignatoff qui donne systématiquement son pouvoir à Bernard Jover lors des ses absences, Liliane Surjous, Martine Vibarel Carreau.

COMPTE-RENDU DU PRECEDENT CONSEIL

Vote contre de l’opposition
Michel Mur fait remarquer l’absence de transcription dans ce compte-rendu de sa proposition de motion pour exiger un service d’urgences sur l’hôpital d’Agde (demande rejetée par le maire qui faisait voter la même chose 48 heures plus tard en conseil d’agglomération pour des urgences sur…Pézenas)

QUESTION ORALE DE D. DENESTEBE PORTANT SUR LA SECURITE

Réponse très « policée » et très modeste de monsieur le maire (caméra de la télé locale oblige ?) : « Merci monsieur le conseiller municipal, je veux en préambule vous rassurer : rien n’est jamais acquis » et de continuer sur les évolutions de la délinquance « positives, constantes et pérennes ».

CONTRAT URBAIN DE COHESION SOCIALE :

Avec le CUCS, le cœur d’Agde devient « territoire prioritaire » en termes d’interventions publiques.
Sébatsien Frey lui qui a participé à l’élaboration et à la mise en place du projet depuis 10 ans déjà, se délivre un véritable satisfécit : « Avec les 2 260 000 € d’aides utilisées, de 2000 à 2006 de nombreuses actions ont répondu aux objectifs assignés (maison de la justice, poste de police mixte et centre social Louis Vallière ( ?)…»
NDLR : Lors d’un prochain article nous aurons l’occasion de revenir plus en détail sur le sujet et sur la manière de l’appréhender

La séance a démarré depuis bientôt demi-heure lorsque monsieur le maire s’inquiète de désigner un secrétaire de séance. Comme d’habitude, c’est Frey qui s’y colle… Espérons qu’il n’aura rien oublié de ce qu’il a pu raconter.

Régis Passerieux : « Ce contrat n’est pas une nouveauté… : Agde a été rendue éligible au contrat en 2000… Une seule réalisation : la maison de la justice et du droit…Votre satisfaction « mesurée » est excessive … Ce plan sera-t-il plus efficace que le précédent, il faut le souhaiter. »
Didier Denestebe intervient à son tour pour dénoncer un projet dont « la réunionnite est la seule manifestation concrète »
Frey : « Il est difficile de vous répondre sur le fond tant il est pauvre… Nous n’avons pas dit que nous avions tout fait. »
C’est bien ce que nous avions compris…

CŒUR DE VILLE ET BANLIEUE, MÊME COMBAT ?

Mis en cause directement au cours de l’échange précédent, R. Passerieux tient à poser « une question très solennelle » : « Certains ont en 1995 fait venir des jeunes des banlieues. Dites vous, comme le répand une rumeur soigneusement alimentée, que cette opération, initiée par le ministre RPR Raoult, (dites-vous) que l’organisateur de cette action était le maire de l’époque. Si c’est le cas, cela se terminera devant le tribunal. »
Gilles D’Ettore : « Les menaces, je vous les laisse. Allez faire des procès à Marais et Antonmattei. Très sincèrement, soit, si vous n’aviez rien à y voir, c’est que vous n’étiez au courant de rien, soit, vous étiez au courant. Moi, j’assume…Mais aujourd’hui ce n’est pas le lieu des débats. »
Didier Denestebe : « Ce n’est pas parce que, aujourd’hui, vous êtes sous prozac, que vous ne devriez pas assumer vos incivilités d’hier dans ce conseil. »
Michel Mur « Canet-en-roussillon et Nice dirigées par des municipalités de droite ont aussi subi Raoult. »

BUDGET PRIMITIF : LE DEBAT TOUCHE LE FOND…

Henri Couquet se félicite de la présentation de son budget : des résultats obtenus « sans faire appel à l’emprunt de manière démesurée… » et conclue en remerciant « beaucoup les agents pour leur dévouement, merci pour la ville d’Agde. »
Régis Passerieux : « On ne peut plus analyser le budget municipal seul (sans ajouter l’agglo)…Votre présentation est révélatrice d’une « gestion sans projet (pas d’animation du centre ville, pas d’investissement dans le moteur de développement touristique, pas de politique de développement économique), de clientélisme et de gaspillage financier (Musée de l’Ephèbe un déficit de 700 000 € pour seulement 13000 visiteurs dans l’année, un festival de cinéma inutile, un projet de centre aquatique avec un choix financier absurde à 5 millions d’€ de trop, un taux de subvention insignifiant à 6% de quoi faire honte à tout gestionnaire) »
Henri Couquet : « Je ne vais pas répondre point par point, cela ne vaut pas la peine, c’est un discours de campagne … Vous nous coupez la parole, sauf que vous répondez par un discours préparé à l’avance. »
Didier Denestebe inquiet : « Vous, vous n’avez rien préparé ? »
Sébastien Freyénumère les réalisations de l’équipe : « Les Cayrets permettront de loger jeunes et moins jeunes Agathois ( NDLR : on progresse dans l’analyse : il y a trois jours, le maire voulait n’y trouver que des Agathois et des nouveaux Agathois) , le square Picheyre (6 ans pour planter deux arbres, combien d’années pour s’en féliciter ?), la décharge du petit pioch que nous sommes entrain de réhabiliter ( ça, c’est nouveau…Et sur quelle ligne budgétaire est-ce prévu ?) … »
Gilles D’Ettore (il est difficile de savoir à qui il s’adresse) : « On n’est pas dans un meeting politique, on vous a écouté, c’est une souffrance. Restez sur le fond, moi, j’y reste… »
Peut-être serait-il temps qu’il décolle un peu…

… ET ON EN RESTE CHOCOLAT


19h 55 Précise: Cela tombe sur l’intervention de Didier Denestebe qui indique à Gilles que pour une fois et dans le cadre de l’opération “5 minutes de répit pour la planète” qui appelait les Français à éteindre les lumières jeudi entre 19h55 et 20h, il ne s’offusquerait pas pour une fois de voir son micro coupé …
Pas de coupure de micro .. mais aucune réaction à cette requête..
Didier Denestebe : « Les recettes augmentent plus vite que votre baisse d’impôts…Pour être seulement équitable ce n’est pas de 2 mais de 3,8 % qu’il aurait fallu baisser les taux…Il reste des zones obscures » : par exemple, un poste « alimentation » qui augmente de 548 %, les « fêtes et cérémonies » qui progressent de 61 %, les lignes « missions » ( ??) à plus 53 %, et « autres » à plus 90 000 €…
« Vous vivez sur les réalisations et les acquis de vos prédécesseurs… Faire une gestion de père de famille, c’est bien en tant que père de famille, pas en tant que maire… Votre gestion se traduit par un appauvrissement de la commune, une dégradation du cadre de vie et vous confondez développement économique avec développement immobilier. On vous a payé une boulangerie vous nous livrez un pain au chocolat »
Gilles D’Ettore :« C’est bon le pain au chocolat. »
Didier Denestebe : « Ce n’est pas une raison pour nous mener à la baguette. »

LE CHILI CON CONNAIT

Et le débat continue …
Gilles D’Ettore :« On nous ressort toujours le même discours, vous manquez de discernement en terme de matraquage fiscal…L’épicerie sociale et le restaurant du cœur se portent très bien, je vous conseille d’aller les voir… »
Henri Couquet : Le personnel en hausse ? « C’est l’héritage et l’on ne peut le résoudre qu’ avec le temps… » En ce qui concerne les réserves foncières qu’il est accusé de dilapider : « Nous avons acheté beaucoup plus que ce que nous avons (allons ?) laissé ( r ?)… »
C’est bien ce qui lui est reproché…
Il continue à l’adresse de Denestebe : « Les dépenses globales de communication ne sont que de 603 000 € » (on est loin des 100 000 € évoqués dans le journal de la ville mais moins du million avancé par Didier ).
Ce dernier : « Je démens »
Gilles D’Ettore : « C’est bien,Vous démentirez chez vous ».
Michel Mur « Ce n’est pas un budget électoraliste, c’est un budget virtuel et pour le centre aquatique vous devez modifier le projet »
Gilles D’Ettore :« Non le POS »
Michel Mur « Non le projet »
Gilles D’Ettore :« Eh bien, c’est ça … Vous avez dit que Couquet s’entraînait pour les cantonales, vous, vous avez encore beaucoup d’entraînement à faire… Si la gestion communiste était efficace ça se saurait. »
Michel Mur « Laissez tomber la gestion communiste de l’époque, moi, je ne vous parle pas de Pinochet en Argentine. »
Cela laisse muet le chef de l’armée mexicaine…Pauvre Pinochet, on ne savait pas qu’il avait sévi hors des frontières du Chili. Si Mur n’est pas très fort en géographie, D’Ettore qui n’a pas bronché ne doit pas être meilleur en histoire contemporaine .

TOUT EST QUESTION DE TEMPS

Bernard Jover « L’endettement par habitant est de 2 170 €, 2 855 avec les budgets annexes alors que la moyenne nationale est à 1 019 € … »
Gilles D’Ettore : « Pourquoi intervenez vous aussi longtemps si vous n’êtes pas candidat…Vous pouvez couper votre micro et respirer un bon coup »
Henri Couquet : « …Contenir les dépenses…Faire profiter le contribuable agathois, décrue des taux d’impositions… »
Michel Mur « Gardez la décrue pour quand il y aura des inondations »
(mais, dans l’esprit du grand argentier, peut-être y a-t-il déjà eu inondation…)
Bernard Jover « Pour les Cayrets, quand avez-vous prévu de commencer à rembourser du capital ? »
Henri Couquet : « A un moment donné, il y aura un bilan et l’on verra le résultat… On fera les comptes au bout de 12 ans…(puis se ravisant) Il est prévu de commencer à rembourser du capital en 2008. »

Il y a CLAVELS et CLAVEL


Les ténors de la majorité ont pris l’habitude d’égratigner au passage les personnes qui ne sont pas là pour se défendre, ausii notre maire a t il eu un mot gentil pour les sbires qui entourent Denestebe, Henri Couquet lui, a fustigé en citant : ” Ceux qui parlent de réalisations à la petite semaine.. visant implicitement le président du ROA. C’est que ce dernier avait eu l’outrecuidance de porter un jugement ( trés mesuré) sur le futur terrain de rugby du radar. Notre grand Argentier a appris a ses dépends que le lot Clavel prends en espagnol et en occitan deux sens différents , celui d’ oeuillet et aussi celui de clou.
Là ou il s’attendait a recevoir une brassée de fleurs il n’a trouvé qu’une pointe dans sa chaussure !

RADIO SUBVENTION

Didier Denestebe s’interroge sur les critères d’attribution des subventions et demande à connaître les associations qui auraient pu être déboutées.
Gilles D’Ettore :« On voit ce que vous faites de vos soirées, vous comptez les subventions »
Didier Denestebe : « Parmi la liste des 114 associations subventionnées, il y a un oubli de taille, One FM school qui bénéficie d’une subvention indirecte sous simple autorisation du maire de 30000 € annuels (valeur locative de l’immeuble mis à disposition de cette association), soit la moitié de ce qui est versé au club de rugby ou 20 fois la subvention de la société de secours en mer (SNCM)… »
Gilles D’Ettore : « Cela a un côté nauséabond … Vous n’aimez pas les chasseurs, vous préférez le chat agathois ( ???). Pas une seule association ne s’est plainte auprès de vous (les intéressés apprécieront)… Vous voulez faire payer les associations, on leur dira. »
Didier Denestebe : « Il n’y a pas de convention d’occupation des locaux »
Gilles D’Ettore : « Une convention d’occupation ? Je ne suis pas là à un interrogatoire »
Régis Passerieux : « Monsieur le directeur général des services, cela ne devrait-il pas figurer en annexes ? »
« Non, au compte administratif, mais comme il s’agit d’une décision du maire… »
Gilles D’Ettore :« Cela a l’air de vous intéresser beaucoup, c’est impressionnant… On vérifiera tout ça.»

VERTES TRIBUNES

Didier Denestebe s’étonne qu’il n’y ait pas eu d’analyse des sols effectuée par l’entreprise adjudicataire des travaux d’aménagement du terrain de rugby avant que ceux-ci soient entamés. Un petit oubli qui se chiffre à 33 000 € .
Gilles D’Ettore :« Ce n’est pas dommageable, vos arguments sont fallacieux.»
Régis Passerieux reprend la balle au bond : « Denestebe a tout à fait raison… Par ailleurs, y a-t-il un permis de construire délivré pour édifier la tribune de ce terrain ? »
Gilles D’Ettore :« Pas du tout, c’est un système déclaratif, il n’y a pas besoin de permis, c’est une tribune végétalisée. »
…Argument en béton, on comprend mieux désormais comment notre maire conçoit sa ceinture verte…

AU FOND DE LA PRUNETTE DE SES YEUX

À l’occasion d’un échange de terrain (43 m2) sur la ZAE de la Prunette, D. Denestebe s’inquiète de savoir pourquoi cette zone est développée par la ville d’Agde alors que les zones d’activité économique sont de la compétence de l’agglomération. En fait, cet échange, insignifiant, permettrait de justifier une extension de la zone passée inaperçue.
Gilles D’Ettore n’a que faire de « …cette grande réflexion de monsieur Denestebe et de ses sbires…Que de palabres pour seulement 43 m2… il balance alors cette affirmation plus surréaliste:) Nous nous sommes opposés à la grande distribution et je m’y opposerai toujours… »
Il ajoute à l’attention de R. Passerieux : « Vous nous avez laissé des silos à béton qui étaient bien moches »
Régis Passerieux : l’aménagement de ce secteur en zone d’activité économique est une « décision criminelle en terme urbanistique…Elle a consisté à faire trois bêtises quand on en a soldé une alors qu’on aurait pu procéder à un aménagement de qualité à cette entrée de ville …C’est une très très mauvaise décision. »
Gilles D’Ettore : « Vous êtes un gros menteur »
La séance durait depuis plus de trois heures, on sentait que les arguments commençaient à se faire rares.

Aussi, pour finir, laissera-t-on Sébastien Frey ( tout fier d’annoncer qu’il s’agit de la 8ème délibération concernant sa charge), s’auto satisfaire de l’adhésion de la commune de Nizas à la fourrière du SIVOM.
Il se console comme il peut : s’il perd des collègues, il récupère des cabots…

Antoine Allemand
Qui est-ce ? – Fiche TrominosCap :
https://www.herault-tribune.com/?p=p04&action=view&Tr_Id=18

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.