Résumé des Interventions en Conseil Municipal du 5 Mars

Enfin un Conseil Municipal où il y a plus de personnes dans le public…

Enfin un Conseil Municipal où il y a plus de personnes dans le public que sur « scène ». Le motif en est simple : la présence massive de commerçants et représentants associatifs opposés à la mise en place de parkings payants sur la station. C’est donc au milieu de pancartes que j’ai réussi à trouver une place pour assister à ce qui s’annonçait comme un grand conseil. Place au premier rang, une fois n’est pas coutume, avec à l’arrière de nombreux opposants en colère et sur mon côté gauche un service d’ordre non officiel, mais bien musclé, des partisans de Gilles d’Ettore.
Après 13 minutes de retard, le Conseil commence enfin.

1ere Question Orale de Mme Florence DENESTEBE
Mr le Maire, vous avez décidé de rendre payants une partie des parkings du Cap d’Agde, et cela sans aucune concertation préalable, en privilégiant un passage en force. En premier lieu, vous êtes incompétent pour le faire, cette tâche ayant été dévolue à la Communauté d’Agglomération. Vous créez un nouvel impôt parking, en plus de l’augmentation de la taxe de séjour (+16%), de la nouvelle taxe sur la plaisance nautique (+7.5%) et un nouvel impôt sur les enseignes publicitaires. Et « pour couronner le tout, vous nous annoncez une hausse de l’impôt foncier de 10% ». Bref, en mettant en place ces hausses, ces nouveaux impôts ou taxes, vous « pénalisez encore plus le tourisme local ». La question est d’importance et mérite un débat : c’est ce que je vous demande aujourd’hui !

Applaudissements soutenus après cette question, appuyés par quelque « nous voulons un débat ! ». Comme c’était prévisible, le Maire commence à répondre sous les huées, mais ne se laisse pas perturber et continue d’une voie assez calme.

Gilles d’Ettore – Tout d’abord, le choix de rendre les parkings payants est bien une compétence de la ville et non de la Communauté d’Agglo. Vous parlez de débat, mais des débats ont bien eu lieu avec les intéressés. Et la Mairie continuera les rencontres avec les acteurs du tourisme, par la mise en place d’un comité consultatif chargé d’amender le projet initial. Sur le fond du projet, pourquoi rendre une partie (environ 2000 places) des parkings payants ? Le Maire part d’un constat : la faiblesse des taxes perçues sur le tourisme. Faiblesse à mettre en parallèle avec le coût important des investissements nécessaires, voire indispensables pour l’évolution des infrastructures, afin de proposer une offre touristique encore plus qualitative. Pour accompagner ce projet, une politique tarifaire avantageuse sera mise en place (1 heure gratuite). Les parkings seront surveillés et gardés. Le Cap d’Agde est déjà la station la plus sécurisée de France ( ?), avec ce dispositif elle le sera encore plus. De même, un service de navettes sera mis en place (payant ou gratuit ?) permettant aux touristes de se rendre facilement à différents endroits de la station. Bref, une mise en place obligatoire dictée par « la défense de l’intérêt général ». Les recettes de ces parkings sont estimées à 1 Million d’Euros annuel. Elles seront affectées à la modernisation des infrastructures du Cap d’Agde, afin de rendre l’offre touristique encore plus attractive.

Evidemment, l’intervention assez longue de Gilles d’Ettore a été ponctuée par quelques huées. Mais soyons honnêtes, malgré quelques rappels à l’ordre, le ton général de sa réponse a été calme et posé.

Henri Couquet, comme l’on pouvait s’y attendre, intervient ou plutôt cherche à intervenir. Demande refusée par le Maire, car en dehors du cadre de la question orale. Même sans micro, Henri Couquet continue et constate le refus du débat par le Maire, malgré la demande de Florence Denestebe : « Vous refusez le débat, vous en avez peur ! ». Fort brouhaha dans la salle et encouragements à Henri Couquet.
Finalement, la parole lui est donnée. – Un constat pour commencer sur le budget 2008 : l’excédent dégagé est le plus faible depuis 6 ans. Pour compenser les pertes, « il faut faire payer le touriste ! ». Or, l’un des principaux atouts du Cap, c’est « un stationnement vaste et gratuit » et il convient de conserver cet atout de la station.
Gilles d’Ettore – « Le budget est parfaitement équilibré, et d’ailleurs, vous l’avez approuvé. Encore une fois, vous donnez dans la caricature et la démagogie ». S’en suit une démonstration, où l’on apprend qu’il sera plus facile aux touristes de se garer, grâce aux parkings payants, et d’accéder ainsi aux commerces.  Le crédo est le même : « Seul, l’intérêt général nous motive ! ».

Serge Jene – « Le tourisme local est un tourisme de masse. » Il est dommageable pour tous de faire toujours payer les touristes. « Arrêtons de les prendre pour une vache à lait ! ».
Peu de réponse du Maire préférant attaquer Serge Jene sur son ancien rôle de directeur de campagne à ses côtés. « Excellent directeur de campagne même. Dommage que vous n’ayez pas réussi aussi bien avec votre autre poulain. »  Serge Jene continue en s’interrogeant sur l’avenir des parkings encore gratuits, et demande une sécurisation plus efficace de ces derniers. « Ce sera fait ; rassurez vous. »

Nathalie Dubois : « En votant le TPLE, vous pensez aussi aider les commerçants ? ».
Gilles d’Ettore – Pour embellir l’environnement, il faut du courage politique. La mise en place d’une esthétique urbaine améliorera l’accueil touristique.

Adrien Terribile – Vous installez des sucettes à tout va ; où est l’esthétique ?
Gilles d’Ettore – Il y en a moins qu’avant, et plus dispersées, tout en s’intégrant mieux dans le paysage urbain.

Question n° 2 – Budget de la Ville
Présentation par Gilles d’Ettore des grandes lignes du budget, caractérisé avant tout par une maîtrise des dépenses de fonctionnement et un très fort investissement de 23,5 Million d’Euros destiné à combattre les effets de la crise, rejoignant ainsi la politique initiée par Nicolas Sarkozy. Développement des infrastructures, amélioration des conditions de vie et de l’attractivité touristique (avec ainsi la création d’un parcours de 9 trous supplémentaires pour le Golf). Je ne récapitulerai pas ici toutes les annonces faites, vous pourrez en prendre connaissance dans le prochain journal municipal. La mesure phare restera l’augmentation de la taxe foncière annoncée à 9,5%.
A propos des parkings payants, l’investissement réalisé par la ville sera de 1,8 Million d’Euros, sans doute hors calcul des frais de fonctionnement. Ce chiffre est à mettre en rapport avec la recette estimée à 1 Million d’Euros annuel.

Florence Denestebe – Vous avez trompé les agathois avec des pseudos baisses pré-électorales qui n’avaient qu’une ambition : Celle de faire passer le  piètre gestionnaire que vous avez été pour le lauréat du Pole d’excellence de la finance locale.
On voit le résultat aujourd’hui : Les caisses sont vides et vous ne pouvez plus occulter que vous en êtes  l’unique responsable. Le bilan est simple : Tout ce qui vous avez fait arriver au pouvoir : Tout ce que vous aviez reproché a votre prédécesseur, la dette, les emprunts, l’augmentation des impôts municipaux… TOUT SE REPRODUIT  ……… MAIS  EN PIRE . La base d’imposition fiscale principale : L’impôt foncier : Le taux était de 16,71 % à votre arrivée  il sera  de 25,46 % cette année. Soit 52.36 % de plus ? En cette période de remise des prix et puisque vous aimez les reconnaissances ; vous méritez un autre Pole d ‘excellence, celui de la pression fiscale ! En période de  crise, précision faite qu’elle n’a pas encore touché les finances communales… il est important de préserver notre outil et de le rendre plus compétitif.
A l’évidence, par rapport à nos nécessités et afin de ne pas apparaître comme le fossoyeur de l’économie locale, vous avez choisi de «  pondérer » si j’ose dire l’augmentation fiscale en la limitant à 10 % …
C’est  possible ! Possible si vous réduisez les dépenses somptuaires… Possible principalement, si vous réduisiez la voilure de cette idée pharaonique d’un centre aquatique au coût deux fois supérieurs  ceux qui lui sont comparables…
Cela ne servira sans doute à rien, mais je vous mets en garde Monsieur le Maire , demain si  vous ne réduisez pas la voilure avec ce centre aquatique , dans un an…  , dans deux ans … vous serez a nouveau dans l’obligation d’augmenter les impôts de manière significative. L’économie agathoise  et les citoyens ne pourront plus le supporter..
« Prenez enfin conscience Monsieur le Maire .. .qu’ il y a des limites à tout et que c’est avec l’argent des autres que votre bon plaisir et vos choix  aventureux sont satisfaits. »
Gilles d’Ettore – Sur le foncier bâti, Agde a des taux largement inférieurs à la moyenne des communes du département (Sète : 42,15%, Agde : 25,46%). En effet, la dette à mon arrivée était lourde, mais elle n’a que légèrement augmentée. Par contre, Agde n’avait à cette époque aucune capacité d’auto-investissement, alors que maintenant elle en dispose, permettant ainsi de gérer le développement des infrastructures nécessaires. Quand au centre aquatique, il était inscrit dans notre programme électoral et nous avons été élus pour le faire. Et j’espère bien, Madame Denestebe, vous voir vous y baigner.

Nathalie Dubois – Des dépenses de fonctionnement en hausse, une fuite en avant de la dette, pas de capacité d’auto-investissement conséquent… Bref un constat d’échec global de votre politique. Pour ces motifs, je voterai contre.
Gilles d’Ettore – … (pas de réponse)

Henri Couquet – Vous présentez un budget de rupture avec nos engagements électoraux. C’est la fin de la maitrise de la dette, la fin des investissements productifs, la fin de l’allégement de la pression fiscale. Suit une critique nourrie du train de vie de la municipalité. 2009 sera l’année du plus fort niveau d’endettement de Agde. Elle sera également l’année de son plus haut niveau d’emprunt. « La dette à un moment donné, ca se paye ! ». Il ne faut pas s’engager dans cette dérive. Poursuivons la voie de la décrue fiscale !
Gilles d’Ettore – (avec un air amusé) « Nous ne sommes pas dans la dérive ». L’augmentation de la taxe sur le foncier bâti nous permettra de rééquilibrer notre baisse de recettes. Nous devons faire un effort dans tous les budgets de fonctionnement. Les grands équilibres sont et seront maintenus.

Serge Jene- Pourquoi augmenter les impôts et pourquoi un recours massif à l’emprunt ?
Gilles d’Ettore – Nous devons compenser nos pertes dues à la crise et nous nous devons d’investir pour en limiter les effets.

Henri Couquet – Vous nous parlez de recettes en baisse, mais les taux d’emprunt baissent aussi ! De même, vous auriez du prévoir la baisse des prélèvements sur le Casino, due avant tout à l’interdiction de fumer et la présentation de la carte d’identité devenue obligatoire.
Gilles d’Ettore – « Vous êtes pathétique, Mr Henri Couquet ». La crise est bien présente et elle touche autant les clients du Casino que le reste de la population. Notre budget est justement défini pour en limiter les effets.

Helene Pascual – Dans ce contexte de crise, on peut s’interroger sur le choix de vos investissements. Où sont les mesures concernant le travail des agathois, quand est-il des mesures sociales pour accompagner les personnes en difficulté ?
Gilles d’Ettore – Le gouvernement, comme la ville, a fait le choix d’investir. Et nous savons que cette forte politique d’investissement portera ses fruits.

Fin de la question concernant le Budget et départ de Mr Henri Couquet.

Peu de questions sur le reste de l’ordre du jour.
Sur la Performance énergétique des bâtiments, qui permet une révision du COS (+20%) de la ZAC du Village Naturiste, intervention de Florence Denestebe qui dénonce, sous couvert, d’écologie une augmentation de la bétonisation du quartier et pose la question pour savoir si des projets ont déjà été retenus pour la construction d’un Hôtel 4 étoiles sur cette zone. Gilles d’Ettore, agacé, répond qu’il n’est pas question de révéler l’identité du promoteur retenu, et insiste sur l’utilité, pour la station, de disposer d’une structure hôtelière de haut niveau. Sebastien Frey insiste sur la qualité environnementale de cette construction, et Gilles d’Ettore conclut en rappelant que ce type de bâtiment s’inscrit totalement dans le cadre du Grenelle de l’environnement, que chaque groupe parlementaire a voté, hormis les Verts. Pas de réponse donc sur le projet retenu.

Sur la salle polyvalente amenée à remplacer la salle des fêtes (Moulin des Evêques),
Florence Denestebe – Lors du lancement de l’opération vous aviez annoncée en conseil municipal un budget de 1 750 000 euros, l’autorisation de programme présentée aujourd’hui est de 3 150 000 euros et ne concerne que l’acquisition et les aménagements extérieurs. D’ou proviennent ces 80 % supplémentaire a votre proposition initiale.  
Gilles d’Ettore – Ce montant correspond à l’investissement nécessaire pour les abords du Moulin des Evêques.

Sur le rachat de la discothèque Le Privé au Grau d’Agde par la Ville afin de regrouper les différentes entités administratives du Grau,
Pascal Troisi demande que l’aspect « éventuel » de l’utilisation de ce local par l’office du Tourisme soit retiré. Proposition acceptée par Gilles d’Ettore.
Florence Denestebe, tout en approuvant le projet, espère que cette nouvelle entité sera rapidement mise en place et que cet achat de bâtiment n’aura pas été réalisé pour rien (comme pour l’immeuble accueillant ONE FM prêté à titre gracieux par la Mairie, autrefois destiné à un rond-point).
Gilles d’Ettore répond sur la question concernant ONE FM en affirmant que la Mairie avait changé d’avis à propos de l’affectation de cet immeuble. « Il n’y a que le cons qui ne changent pas d’avis »( Voilà qui pourrait raviver l’espoir du Collectif contre les parkings Payants au Cap d’Agde 🙂
Il affirme ensuite que cette nouvelle structure sera très vite mise en place, sans que cela ait couté au contribuable agathois. Le montant de l’acquisition étant compensé par les cessions des bâtiments existants.

Fin du Conseil. Les opposants du moment, comme les soutiens de Gilles d’Ettore, sont repartis depuis bien longtemps.
Ne restent que les quelques habitués que l’on retrouve à chaque Conseil.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.