Lettre Ouverte au Maire et aux Conseillers Municipaux d’Agde

  Monsieur le Maire, J’ai assisté, prévenue la veille, au Conseil Municipal du 7…

 

Monsieur le Maire,

J’ai assisté, prévenue la veille, au Conseil Municipal du 7 avril, au cours duquel, question 4, vous avez fait voter mon expropriation. Étant la première concernée, j’ai pu apprécier votre art de débiter des mensonges les uns à la suite des autres, le suivant étant sensé justifier le précédent. Vous avez, dans ce domaine, un disciple très prometteur : votre adjoint à l’urbanisme, M. Nadal. Je dois reconnaître votre réel talent de manipulateur, drapé vertueusement dans l’Intérêt Général.

    Comme je suis directement et gravement mise en cause, je tiens à  rétablir la vérité, à vous rafraîchir la mémoire, à vous remettre devant vos responsabilités et à parfaire l’ information publique. 

  Tout d’abord, pour l’historique : vous avez répondu à M. Jene, que vous aviez annulé le projet Passerieux, en 2001, parce qu’il englobait tout le terrain et le bâtiment dont vous n’aviez que faire. C’est faux. Il concernait 15 050m², pour une somme équivalente à 45 000 euros, le reste et le bâtiment allaient à un autre acheteur. Le règlement des emplacements réservés vous permettait  de préempter la surface nécessaire. Reconnaître la vérité vous obligerait à avouer et des méthodes peu reluisantes contre le propriétaire !……

  Vous le savez bien puisque je vous ai rencontré, à plusieurs reprises, avant et après votre « hold up du siècle » toujours en 2001, en tant qu’utilisatrice du terrain au nom de l’association « L’école Agathoise du Chat Libre » et amie du propriétaire. Ni vous, ni M. Martin Pagès, n’aviez répondu à mes questions sur la suite du projet, ni à mon inquiétude pour l’avenir des chats recueillis.

  Vous aviez alors balayé d’un revers de main mes propositions concernant le parking, me traitant avec désinvolture et mépris (La « dame aux chats », n’est-ce pas ?).

  Si vraiment les Parkings sont la condition de la prospérité ou de la survie des commerçants du centre ville, alors vous êtes le seul responsable du déclin de ce centre ville depuis 2001, puisque vous avez refusé d’acheter ce terrain. Que les commerçants sachent bien qu’ils avaient choisi le mauvais cheval ! Alors, stigmatiser les représentants de l’opposition actuelle, en les désignant à la vindicte des commerçants, c’est essayer de se défiler….. Votre vision alors ne portait pas très loin !

L’erreur, c’est vous qui l’avez commise, inutile de chercher d’autres coupables.

  Inutile aussi de me pointer du doigt, de faire de moi un bouc émissaire (-une chèvre plutôt- de M. Seguin ? ). En tout cas, je ne serai pas un de ces moutons de Panurge qui vous suivent à Agde en troupeaux obéissants

  Vous avez dit: « Nous ne voulons aucun mal à cette personne, nous n’avons rien contre elle, mais l’Intérêt Général prime sur l’intérêt particulier ». Ravie de l’entendre, parce que du mal vous m’en avez déjà fait beaucoup, et volontairement. Vous ne pouvez pas l’avoir oublié, quand même !

   Lorsque je me suis installée, en 2002, dans cette maison, est -ce l’Intérêt Général qui vous a poussé à me refuser l’eau de la ville? . Vous aviez refusé d’acheter le terrain, ça a rapporté quelque chose aux commerçants et aux Agathois que je vive, à cause à vous, jusqu’à présent, sans eau potable ? Et ma mère, à plus de 80 ans, c’est pour quel intérêt qu’elle dû vivre ça durant ses dernières années?

  Évidemment, mes projets de louer à nouveau des chambres, et donc d’améliorer mes revenus, se sont trouvés irréalisables, et je dois penser que vous ne me voulez pas de mal ?

  (Je sais que dans ce style là, vos services de l’urbanisme font bien pire actuellement, s’attaquant à des personnes autrement vulnérables. Dans l’Intérêt Général, pour un équipement public? Pas du tout, mais pour le bénéfice d’une S.C.I. ……)

  Lorsqu’à la même époque, en 2002, vos services ont « égaré » notre demande de subvention, j’ai compris : je ne pouvais rien attendre de la Mairie, que des ennuis. Il y avait 92 chats recueillis par l‘association, je les ai assumés seule et s’il y a bien quelqu’un qui m’a dégoûtée de travailler pour l’Intérêt Général et le bien des Agathois, c’est vous.

  L’Intérêt Général, je connais, et j’ai beaucoup donné, beaucoup trop!

  J’ai eu tord de ne pas vous surveiller, car vous m’avez fait en catimini, en 2004, le coup du doublement de la surface de l’emprise, sans que j’en sois ni avertie ni informée par certains des Conseillers Municipaux qui l’on voté sans même le savoir ! Oui, en septembre 2004, et non pas en 2001, comme l’a dit M. Nadal ( pour faire croire que j’étais au courant) . Oui, je savais pour l’emprise, mais de 4550m², et j’étais venue vous voir, en 2001 et en 2002 à ce sujet. Je n’ai appris qu’en  janvier 2009, que c’était le double ! Quel choc! Quel coup de poignard dans le dos ! Quelle sournoiserie de votre part ! Aucun projet présenté ( « Le Moulin des Évêques », La « Ceinture Verte » )ne faisait état de ce parking, vous avez tenu secret ce projet, pour me prendre au dépourvu ?

  Voilà pour ce que vous m’avez déjà fait. Ce que vous vous apprêtez encore à me faire comme mal, je n’essaierai même pas de vous l’expliquer, car nous n’avons pas les mêmes valeurs.

  Revenons à vos mensonges : La négociation amiable. Vous en avez sûrement une définition « spéciale Mairie d’Agde », bien pratiquée par M. Nadal, qui, côté mensonges, n’a rien a vous envier. 

M. Nadal a dit : « Une proposition amiable lui a été adressée le 30 septembre 2009 en R.A.R., l’intéressée n’a pas donné suite à notre proposition, par conséquent, la commune doit engager une procédure d’expropriation ». Vous trouverez ci-joint la copie de cette lettre, qui me menace d’expropriation si je ne répons pas sous 10 jours ainsi que ma réponse, du 22 octobre 2009, également en R.A.R. J’attends toujours.

  M. Nadal a dit : «  On l’a reçue en Mairie, on lui a exposé le projet ». Non, on ne m’a pas exposé de projet, et c’est là où est le problème. J’avais posé préalablement, par courrier (ci-joint) un certain nombre de questions, primordiales, pour moi, compte tenu du lieu particulier, des risques probables, et des futures nuisances .

  Lors de notre première et unique entrevue, le 22 février 2009, avec Mrs Nadal et Bourdel, j’ai répété ces questions, sans aucune réponse. On m’a donné une seule indication : Ce sera comme l’aire de stationnement Quai Commandant Réveille, et on ne touchera pas aux arbres!!! Je réalise, au vu de votre, ou vos (lequel est le vrai ?) plan, que j’avais raison de ne pas les croire (encore un mensonge!)

   Ils voulaient voir le terrain, sans rien me présenter en échange, j’ai refusé, pour la seule et unique fois. J’ai attendu des nouvelles de la Mairie, de ce projet, des réponses à mes questions : rien !!

  J’ai attendu plus de six mois !!!!

  Donc, la négociation amiable pour vous, c’est : -vous n’avez rien à demander, vous n’avez rien à savoir, vous n’avez qu’à signer……. Et la méthode, c’est : une lettre tous les six mois et on ne répond à aucune question.

  Venons- en maintenant à de vrais bobards, servis avec aplomb par M. Nadal. ( Plus c’est gros et mieux ça passe, non ?) : « Elle a même refusé que France Domaine aille sur son terrain, pour mieux évaluer les choses ». Pour que je refuse, il aurait fallu qu’on me le demande, vous n’avez même pas pris

la peine de le faire. D’ ailleurs, je sais maintenant que le responsable de France Domaine n’a pas demandé à visiter la parcelle, donc, je n’ai rien refusé. Vous savez comment s’appelle le fait de faire des accusations mensongères, en séance publique, en droit ? Vous vous croyez vraiment tout permis !

  Le summum est atteint avec la blague des Bâtiments de France !!!!Là ça devient du Pagnol! Des artistes de la galejade! «  Les Architectes des Bâtiments de France…ils sont venus sur site, ils n’ont pas pu entrer bien sûr..trois fois depuis le début de l’année…on leur a montré le parking (?) on les a hissés…c’était une dame, on l’a hissée sur le mur ….. ». La dame en question a bien rigolé

d’apprendre cette histoire d’ escalade ! Je suppose , d’après ce récit, que j’aurais également refusé, leur venue ? Mais pourquoi auraient-ils dû voir à l’intérieur ?

  Tous ceux qui ont approché le mur de mon terrain, savent que c’est inutile de monter sur ce mur, car le rideau de végétation empêche toute vision sur le terrain. Et pourquoi aurait-elle regardé à l’intérieur, alors que ce qui importe, c’est la vue depuis le Château Laurens?

  En réalité, cette personne des Bâtiments de France est bien venue, dans ce secteur, avec M. Nadal, mais c’était pour se rendre compte de ce que vous aviez laissé construire par Gédéagde (Le parking surélevé derrière le moulin) en Zone Rouge, sans permis, et sans avis des A.B.F. D’ailleurs un peu plus loin dans le débat, vous dîtes que vous leur demanderez leur avis. Alors, ça n’est pas déjà fait ? Ou alors, vous le leur demanderez quand tout sera terminé ?

  Pour ma part, je vois maintenant l’avenir que vous me réservez, selon ce ou ces plans,( lequel est le bon?), qui ne seraient même pas définitifs A quoi puis-je me fier, alors ? En gros, Vous abattez la plupart des arbres et vous m’installez un parking de supermarché, dont l’entrée se trouve contre ma maison, par où s’engouffrera également l’inondation. En plus des nuisances, du bruit, les habitants seront vraiment en danger ! Si ça n’est pas de la volonté affichée de nuire, qu’est-ce que c’est ?

  Mon voisin, (M. Ma qué Zone rouge )savait bien longtemps avant moi où serait l’entrée, – pas à côté de chez lui, en tout cas (sans doute avait- il négocié). On lui avait raconté une histoire de mur historique, encore un bobard par crainte des A.B.F.! Mais lui, il achète, il achète, il achète tout, selon ses propres mots, ça a au moins le mérite d’être clair !

  Pour finir, vous offrez, bon prince, avec une extrême magnanimité, de revenir à la négociation, alors que vous avez déjà engagé une procédure d’expropriation ! Comment pourrais-je vous faire confiance après tout ça ? Sincèrement, vous y croiriez, vous ?

  J’espère que vous aurez pu aller au bout de cette très longue lettre. Vous avez mis vingt sept minutes à m’exécuter, vous pourrez bien en prendre quelques- unes pour savoir ce que j’en pense et si vous voulez réécouter vos propos, aucun problème.

  A cette occasion, puisqu’ils me liront aussi, j’en profite pour remercier les Conseillers Municipaux d’opposition, qui ne me connaissent pas et qui ont eu le courage de rappeler quelques faits, et de contester vos méthodes, malgré vos critiques. Et ils ne savaient pas tout !!!

  Je vous prie d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de mes salutations choisies


Agde, le 14 avril 2010,  

 

Paris Christiane
« La Félicienne »
4, chemin de la Vallée
34300 AGDE



Les textes édités sur le site de libre expression Hérault Tribune sont édités sous l’entière et pleine responsabilité de l’auteur des textes proposés qui atteste qu’il ne viole aucun droit de tiers et la législation applicable en vigueur.


Pour mémoire les articles se rapportant à ce texte

Ma que zone rouge 1

Ma que zone Rouge 2

Ma qué zone Rouge 3

Ma qué zone Rouge 4

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.