Montpellier ODE à la Mer Acte1 : le Conseil d'Etat valide le projet

La première phase du projet de requalification « Ode la Mer », portée par le groupe Frey sur la métropole de Montpellier, vient de gagner une bataille juridique d'importance. Dans un arrêté du 29 mars 2017, le Conseil d’Etat a retoqué l’ensemble des pourvois qui avaient été lancés contre ce projet d'aménagement commercial et de loisirs.

Ode à la mer est l’une des plus grandes opérations de renouvellement urbain et commercial jamais lancées en France pour une zone commerciale d’entrée de ville, qui inclut de surcroit une revalorisation des espaces naturels.

Au terme d’un concours qui aura duré deux ans, le groupe Frey a remporté en octobre 2014 le concours lancé par Montpellier Métropole sur la première phase (Acte 1) d’un vaste chantier, appelé Ode à la Mer, situé le long de la route de la Mer (avenue Georges-Frêche) qui relie le centre-ville de Montpellier au littoral.

La majorité des 61 000 m2 de surfaces de vente des commerces sont, en effet, des transferts d’enseignes voisines des zones Fenouillet, Solis et Soriech, dont certaines sont situées en zone inondable. Le complément de nouvelles surfaces permettra l’émergence de nouveaux concepts et la diversification de l’offre.

Une validation définitive

La décision du 1er juillet 2015 de la CNAC est désormais définitive. L’Acte I du projet de requalification urbaine « Ode à la Mer », au sud de Montpellier, peut poursuivre son évolution au rythme voulu jusqu’à son ouverture fin 2020.

Dans un arrêté du 29 mars 2017, le Conseil d’Etat a conclu à la non-admissibilité des recours formés par trois requérants à l’encontre de l’avis favorable de la Commission nationale d’aménagement commercial (CNAC), qui avait été confirmé en appel. Cette décision valide définitivement cette phase du projet porté par le groupe Frey.

« Il faut bien comprendre que nous ne sommes pas en train de construire un nouveau centre commercial, mais un nouveau quartier permettant aux commerçants et aux propriétaires de renouveler leurs outils de travail et leur patrimoine. Nous conservons les équilibres du tissu économique local entre les commerces du centre-ville et ceux de la périphérie » a déclaré Antoine Frey, président-directeur général de FREY.

CHRONOLOGIE

– Octobre 2014 : le groupe Frey remporte le concours lancé par Montpellier Métropole
– 20 février 2015 : avis favorable de la CDAC (Commission départementale d’aménagement commercial)
– 16 juillet 2015 : avis favorable de la CNAC (Commission nationale d’aménagement commercial)
– 28 juin 2016 : avis favorable de la CAA (Cour administrative d’appel chargée d’examiner les recours)
– 1er décembre 2016 : dépôt du permis de construire
– 29 mars 2017 : rejet des recours par le Conseil d’Etat
– Mi – 2018 : lancement des travaux
– Fin 2020 : ouverture au public

Les chiffres-clés d’Ode à la Mer – Acte I

– 61.000m2 de surfaces de vente de commerces, 23.000m2 de loisirs, de services et de restauration, 19.000 m2 d’activités tertiaires (hôtel et bureaux)
– Investissement : 275 millions d’euros
– 1.800 emplois pérennisés ou créés pour la réalisation des travaux
– 800 emplois pour l’exploitation du site, dont 600 créations de postes

(Source : Frey)

vue Ode a la mer 1 montpellier frey HJE 2015
Vue du site projet Ode à la Mer Acte 1 (Frey). © HJE 2015 D. Croci
© Frey © Frey
Ode a la mer 4
Les 2 niveaux de « Ode 1 » : le jardin sportif en haut, des galeries marchandes en rez-de-chaussée. Ode 1, Montpellier 3M © Frey
ode 1 montpellier frey
La station de mobilité – Ode 1, Montpellier 3M © Frey
ode 1 montpellier frey B
Le jardin sportif. Ode 1, Montpellier 3M © Frey
Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.