REGION LRMP - Intervention de Christophe RIVENQ pour le groupe UEDC

Assemblée Plénière de la Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées Montpellier - 26 mai 2016 Intervention de Christophe…

Assemblée Plénière de la Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées Montpellier – 26 mai 2016

Intervention de Christophe RIVENQ pour le groupe UEDC

Madame la Présidente, Mes Chers Collègues,
Aujourd’hui est un jour important pour notre nouvelle grande Région, ou plutôt devrais-je dire aujourd’hui aurait pu être un jour important pour notre nouvelle grande Région Madame la Présidente. Mais assurément cela ne sera pas le cas.

En effet, alors que nous nous apprêtons à voter le 1er budget de notre nouvelle institution, ce budget qui aurait dû imprimer une nouvelle empreinte, votre empreinte, Madame la Présidente, malgré toutes vos tentatives d’habillage, ce 1er acte sera, comme vous le démontrera notre collègue Sacha Briand, un acte manqué, marqué par son manque d’ambition, marqué par le poids de l’histoire de vos prédécesseurs et marqué du sceau du compromis avec votre majorité hétéroclite dont nous verrons si, comme c’est le cas souvent lors des réunions de Commissions, certains ont le courage de porter devant cette Assemblée les contestations de quelques uns de vos choix.

Alors certes, vous allez nous asséner à grands renforts de chiffres mirifiques, des autorisations de programmes nombreuses, réunis sous le vocable un peu désuet et employé à tort de « Plan Marshall » dont vous vous gargarisez si souvent, mais en réalité votre budget 2016 ne sera que la pâle reconduction des politiques anciennes non harmonisées.

Vous nous proposerez donc d’entériner aujourd’hui la création d’une Région à deux vitesses, une Région inéquitable donc une Région injuste. C’est la raison pour laquelle, afin de faire rentrer dans les faits ceUe nouvelle Région, nous aurons l’occasion de vous proposer un certains nombre d’amendements qui auront vocation à harmoniser au plus tôt nos Politiques publiques régionales. Si vous aussi vous partagez cette ambition, vous aurez donc la possibilité, pour passer de la parole aux actes, de nous accompagner dans cette démarche en votant ces amendements.

Car chacun le sait bien : le budget est l’acte politique majeur qui rythme la vie d’une collectivité publique. Et le premier d’une mandature et d’une nouvelle collectivité revêt à ce titre une importance toute particulière.

Ainsi, il n’est pas une simple « affaire » comptable. Il exige à la fois lucidité, courage et esprit d’innovation. Il impose d’opérer des choix dans un environnement économique et social contraint, de tracer un cap, d’exprimer une vision pour l’avenir d’un territoire. Il est aussi directement tributaire d’un contexte politique et institutionnel, dont vous êtes comptable, Madame la Présidente, tout comme bon nombre d’élus de votre majorité qui siégez dans la majorité nationale et qui êtes donc co-responsables des Lois que votre gouvernement a présenté et que vous semblez vouloir dénoncer aujourd’hui à travers au moins deux rapports que nous examineront. Quel paradoxe, ou devrais-je dire, quelle schizophrénie, dont le PS est d’ailleurs coutumier. A Paris on vote comme un seul homme, la Loi NOTRe par exemple. A Paris, on impose, on passe en force comme on vient de le voir sur la Loi travail, et en Province que fait-on ? On dénonce. A Paris on vote une Loi de Finances qui rackette les Collectivités territoriales et ici comment réagit-on ? On demande au gouvernement d’augmenter ces dotations. Je crois que cela n’abuse plus grand monde.

L’analyse de ce contexte est aujourd’hui partagée par l’immense majorité des élus locaux, toutes sensibilités politiques confondues. Jamais, dans le long processus de décentralisation inauguré par les lois de 1982 – 1983, l’organisation territoriale de notre pays n’aura connu, comme en cette année 2016, une telle période de flou et d’incertitude sur son avenir.

Trois années de pouvoir de gauche et quatre lois auront en effet suffi pour détruire une dynamique engagée depuis plus de trois décennies. Les lois des 17 mai 2013, 27 janvier 2014, 16 janvier 2015 et 7 août 2015 resteront parmi les exemples les plus marquants d’improvisation, d’impréparation, d’amateurisme en matière de production législative et de mépris à l’égard des acteurs des territoires. A défaut d’une concertation digne de ce nom, les débats politiques qui ont jalonné l’élaboration et l’adoption de ces lois auront mis en lumière cette triste réalité : dans notre pays, la décentralisation est en cale sèche.
Si les débats sont clos, la réalité demeure et de ce point de vue, le premier budget de la nouvelle Région n’apporte aucune inflexion aux dérives antérieures.

Budget 2016 : une fusion comptable

Pour la Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, issue de la fusion imposée par la loi du 16 janvier 2015, l’occasion était donc belle de marquer d’une volonté politique forte le premier budget de sa nouvelle configuration territoriale et d’imprimer un élan destiné à prendre la pleine mesure des défis à relever.

Or, que nous proposez-vous ? Une simple fusion comptable, un budget caractérisé par l’addition et par la juxtaposition des programmes des deux anciennes collectivités. Le dogme d’un budget tout enCer fondé sur la dépense, l’impôt et la dette est toujours d’actualité.

Pour tenter de donner à votre budget primitif la couleur de la cohérence, votre présentation fait étalage de slogans et de procédures qui ne tromperont personne. Ni votre soi-disant « Plan Marshall » dont la seule évocation marque la reconnaissance de l’état de délabrement de nos territoires après une décennie de gestion socialiste, mais dont le contenu est illisible, ni votre plan de soutien au secteur du BTP, qui n’est rien d’autre que l’affichage de programmes préexistants, ni « l’Assemblée des territoires », qui ne fera qu’apporter la confusion dans une organisation administrative locale dont nos concitoyens ne perçoivent plus la cohérence d’ensemble, à force de réformes mal préparées et mal conduites. Comme d’ailleurs nous le dit le CESER dans son avis sur notre BP 2016, puisqu’en conclusion « ils regrettent l’absence d’évaluation des politiques publiques qui ont été menées sur les deux anciens territoires régionaux… » et surtout ils « s’interrogent par ailleurs sur la capacité de la Région à réaliser toutes ses ambitions d’ici la fin de l’année 2016, notamment en matière de construction de Lycées, de formation professionnelle et de contrats d’apprentissage ».
Au total, vos « choix » budgétaires ne sont pas à la hauteur des enjeux de la nouvelle Région.
Pour tout cela Madame la Présidente, vous comprendrez que nous n’allons pas aujourd’hui vous suivre dans les directions et les chemins que vous nous proposez et il est encore temps pour vous d’infléchir dès aujourd’hui un certain nombre de vos orientations, vers plus d’ambitions et d’équités.

Mais sachez le Madame la Présidente, que vous aurez face à vous aujourd’hui, comme depuis le début de cette mandature, et pour les prochaines années, une opposition républicaine unie, une équipe impliquée, engagée qui ne vous laissera rien passé de ce qui pourrait heurter nos convictions et nos engagements.

Mais soyez sûr également que notre opposition sera une opposition constructive et digne, car nous ne souhaitons pas connaître à nouveau les invectives et la violence des propos dont certains élus se sont rendus coupables lors de la dernière séance. Une antude qui ne fait pas honneur à notre fonction et qui donne une image déplorable de notre rôle d'élu. Notre seul objectif commun, au sein de cette assemblée, doit être de créer une nouvelle dynamique territoriale, de donner une nouvelle et grande ambition pour notre merveilleuse grande Région qui en a réellement besoin mais que votre budget, malheureusement, ne porte pas du tout.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.