Quand la police tisse sa toile, Alliance préfère l’omertà .

Jean-Claude BOREL GARIN, bien connu pour avoir exercé en Agde les fonctions de Commissaire…

Jean-Claude BOREL GARIN, bien connu pour avoir exercé en Agde les fonctions de Commissaire de Police pour la plus grande quiétude des agathois a depuis vingt ans poursuivi une carrière exemplaire dans la police nationale. Nommé Contrôleur Général il, s’est vu récemment confié la mission de rétablir l’ordre dans un des départements les plus difficiles pour la gestion de ses cités de banlieues : « L’Essonne » ( 91).

D’Agde à Versailles, en passant par La Nouvelle Calédonie, le RAID, Marseille, Grenoble ou la sécurité de la coupe du Monde de Football, la présence en poste de Jean-Claude BOREL GARIN n’a été regretté que par les délinquants qui eurent affaire à ses services.

Les initiatives furent nombreuses et les aménagements innovants ont à chaque fois laissé l’empreinte d’une baisse significative de la délinquance matérialisée par des pourcentages à deux chiffres dans la plupart des postes qu’il a occupé.

Jean-Claude BOREL GARIN, actuel numéro un de la police de l’Essonne a décidé récemment de mettre en place une adresse e-mail au travers de laquelle, comme il l’avait fait dans l’Isére, chacun des justiciables peut signaler des infractions et des comportements dangereux et illicites !
Et voilà que le secrétaire d’un syndicat de Police « ALLIANCE » plus connu pour ses prestations télévisées que pour ses actions policières s’empare du seul terrain qu’il laboure avec aisance : Celui de la controverse !
Habitué des plateaux, Jean-Claude DELAGE agit tel un pitt-bull de service défenseur de Brice Hortefeux en accusant la présentatrice de M6 Mélissa THEURIAU de « comportement agressif aveuglée par une haine non dissimulée de la police ». Interprétation toute personnelle bien sur ! En toute indépendance Mélissa THEURIAU avait simplement exercé son métier en interviewant librement un ministre en exercice

La ire médiatique de Monsieur DELAGE a cette fois-çi déterré un procédé déjà utilisé depuis un an pour le présenter aux médias avec les superlatifs habituellement utilisés avec les voyous d’un autre âge. Delage craint que l’on puisse interpréter comme une « réinstallation de la police de Vichy » et indique même que ce procédé est « une usine à gaz. » . Le personnage fait dans la finesse !

Dame Monsieur DELAGE ! Quel est le délit ? Que la police Nationale possède une adresse mail comme 30 millions de Français ? Qu’elle la fasse connaître et que l’on puisse l’informer aussi facilement qu’en composant le 17 d’une cabine téléphonique ou qu’en envoyant un simple courrier ?
Pour faire bon poids on glisse le mot délation dans la conversation et le tour est joué !
Mais quelle délation ?
Y aurait il délation pour Monsieur DELAGE lorsqu’un citoyen comme c’est son obligation légale informe d’un délit ou d’un crime si il y assiste ?
Préfère t-il la loi de l’omertà ?

Un peu de sérieux Monsieur DELAGE, restez dans votre rôle de défense des intérêts des membres respectables de la Police Nationale plutôt que de tenir des propos irresponsables plus prés d’une polémique politicienne que de la défense des fonctionnaires que vous représentez.
A vous entendre, les français auraient le droit d’informer le monde entier par mail, d ‘alerter les journalistes… mais surtout pas les policiers !

Et pour quelle raison ? La police ne saurait-elle pas faire la part des choses ?

Croyez vous que les journalistes diffusent tout ce qu’ils reçoivent ? Sur la maitresse d’untel sur les orientations sexuelles de tel autre ou sur la religion d’un troisième ?
Non ! Rassurez vous ! Ils savent faire le tri et la part des choses comme l’immense majorité des fonctionnaires de police.
Ils savent également se passer d’amalgame malsain pour parler des initiatives de leurs collègues et ont à leur égard des mots bien plus … « policés » que les vôtres !

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.