L'actu au quotiden dans tout l'Hérault.
Faits divers / Insolite

LE CAP D'AGDE - "Derrière la démagogie les impôts" (réponse au candidat démago) par Jérôme Bonnafoux

    Demain on rase gratis. Chacun connaît cette antienne que malheureusement les démagogues de tous poils font leur quand il s’agit d’inscrire leur discours dans une logique électoraliste. Dernier exemple en date, l’affirmation de Thierry Nadal, candidat sans étiquette et sans colonne vertébrale, de vouloir supprimer les parkings payants en s’appuyant sur un raisonnement […]

 

 

Demain on rase gratis. Chacun connaît cette antienne que malheureusement les démagogues de tous poils font leur quand il s’agit d’inscrire leur discours dans une logique électoraliste.

Dernier exemple en date, l’affirmation de Thierry Nadal, candidat sans étiquette et sans colonne vertébrale, de vouloir supprimer les parkings payants en s’appuyant sur un raisonnement aussi erroné que nourri d’inexactitudes. Décidément, la démagogie n’est plus ce qu’elle était. Elle ne cherche même plus à être crédible.

Revenons aux faits. Les parkings payants ont été créés, il y a dix ans, pour que l’entretien et la modernisation de notre station rendus nécessaires, par quarante années d’existence, ne reposent pas seulement sur le contribuable agathois. Il est en effet assez logique que les touristes qui utilisent en grand nombre nos infrastructures contribuent au financement des travaux qu’elles nécessitent. C’est un impératif d’équité qui ne peut être contesté.

Remettre en cause les parkings payants qui rapportent chaque année 1,5 million d’euros au budget de la Ville, c’est s’obliger à augmenter les impôts à un niveau équivalent, ce qui correspondrait à 7,5% d’impôt foncier en plus. Je rappelle que les impôts n’ont pas augmenté depuis douze ans alors que, durant la période, la dotation globale de fonctionnement attribuée par l’État a baissé de 4,5 millions. Nous sommes l’une des seules collectivités de la région à avoir absorbé cette baisse sans recours à l’impôt. Or il ne faut pas se leurrer, derrière la démagogie, il y a toujours les impôts qui pointent leur nez.

Par ailleurs, les parkings payants ont-ils impacté l’attractivité de notre destination ? Là encore les chiffres parlent d’eux-mêmes. Depuis 10 ans, la fréquentation de ces parkings n’a cessé d’augmenter avec un turn-over qui n’existait pas à l’époque où des voitures ventouses, immobilisées tout au long de la saison, empêchaient trop souvent les visiteurs de trouver une place pour se garer.

Je rappelle aussi que l’attractivité résulte également de la sécurité et que la baisse constatée des faits de délinquance au Cap d’Agde n’est pas étrangère à la présence de parkings sécurisés.

Quant aux frais de fonctionnement, le candidat Nadal semble avoir oublié qu’ils n’ont pas substantiellement augmentés car le dispositif mis en place s’appuie sur le bureau d’entrée du Village Naturiste et les personnels qui y travaillaient déjà. Oubli pas très étonnant de la part d’un ancien adjoint qui, à l’époque où il exerçait ses fonctions, n’a jamais contesté devant quiconque la nécessité de ces parkings.

Enfin, je crois utile de préciser qu’il est toujours possible de se garer gratuitement au Cap d’Agde notamment au parking de la Clape qui est à 5mn à pied du Centre-Port ou à Rochelongue et sur l’Île des Loisirs libre d’accès durant la journée, quand on veut se rendre à la plage.

Il s’agit là de réalités incontestables comme l’est le fait que toutes les stations balnéaires d’importances de France et d’Europe ont recours à ce type de dispositif qui ont avant tout pour objectif que leurs administrés n’aient pas à payer pour tout le monde.

 

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.