MONTPELLIER - L’Aéroport Montpellier Méditerranée prêt à gagner 1 million de passagers en 5 ans

L’Aéroport Montpellier Méditerranée prêt à gagner 1 million de passagers en 5 ans C’est…

L’Aéroport Montpellier Méditerranée prêt à gagner 1 million de passagers en 5 ans

C’est un moment historique que l’Aéroport Montpellier Méditerranée (AMM) a vécu ce lundi 4 avril 2016. Il se prépare à un développement inédit, grâce à son plan stratégique « Destination 2020 ». Un doublement du nombre de ses destinations (de 27 actuellement à 53 en 2020), lui fera gagner 1 million de passagers.

La relation entre une compagnie aérienne et un aéroport s’établit selon deux critères essentiels : le potentiel commercial d’une liaison ; le coût de « touchée » dont s’acquittent les compagnies. Le contexte concurrentiel est extrêmement tendu: en Europe, 450 aéroports toutes tailles confondues courtisent moins d’une dizaine de compagnies traditionnelles ou low cost aptes à générer un développement significatif.

Dans l’ex-Languedoc-Roussillon, l’aéroportuaire représente en 2015 un peu plus de 2,7 millions de passagers (1,5M à Montpellier ; environ 400 000 à Carcassonne et Perpignan ; 245 000 à Béziers ; 200 000 à Nîmes). Soit une légère baisse de 0,7% sur 15 ans, quand dans la même période PACA gagnait 40% et Midi-Pyrénées 25%. Une étude commandée par la Région LR au cabinet Bipe montre que les retombées économiques à l’échelon régional avoisinent les 800 M€, dont plus de 400M€ en provenance de Montpellier Méditerranée. Globalement, cette même étude met en avant que 1000 passagers créent 4 emplois (1 direct, 2 indirects et 1 induit).

Aujourd’hui, plusieurs mouvements de fond conduisent à une remise en question du modèle d’exploitation aéroportuaire qui prévalait jusque-là en France:

  • –  la raréfaction de la ressource publique

  • –  la réforme territoriale

  • –  les nouvelles stratégies d’implantation et de développement des compagnies low

    cost en Europe, lesquelles quittent progressivement les petites et moyennes plateformes pour aller vers les plus importantes (exemple : Ryanair qui, au profit de Barcelone, s’est massivement désengagé de Gérone lui faisant perdre 3,5 millions de passagers).

Dans ce contexte global, l’Aéroport Montpellier Méditerranée, fort d’une situation financière extrêmement saine, se sait apte à générer un réel développement. Mais il souhaite aller plus vite et plus loin que son évolution naturelle permettrait. En effet, seule une croissance significative et rapide lui fera passer un seuil critique et l’éloignera de sa zone de vulnérabilité (face notamment à la concurrence de l’aéroport de Marseille), en gagnant en compétitivité et en attractivité par effet de volumes.

Tel est l’argumentaire que le Président du Directoire d’AMM, Emmanuel Brehmer, a développé ce lundi 4 avril devant le Conseil de Surveillance, présidé par Pierre Vieu. Ce plan stratégique de développement, baptisé « Destination 2020 » et finalisé à l’issue d’une expertise poussée, était de la sorte dévoilé aux représentants des actionnaires d’AMM (60% Etat, 25% CCI, 15% collectivités). Lesquels ont approuvé à l’unanimité les moyens et les objectifs de « Destination 2020 » : atteindre en 5 ans un trafic annuel supérieur à 2,5 millions de passagers en proposant un réseau de 53 destinations (contre 27 aujourd’hui). Sur 5 ans, AMM investira 14 M€ et les collectivités 23M€.

En vertu des ratios et mécanismes utilisés par le Bipe, ce gain de 1 million de passagers générera d’ici à 2020 la création de 4000 emplois, nouveaux et non délocalisables, et 200M€ de retombées économiques annuelles supplémentaires sur notre territoire. D’ici à la prochaine séance du Conseil de Surveillance d’AMM, prévue en juin, il s’agira de définir les modalités et la configuration la meilleure pour que « Destination 2020 » entre en phase active et concrète.

L’année 2015 est marquée par la progression des activités d’AMM sur l’ensemble des secteurs d’activité de la société.

Qu’il s’agisse du trafic aérien, en hausse de plus de 4%, ou des activités commerciales et domaniales, la croissance du chiffre d’affaires permet de dégager un excédent brut d’exploitation de 6,8 M€, stable par rapport à 2014 et ce, malgré les efforts commerciaux et marketing importants engagés en 2015.

La politique initiée en 2014 de maîtrise des coûts de sûreté permet également à la plateforme de Montpellier de proposer un niveau de taxe aéroport en forte baisse et désormais inférieur aux plafonds nationaux.

Les ratios d’exploitation sont quant à eux en amélioration sensible par rapport à 2014. Le résultat d’exploitation s’établit ainsi à plus de 3M€ (à 12,4% du CA), en augmentation de plus de 10% par rapport à 2014.

Le résultat net de 2,1M€ est en nette amélioration de plus de 600K€ principalement en raison de l’évolution favorable des provisions.

La rentabilité économique de la société est toujours forte, avec un ROCE à 8,6% en lien notamment avec la maîtrise des investissements.

La société présente enfin une situation financière saine, avec un endettement de l’ordre de 13,5M€ représentant moins de 2,5 fois la CAF.

En 2015, le trafic de l’aéroport a progressé de 4,5%, à 1,51 million de passagers.

Cette performance inscrit Montpellier dans le Top 5 des aéroports français (dépassant le million de passagers) les plus dynamiques. Elle lui permet aussi de franchir un cap qui n’avait plus été atteint depuis 2003, lorsqu’Air Littoral (aujourd’hui disparue) contribuait largement à la performance de la plate-forme.

Résultat de la dynamique stratégie engagée par l’aéroport depuis plusieurs années, cette croissance a été tirée par plusieurs axes.

Dans le détail, les deux lignes vers Paris (Orly et Roissy) ont notamment été dopées par la politique tarifaire agressive mise en place par Air France depuis trois ans, qui permet à l’avion de reprendre des parts de marché face au TGV. Le faisceau Paris pèse ainsi 55,8% du trafic total de l’Aéroport Montpellier Méditerranée avec presque 842 000 passagers, et une progression de 4,3% l’an dernier. En revanche, les dessertes nationales sont en léger recul, du fait de réductions de capacités sur plusieurs lignes et l’arrêt de la desserte de Lille, et ce malgré les bonnes performances de Nantes, Ajaccio et l’apport de la nouvelle ligne vers Brest.

En Europe, l’arrivée de KLM en mai 2015 a largement contribué à doper les performances, avec un total de 375 000 passagers transportés. L’Afrique du Nord tire également son épingle du jeu, grâce notamment au fort développement d’Air Arabia. Avec cinq lignes, elle est désormais la quatrième plus importante compagnie à Montpellier, derrière Air France, easyJet et Ryanair.

Ainsi, les compagnies dites traditionnelles pèsent 2/3 du trafic (65,8%) en léger recul cependant par rapport à 2014. Le trafic généré par les compagnies low cost s’établit à 33,7% du total du trafic, en hausse d’un point par rapport à 2014.

1er trimestre 2016

Pour ce 1er trimestre 2016, Montpellier affiche une des plus fortes progressions des aéroports français avec Lille, avec +10,3% par rapport à l’an dernier.

Le trafic sur le faisceau domestique est en légère hausse de 0,2% du fait principalement de la bonne tenue de des lignes vers Paris Orly et Paris Roissy. L’ouverture de la ligne Bordeaux depuis le 25 Janvier booste le trafic régional et la concurrence établie entre HOP! et Volotea stimule le marché Nantais (+22 %).

Vers l’Europe, le trafic continue sur sa tendance positive encore avec une hausse conséquente de 11,5%. La desserte de Rome affiche une progression de 30% due à une augmentation du nombre de sièges proposés. Cela devrait s’accentuer avec une nouvelle fréquence de vol à compter du 1er mai. La liaison vers Amsterdam avec KLM, qui fêtera sa première année d’exploitation à Montpellier en mai, compte plus de 8000 passagers pour ce premier trimestre. La destination entre dans le top 10 des lignes les plus plébiscitées par les passagers au départ de Montpellier. Son franc succès permet à la compagnie de proposer un 2ème vol le samedi à compter du 21 mai, et une augmentation de la capacité des avions.

Enfin, sur le faisceau International, les scores explosent sur toutes les lignes. La forte augmentation des fréquences sur toutes les destinations d’Air Arabia, l’ouverture de Tanger et Marrakech depuis juillet dernier, et le retour de Royal Air Maroc sur Casablanca justifient ces bons résultats. Depuis vendredi, la liaison vers Alger est désormais proposée annuellement.

Depuis le début de l‘année, ce sont plus de 320 000 passagers qui ont été accueillis à l’aéroport de Montpellier au cumul, soit une hausse de 10,3% par rapport à l‘an dernier !

Cette belle dynamique devrait se poursuivre dans les prochaines années, avec l’ambition de franchir le cap des 2 millions de passagers en 2020, et un objectif de croissance de 7,4% en 2016 qui sera largement tirée par le trafic international. D’ores et déjà, plusieurs bonnes nouvelles éclairent le ciel depuis le début de l’année. L’arrivée de l’irlandaise Aer Lingus en mai prochain et le renforcement de l’offre de KLM devraient contribuer à réaliser cet objectif. Tout comme l’augmentation des capacités vers le Maroc (notamment Marrakech) et la récente offre annuelle sur la liaison Montpellier – Alger d’Air Algérie.

Au final, le trafic international en 2016 devrait bondir de 22,5 % !

La saison été a débuté le 27 Mars avec 27 destinations reliées en direct par 16 compagnies aériennes. 11 vols loisirs sont programmés cette année au départ de Montpellier, un record ! Croatie (en avril et mai), Madère (avril et juin), le Portugal (mai et juin) et même le Cap Vert (novembre), sont d’ores et déjà disponibles. 

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.