L'actu au quotiden dans tout l'Hérault.
Vie des professions

La nouvelle promotion d’avocats de l’EDA Centre Sud à l’honneur

Le vendredi 15 décembre dernier a été largement consacré aux nouveaux avocats de l’Ecole des Avocats (EDA) Centre Sud. Après la prestation de serment des avocats inscrits dans les barreaux du ressort de la cour d’appel de Montpellier le matin, tous se sont retrouvés l’après-midi dans la salle Pagézy de l’ancienne mairie de Montpellier pour la cérémonie de remise des diplômes. Tout au long de la journée, Jean-Louis Debré a tenu à être présent aux côtés de celles et ceux qui l’avaient choisi comme parrain de leur promotion.  

Une prestation de serment sous le signe de la solennité

Difficile de pénétrer dans la salle d’audience prévue pour la prestation de serment du matin à la cour d’appel de Montpellier. Outre les nouveaux avocats inscrits dans les barreaux relevant de la cour et leurs familles et amis, on y retrouvait de très nombreuses personnalités issues notamment du monde judiciaire. La cérémonie était présidée par le nouveau premier président de la cour d’appel de Montpellier, Tristan Gervais de Lafond. Déjà en poste, il prendra officiellement ses nouvelles fonctions le 19 janvier 2018, à l’occasion de l’audience solennelle de rentrée de la juridiction.

tristan-gervais-de-lafond
Tristan Gervais de Lafond, le nouveau premier président de la cour d’appel de Montpellier.

« Basculement vers une autre vie »

Dans son discours, le bâtonnier Bernard Béral, du barreau de Montpellier, a insisté sur le rôle de la prestation de serment. C’est la première fois que les nouveaux avocats portent la robe, symbole de l’appartenance à la grande famille judiciaire. Et le moment est unique, puisque le serment ne sera pas renouvelé, même en cas de changement de barreau, qui s’accompagne de seules démarches administratives. « Vous vivez aujourd’hui le basculement vers une autre vie qui exige le respect des lois, le respect des confrères, le respect des clients, le respect de la robe, le respect des juges », a souligné le bâtonnier Bernard Béral.

Respect réciproque des avocats et des juges

Pierre Valleix, procureur général près la cour d’appel de Montpellier, a relevé les changements dans les professions juridiques : « Vous allez vivre la transformation numérique. Avec les implications au niveau des procédures et à celui des analyses basées sur l’intelligence artificielle, extrêmement performantes. Vous voilà donc face à un chantier colossal, mais vous êtes armés pour cela. Et vous serez guidés par les principes fondamentaux des débats ». Le premier président Tristan Gervais de Lafond a insisté sur le nécessaire respect mutuel des avocats et des juges : « Il nous faut garder à l’esprit la reconnaissance du caractère sacré de la tâche qui est la nôtre ».

serment-avocats
Crédit photo : Ecole des Avocats Centre Sud.

Une belle cérémonie de remise des diplômes

L’après-midi, la salle Pagézy de l’ancienne mairie de Montpellier s’est révélée suffisamment grande pour accueillir dans de bonnes conditions les nombreuses personnalités invitées, les familles et les 164 nouveaux avocats inscrits dans les barreaux relevant des trois cours d’appel de Montpellier, Nîmes et Riom (contre 170 pour la promotion 2015-2016), le taux de féminisation atteignant 75 %. Le major de la promotion, Stivian Kostadinov, s’est réjoui des solidarités nouées entre les élèves avocats. Puis il a insisté sur les difficultés à affronter dans la future vie professionnelle ; celle-ci sera faite, par définition, de combats à mener dans le cadre de conflits.

« L’indépendance, une vertu cardinale de la profession »

Le bâtonnier Frédéric Verine, président de l’Ecole des avocats (EDA) Centre Sud, a mis en avant « l’indépendance, une vertu cardinale de la profession. Vous devrez un jour ou l’autre en faire preuve, quelle que soit votre spécialité. Cette indépendance rend vitaux le sentiment d’appartenance à la profession, et celui de solidarité nécessaire entre tous les avocats. C’est une profession autorégulée, c’est un Ordre, n’en déplaise à l’Ecole nationale d’administration (ENA) et à Bruxelles ».

L’humanité, un terme fondamental du serment

Rappelant les termes du serment d’avocat – dignité, conscience, indépendance, probité et humanité -, le bâtonnier Frédéric Verine a insisté sur l’humanité : « Vous êtes la seule profession, avec les médecins, à avoir le mot humanité dans son serment. L’humanité est une vertu devenue très rare ». Il a conclu son propos en recommandant aux nouveaux avocats : « Gardez toujours à l’esprit les termes de l’article 3 du décret du 12 juillet 2005 : l’honneur, la loyauté, le désintéressement, la confraternité, la délicatesse, la modération et la courtoisie. Sachez que ces principes doivent être respectés tant dans votre vie professionnelle que dans votre vie privée ». 

 

debre-avocats

Jean-Louis Debré, « un parcours au service de l’Etat et de ses concitoyens » 

Tout au long de la journée, les intervenants ont tenu à rendre hommage à Jean-Louis Debré. Le bâtonnier Frédéric Verine a souligné « son parcours au service de l’Etat et de ses concitoyens ». Jean-Louis Debré (né en 1944), ancien magistrat, ancien ministre de l’Intérieur (1995-1997), ancien président de l’Assemblée nationale (2002-2007) et ancien président du Conseil constitutionnel (de mars 2007 à mars 2016), est depuis l’an dernier président du Conseil supérieur des archives. Sous sa présidence, le Conseil constitutionnel a changé de dimension avec l’instauration de la Question préalable de constitutionnalité (QPC). Jean-Louis Debré est par ailleurs l’auteur de nombreux ouvrages. Parmi les plus récents, figurent Ce que je ne pouvais pas dire (Robert Laffont, 2016), Dictionnaire amoureux de la République (Plon, 2017) et Tu le raconteras plus tard (Robert Laffont, 2017).

auran-viste-site
Pierre Valleix, le procureur général près la cour d’appel de Montpellier, a remis au bâtonnier Françoise Auran-Viste les insignes de Chevalier de l’Ordre national du Mérite.

 

Le Bâtonnier Françoise Auran-Viste, chevalier de l’Ordre national du mérite

Préalablement à la remise des diplômes aux nouveaux avocats, le 15 décembre a été marqué par la remise au bâtonnier Françoise Auran-Viste des insignes de chevalier de l’Ordre national du mérite par Pierre Valleix, procureur général près la cour d’appel de Montpellier. Le bâtonnier Frédéric Verine, président de l’Ecole des avocats (EDA) Centre Sud, a salué l’œuvre du bâtonnier Françoise Auran-Viste. « Aujourd’hui déléguée à la formation continue de l’Ecole, elle consacre une bonne part de sa vie à la défense de l’intérêt des avocats et à la transmission des connaissances », a-t-il souligné. Pour sa part, le procureur général Pierre Valleix a rappelé qu’entrée au barreau en 1979, elle a contribué à faire rayonner la profession, notamment en étant bâtonnier en exercice au barreau de Béziers en 2010 et 2011. Il a mis en avant l’intérêt qu’elle porte aux justiciables les moins favorisés et son implication dans le numérique. Dans sa réponse, le bâtonnier Françoise Auran-Viste a affirmé : « Je ne prends pas cette décoration pour moi-même, mais pour l’ensemble du barreau de Béziers .» Et c’est symboliquement qu’elle a porté les insignes de chevalier de l’Ordre national du mérite sur sa robe d’avocate. Le bâtonnier Françoise Auran-Viste s’est adressée plus particulièrement à sa fille, Anne-Sophie Viste-Bellin, l’une des nouvelles avocates. « Notre métier est difficile, puisqu’avocat, on l’est jour et nuit, jour après jour. Rares sont les moments de détente, d’ailleurs toujours trop longs pour les clients. » Et elle a insisté sur son attachement à la profession, à la nécessité de parfaire sa formation en permanence, avant de conclure : « L’EDA Centre Sud est ma seconde famille ».  

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.