LE CAP D'AGDE - Un moniteur de jet ski croise la route d'un rorqual commun lors d'une excursion

  Elle était déjà apparue en ce début de mois au large du Cap d'Agde…

 

 

Elle était déjà apparue en ce début de mois au large du Cap d'Agde et la voici de retour en cette fin de mois toujours dans le secteur de l'aire marine protégée agathoise.

Une baleine de type rorqual commun de plus de 20 mètres de long aime décidément bien cet endroit de la Méditerranée !

Le 2ème plus gros animal du monde (25 m, 40 tonnes) !

Innofensif pour l'homme, le rorqual commun (Balaenoptera physalus) n'en demeure pas moins le deuxième plus grand animal vivant sur la planète.

On le trouve dans tous les océans, ainsi qu'en mer Méditerranée, il a une grande longévité, probablement une centaine d'années. 

 

220px Fin whale size.svg

Rorqual commun adulte à l'échelle humaine.

220px Balaenoptera physalus NOAA

Vues des deux profils.

220px Balaenoptera physalus skeleton

Squelette.

La taille adulte peut atteindre 27 mètres mais sa taille moyenne est d'environ 19-20 mètres pour un poids de 40 à 50 tonnes. La forme est très allongée.

Le rorqual commun peut parcourir une distance de 300 km par jour, et à cette occasion soutenir une vitesse de 37 km/h avec des pointes à 40 km/h.

Le rorqual expire par souffle toutes les 30 secondes à une minute, plusieurs fois de suite, à chaque remontée à la surface. Le reste du corps reste souvent submergé. On a mesuré des descentes à près de 600 m sur des durées de plus de 20 minutes.

C'est la baleine la plus commune en Méditerranée. D'après les derniers recensements effectués au début des années 1990, on estime que le nombre de rorquals vivants en Méditerranée occidentale était compris entre 3 000 et 4 000 individus.

Est il dangereux pour l'homme ?

Récemment, le video d’une femme recevant un coup de queue d’une baleine sur la tête, lors d’une excursion a circulé largement sur Internet. En juillet 2013, un surfeur a été conduit à l’hôpital, blessé par le coup de queue d’une baleine. En 2019, un plongeur de 51 ans s'est fait happer puis recraché vivant par une baleine alors qu'il filmait un banc de sardines en Afrique du Sud. Ces incidents nous poussent à se demander si cet espèces est dangereuse pour l'homme. Oui et non !

Plusieurs raisons peuvent amener une baleine à exécuter un comportement potentiellement dangereux pour l’homme. La plupart de ces incidents s’expliquent par le fait de se trouver au mauvais moment au mauvais endroit. Les baleines sont de gros animaux, capables de manoeuvres rapides, et elles ne sont pas toujours conscientes de notre présence, d’où l’importance de ne pas s’en approcher de trop près.  Sans être agressives, elles peuvent alors avoir des comportements dangereux par leur puissance.

Sinon, pour le reste, non, les baleines ne sont pas des croqueuses d’hommes ! En l’occurrence, il s’agissait d’un rorqual, un mammifère marin qui n’a pas de dents, contrairement aux orques ou les dauphins. Les rorquals ont des fanons, des longs filaments d’une vingtaine de centimètres de longueur placés en brosse, ce qui permet de filtrer les aliments. Donc aucun danger de finir comme Pinochio et Geppetto dans les entrailles d'une baleine, cela n'existe que dans les films de Walt Disney ! 

Mais attention tout de même, les animaux sauvages sont imprévisibles et il est difficile de comprendre la nature de tous leurs comportements.

Un grand merci à Valentin, moniteur de jet ski à Papy bali pour la transmission de sa vidéo.

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.