Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

Manipulation médiatiques sur le Chikingunya .

Familier de l'Ile de la REUNION où demeure encore une partie de ma famille,…

Familier de l’Ile de la REUNION où demeure encore une partie de ma famille, je suis une fois de plus étonné de la facilité avec laquelle les médias abusent de la crédulité nationale à des fins sectaires .

Dans notre journal régional , édité a MONTPELLIER l’autre semaine , un éditorialiste, qui devrait être le premier a partir quand le MONDE va épurer la rédaction, n’hésitait pas a faire des comparaisons plus qu’hasardeuses entre le chikungunya et le Clemenceau ,pour dénigrer le gouvernement, le tout sous une photo ou on pouvait voir un natif de l’Ile tenir une pancarte sur laquelle était marqué « NON A L’INSECTICIDE « …..
Dans une émission télé fort courue à 17H45 sur la 5 , le journaliste, il y a trois jours interrogeait en direct la fille du Président du Parti Communiste local.
Connue comme une militante acharnée de la cause créole ,( ?) cette femme intelligente d’habitude n’hésitait pas a dire que la population de l’île ,parlant créole, ne comprenait pas les directives données a tort en français !

Je n’ai personnellement jamais rencontré un Réunionnais, même au fonds des
‘hauts ‘ , qui ne comprenait pas la langue qui est diffusée depuis plus de deux siècles par des maîtres au dessus de tout éloge, à une population pluri-ethnique remarquable .La langue creole, a base de vieux français , délicieuse a entendre d’ailleurs, ne les empêchent pas de connaître très bien les allocations familiales, le SMIC (malheureusement ) et autres gâteries justifiées mais bien métropolitaines .

Personne, et surtout pas le journaliste, ne lui a fait remarquer que de nombreuses radios locales diffusent en créole et en français , que des chaînes de télé spécifiques dont une chaîne indépendante , couvrent l’île .
Il a fallu lui dire que le chikungunia était connu depuis plus de dix ans, étudié aux USA pour les personnels militaires en expédition, et qu’il n’était qu’une des plusieurs dizaines de fièvres communes aux tropiques ,en sommeil relatif habituellement.

La démoustication d’une île volcanique et tropicale , luxuriante, chargée de fleurs, d’insectes et d’oiseaux, quelle soit en océan Indien , Pacifique ou ailleurs, est quasiment impossible du fait du relief accidenté et des pluies fréquentes , même en saison sèche .
Peut on démoustiquer la Thaïlande , l »Asie du sud est , le Viet Nam et autres ?
On ne peut compter que sur l’auto-immunité naturelle ou sur des vaccinations éventuelles a grande échelle des populations en cas d’épidémie ,a condition de mieux connaître le virus en question , ce qui n’est pas le cas.
L’épidémie , inhabituelle par son explosion, ne peut être mise au compte d’une défaillance du gouvernement , car les moustiques, dans ces pays, sont considérés comme des « animaux domestiques avec lesquels on vit, qui ne piquent en général que les non habitues « , tous les touristes l’on vérifié sur place .

A TAHITI les no-no sont encore pire qu’à la Réunion ,encore que les tahitiens les considèrent comme moins nocifs que les commerçants chinois, prouvant ainsi leur accoutumance aux moustiques domestiques ……
Arrêtons donc de vouloir a tout prix que l’état soit responsable de toutes les anomalies . C’est le résultat dans nos esprits d’un demi siècle de soumission a une protection castratrice des individus par l’Etat d’où un réveil difficile de nos jours .
ROGER VIVIER
Qui est-ce ? – Fiche TrominosCap : https://www.herault-tribune.com/?p=p04&action=view&Tr_Id=171

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.