LE CAP D'AGDE - Les hôteliers poussent un coup de gueule contre le site de réservation booking

"Nous en avons marre, à ce niveau là, çà commence à être excessif et…

Nous en avons marre, à ce niveau là, çà commence à être excessif et surtout inégal !

C'est par ces termes que Fréderic Puech, porte parole du club des hôteliers du Cap d'Agde qualifie l'attitude de booking, le célèbre site de réservation d'hébergements en ligne.

Des commissions inégales

Nous nous sommes aperçus que la commission prélevée par cet intermédiaire était très variable, suivant les destinations et les chaînes d'hôtels” ne décolère pas l'hôtelier, par ailleurs directeur d'exploitation du Palmyra hôtel au Cap d'Agde.

Par exemple, les hôtels de la Grande Motte sont prélevés d'une commission de 15% pendant que les hôtels capagathois sont à 17%.

De même, les enseignes de chaînes nationales sont à 10 % alors que les hôtels indépendants, comme le Palmyra, le Gil de France ou le Belle vue sont au taux maximum de 17 %. 

20 000 et 50 000 € de commissions par saison

Devant cette injustice, un vent de fronde s'est levé et une réunion avec les dirigeants nationaux de booking s'est tenue au Cap d'Agde en février pour tenter d'obtenir une ristourne. ” Nous reversons entre 20 000 et 50 000 € de commissions par saison, il y a là une marge que nous voulions négocier“. 

En ramenant la commission de 17 % à 15%, les hôteliers comptaient faire des substantielles économies réinjectées immédiatement dans des investissements de nature à maintenir le niveau de qualité de leur établissement.

Mais rien n'y a fait, les représentants de booking ont campé sur leur position, arguant du fait que le Cap d'Agde était une “station leader sur laquelle ils investissaient plus en marketing et communication“. Ce coût justifiant les 2 % supplémentaires prélevés.

Une opération solidaire coup de poing en août  

Afin de manifester leur incompréhension et leur mécontentement, les 18 hôteliers agathois ont décidé de contourner le système. ” Entre le 1er et le 15 août, nous allons afficher nos chambres à 1 000 € la nuit sur booking. Nous espérons ainsi que les clients potentiels soupçonneront un bug et appelleront directement les hôtels. Ils auront alors des prix moins chers qu'en pensant par le site de réservation en ligne

Moins cher en passant en direct

En passant en direct, les hôteliers affirment que le client payera moins cher qu'en passant par booking. ” Il faut bien comprendre cela, c'est logique, il y a un intermédiaire à moins à rémunérer et nous répercutons son coût sur le tarif de la chambre !” 

Pour les hôteliers, le calcul est assez clair : ” tout le monde fera des économies en se passant d'intermédiaires. En passant en direct, les clients trouveront de bien meilleures conditions !”

Reste que Booking est devenu aujourd'hui un acteur incontournable de la réservation en ligne, représentant entre 10 et 30 % des réservations d'un hôtel.  Un intermédiaire cher mais dont il est difficile de se passer !

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.