Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

Santé - Frédéric Bonnet, DA de l’Aipals : « Covid-19 : la prévention avant tout ! »

Frédéric Bonnet, directeur adjoint de l’Aipals – service de santé au travail sur le grand Montpellier –, met l’accent sur la prévention pour éviter la propagation du Covid-19. Il livre également à l’HJE des conseils pratiques pour les employeurs, à travers plusieurs cas de figure.

Quelles sont les mesures de base à prendre contre le Covid ?

« On ne le répétera jamais assez, il faut porter un masque à son poste de travail, bien que ce soit désagréable. On ne peut l’enlever que si l’on est seul dans un bureau fermé. Il ne faut pas toucher le masque ni le mettre n’importe comment. Le virus reste actif sur la peau pendant 9 heures. Le lavage très régulier des mains est donc fortement conseillé. Dès que l’on touche son masque, il faut le manipuler avec les mains propres. C’est la base. Les sols, les surfaces, les interrupteurs et poignées de portes de toutes les pièces doivent être scrupuleusement et régulièrement désinfectés. Seuls les produits virucides répondant à la norme EN14476 permettent de tuer le Covid-19. Les produits utilisés en restauration collective (pour désinfecter l’inox et autres) répondent à cette norme.  »

Comment éviter les clusters en entreprise ?

« Je le répète, le respect des gestes barrières est impératif : le port du masque, mis correctement, permet de se protéger (il évite de mettre les mains aux muqueuses) et de protéger les autres (il évite les projections du nez et de la bouche). Il est conseillé de limiter les accès aux salles de pause. Et il faut éviter la prise des repas en commun, car des projections sont inévitablement émises, lorsque l’on mange, sur le morceau de pain du voisin, son repas, son verre d’eau… Il est fortement déconseillé d’utiliser les mêmes assiettes et couverts, même lavés. Mieux vaut que chacun apporte sa nourriture, ses couverts, son assiette, son verre. Surtout, le réfrigérateur, le four à micro-ondes, la table, les chaises doivent être désinfectés à chaque passage. Il faut nettoyer derrière soi, se positionner comme si on était porteur du virus, faire attention de ne pas le transmettre aux autres. Attention aussi aux échanges de papiers d’un bureau à l’autre. Je conseille d’identifier tous les éléments qui peuvent potentiellement transporter le virus. Le courrier doit être gardé 24 heures avant d’être traité. Certes, cela représente beaucoup de contraintes, mais c’est d’une importance capitale. »


« Seuls les produits virucides  répondant à la norme EN14476  permettent de tuer le Covid-19. »


L’employeur a-t-il le droit de faire procéder à une prise de température à l’entrée ?

« Un employeur ne peut pas organiser la prise de température de ses salariés car cet acte relève du médical et du secret professionnel. Ces contrôles de température à grande échelle sont plutôt le fait de grandes entreprises. A ma connaissance, il n’y en a pas à Montpellier. »

En ce contexte de pandémie, que doit faire l’employeur si un collaborateur ne se sent pas bien ?

« En cas de symptômes, on préconise que le salarié surveille individuellement sa température. La fièvre est un indicateur. L’employeur doit conseiller à son salarié d’appeler son médecin traitant, qui évalue alors les symptômes. Si les symptômes sont similaires à ceux de la Covid, le médecin fait une ordonnance au salarié afin que celui-ci effectue un test PCR immédiatement. Le salarié doit ensuite être isolé, c’est-à-dire rester chez lui jusqu’au résultat du test, en télétravail si son état le permet ou en arrêt de travail si son état l’empêche de travailler ou si son poste ne permet pas le télétravail. Si le résultat est négatif, le salarié peut revenir au travail s’il est en état médical de travailler. S’il a encore de la fièvre, ce qui peut être indicateur d’une grippe, mieux vaut éviter qu’il se rende au travail, pour éviter la contagion. Si le test est positif, le salarié reste à l’isolement chez lui pendant sept jours. Si le télétravail est impossible, il reste en arrêt de travail, mais s’il est possible pour lui de télétravailler, et si son poste le permet, il peut télétravailler. »

Que faire quand il y a un cas contact au sein d’une entreprise ?

« Si un salarié est identifié cas contact par la CPAM, dès l’appel téléphonique de la Sécurité sociale, il doit se mettre à l’isolement et réaliser un test dans le délai demandé par la CPAM. Si le test est positif, il reste en isolement (en télétravail ou en arrêt de travail). S’il est négatif, il retourne à son poste de travail. »

Et s’il y a un cas confirmé dans l’entreprise, comment l’employeur doit-il agir ?

« Le cas confirmé est mis à l’isolement chez lui. S’il n’a pas de symptômes et qu’il est en état, il peut télétravailler. Sinon, il peut être en arrêt de travail. Certains autres salariés sont des cas contacts s’ils l’ont côtoyé ; ils restent à leur poste de travail et seront testés sept jours après. L’entreprise peut demander un test massif par prélèvement par un infirmier libéral formé au test nasopharyngé. L’employeur peut contacter l’Aipals pour obtenir des ordonnances. Attention, le salarié est libre d’accepter de se faire tester ou non. »

Et comment se passe le retour au travail d’une personne qui a eu la Covid ?

« Si son état le permet, elle revient à son poste de travail normalement au bout de sept jours, car le niveau de contagiosité est alors nul. Attention, l’immunité des personnes qui ont eu la Covid-19 semble de courte durée. Il leur sera à nouveau nécessaire de porter un masque, se laver les mains, etc.
Quant aux personnes lourdement atteintes, pour l’instant, l’Aipals n’a pas eu à en accompagner. Mais il faut savoir qu’un arrêt de travail au-delà de trente jours entraîne une visite de reprise avec le médecin du travail. Celui-ci se mettra en lien avec le médecin traitant et consultera le dossier médical du patient pour accompagner au mieux la reprise du travail par la personne, en fonction de son degré d’atteinte par la maladie. »

Quelles sont les questions les plus fréquentes que vous posent les employeurs en cette période de crise sanitaire,
et vos réponses ?

« Il y a eu 3 phases. Pendant le confinement, nous avons instauré un numéro unique pour répondre aux sollicitations des employeurs – ce numéro est d’ailleurs toujours actif [voir en fin d’article, ndlr]. On a alors constaté une immense sidération. Puis sont venues les questions sur la mise en place du télétravail, savoir s’il fallait faire travailler ou pas les salariés, etc.

Lors du déconfinement, les questions portaient sur les moyens de sécuriser l’entreprise pour les salariés. L’Aipals a alors mis en place des webinaires pour les entreprises, qui se sont inscrites en grand nombre. Ces webinaires diffusaient des conseils pratiques pour sécuriser chaque lieu depuis l’arrivée des collaborateurs jusqu’à leur sortie : vestiaire, bureau, atelier, salle de pause, salle de restauration, fumoir…

Nous vivons actuellement la troisième phase, qui consiste à délivrer du conseil au quotidien, répondre aux questions liées au test, à qui est cas contact ou pas, à la mise en isolement. J’en profite pour dire que non, un cas contact d’un cas contact n’est pas un cas contact. »

Quel est le rôle de l’Aipals auprès des entreprises et salariés en cette période ?

« L’Aipals a un rôle d’information renforcé. La crise sanitaire met d’autant plus l’accent dessus. Par exemple, pour une carrosserie, le risque biologique n’était pas un souci avant la pandémie. Le Document Unique – qui recense tous les risques de l’entreprise – concernait les risques chimiques, musculo-squelettiques, de pression… Nous accompagnons donc les entreprises dans la mise à jour du Document Unique, incluant les risques liés au télétravail (isolement, difficultés des salariés mal-logés ou sous-équipés) et aux risques psycho-sociaux. »

Comment les employeurs peuvent-ils contacter l’Aipals au sujet du Covid ?

« Lors du confinement, nous avons téléphoné aux 3 .600 entreprises adhérentes. Désormais, nous communiquons chaque semaine avec elles par mail ; nous leur transmettons les guides, les protocoles, que parfois nous simplifions pour apporter des informations pratiques compréhensibles.

Le numéro spécial Covid-19 est le 04 28 70 08 85 mais nous sommes aussi joignables par courriel à contact@aipals.com »

Propos recueillis par Virginie MOREAU
vmoreau.hje@gmail.com

Il y a deux semaines, le ministère du Travail a sorti 2 guides concernant les bons gestes en entreprise :
• Covid-19 : conseils et bonnes pratiques pour l’employeur
• Covid-19 : conseils et bonnes pratiques pour le salarié
Plus d’infos sur : https://travail-emploi.gouv.fr

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.