Montpelliérains, touristes, participez au lifting végétal de la place de la Comédie !

La Métropole de Montpellier, emmenée par son président Michaël Delafosse, souhaite recueillir les propositions des habitants et amoureux de la place de la Comédie en vue de sa végétalisation.

“Ensemble imaginons le nouveau cœur de métropole”. C’est sous cet intitulé qu’est lancée ce 31 mars une grande concertation qui durera jusqu’à mi-mai sur la plateforme participer.montpellier.fr. Destinée à recueillir les propositions des personnes intéressées (habitants, touristes), mais aussi leurs histoires, souvenirs ou déboires vécus sur cette place ou encore leurs photos ou dessins, elle ressemble à un réseau social : on peut liker ou commenter les suggestions d’aménagements des participants. Les travaux, qui seront engagés à la suite de cette période de concertation numérique et de deux réunions publiques (si la situation sanitaire le permet), devraient s’achever fin 2025

Une végétalisation rendue nécessaire par le changement climatique

“La place de la Comédie doit être rénovée si l’on veut porter notre candidature à l’UNESCO, mais surtout pour devenir plus agréable pour les habitants et les touristes”, estime Michaël Delafosse. Bien entendu, “les propositions retenues iront dans le sens d’une végétalisation”, indique Michaël Delafosse, qui rappelle qu’il s’agit là d’un de ses engagements pris durant sa campagne électorale (planter 50.000 arbres dans la ville). La place de la Comédie est appelée à devenir “un emblème” de la politique de végétalisation de la métropole et de la ville de Montpellier. C’est d’autant plus nécessaire que le 28 juin 2019, il a fait 46,5 degrés sur la Comédie, devenue un lieu hostile et propice aux insolations, du fait de son “caractère très minéral”. “La place de la Comédie doit devenir conviviale, chaleureuse, être un lieu de rencontre où l’on se sent bien”, a formulé le maire-président. Le but est donc d’ “ombrager, rafraîchir, apaiser la Comédie” selon lui. La municipalité souhaite “faire de ce cœur de ville un cœur de Métropole”. La place de la Comédie, on la traverse, mais on ne s’y arrête pas, notamment parce qu’il faut consommer, donc payer, pour s’y asseoir (aux terrasses des cafés et restaurants). Séverine Saint-Martin, vice-présidente de la métropole chargée du renouveau démocratique, rappelle la hauteur de l’enjeu de cette transformation : 100.000 personnes traversent la place de la Comédie quotidiennement.

Recréer une place conviviale en questionnant ses usages

Après une période d’insécurité et de saleté à laquelle la municipalité a en partie remédié, il s’agit de “remettre en estime, en envie et en fierté la place de la Comédie”, selon Michaël Delafosse. Bien entendu, sa piétonnisation ne sera pas remise en cause. La concertation visera à demander aux habitants et amoureux de cette place à quoi doit ressembler la Comédie demain : doit-on végétaliser un côté ou les deux, garder les entrées de parking ? Que faire du mobilier urbain, du mobilier des terrasses des restaurants et bar (parasols, panneaux publicitaires…) ? Doit-on installer des bancs ? Doit-on conserver son ambiance lumineuse la nuit ? Garde-t-on le sol, glissant quand il pleut, ou doit-on le changer ? Est-ce un lieu où les enfants pourront jouer ? Où l’on pourra se rassembler, pour de grands concerts ou spectacles ? Faut-il créer une fontaine rafraîchissante ? Faut-il réinstaller un restaurant dans l’opéra Comédie ? Faut-il mieux relier la place à l’esplanade ? “On peut être sur un projet de surélévation”, a suggéré le maire-président.

Intérêt collectif et soutenabilité financière

Lors de la prise de décision, plusieurs critères primeront. A commencer par “l’esthétique”. “Il faut réintroduire le goût du beau”, a asséné Michaël Delafosse, regrettant que nos yeux se soient habitués au médiocre.

Bien entendu, l’intérêt collectif primera, a déclaré le premier magistrat de la ville. Les urbanistes feront le reste. La concertation sera très ouverte, mais se heurtera forcément à des contraintes techniques de faisabilité. C’est tout le travail de l’aménagement. L’idée de supprimer des places au parking de la Comédie et de les remplacer par de la terre pour permettre la plantation d’arbres a été évoquée ; elle n’est pas écartée.

La soutenabilité financière sera la troisième limite. Cette opération sera financée par le fonds de concours du budget de la commune et par la Métropole de Montpellier, qui possède la compétence voirie et espace public. Interrogé sur la rumeur d’une somme de 100.000 millions d’euros engagée pour ces travaux, Michaël Delafosse a indiqué que le montant des travaux est plutôt estimé à 40 à 60 % de cette somme, “sinon ça se ferait au détriment du reste”. “Mon prédécesseur avait engagé l’opération Place à tous ; nous ne faisons pas table rase. L’agence lauréate, avec qui nous avons engagé un dialogue, mènera ce travail, et s’enrichira de la parole des métropolitains“, a assuré le maire de Montpellier.

De nombreux aménagements au cours des années

En conférence de presse le 30 mars, le riche passé de la place de la Comédie a été rappelé par Julie Frêche, vice-présidente de la métropole chargée des mobilités douces : des grands travaux haussmanniens menés par le maire Jules Pagézy et l’architecte Omer Lazard au XIXe siècle à la piétonisation du centre-ville menée sous Georges Frêche en 1986, sans oublier, au début des années 2000, l’arrivée du tramway, qui a refaçonné la place. Le visage de celle qui est encore parfois surnommée la “place de l’œuf”, puisque les véhicules y circulaient autour d’un rond-point en forme d’œuf, va donc bénéficier d’un lifting. Michaël Delafosse a fixé un objectif : “La Comédie doit redevenir l’un des lieux les plus instagramés de Montpellier, tout comme l’Arbre Blanc, le Peyrou ou encore le Jardin des Plantes”.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires

  1. -Choisir impérativement un nouveau revêtement au sol qui ne se transforme pas en véritable patinoire !
    – végétaliser les stations du tram
    – prévoir des ombrières comme cela a été fait sur l’esplanade Charles de Gaulle à Nîmes et dans des villes du pourtour méditerranéen
    -valoriser l’architecture des immeubles XIXème siècle qui mériteraient d’être vraiment regardés
    -si plantation d’arbres privilégier les espèces méditerranéennes qui font de l’ombre et non toujours des palmiers
    – implanter un couloir d’eau
    -améliorer la signalétique de tous les établissements culturels qui se trouvent sur la place ou à proximité
    -créer un véritable continuum entre la place de la Comédie et l’esplanade
    -uniformiser le mobilier des terrasses de café
    – créer les conditions afin que la place de la Comédie redevienne un lieu de rendez vous toutes générations confondues et non un lieu de passage pour aller au Polygone
    – faire en sorte que Montpellier retrouve une place de la Comédie digne d’une ville méditerranéenne et une place incontournable comme toute ville digne de ce nom
    – revoir les lampadaires

  2. Magnifique idée!!!
    Du vert sur la com, bravo!!
    Des bancs ,bravo
    Peut être essayer de garder le carrelage et essayer de couler des petites boules pour éviter que le sol glisse ou essayer de le griffer…pour éviter des frais .
    Je redis par la même occasion stop au logements de plus de 3 étages dans Montpellier centre!!
    Stop au logement sans espaces et espaces verts réels dans les résidences…
    Pitié Montpellier va mal vieillir et les problèmes de voisinage vont devenir plus fréquents ainsi que le mal vivre en rentrant chez soi
    Stop à cette folie immobilière déraisonnable et très moche
    Si le cœur de Montpellier restait coonning,les gens aimerait cette ville !
    Belle journée

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.