Savez vous planter les arbres ? A la mode à la mode
Savez vous planter les arbres ? A la mode de chez nous

  http://jt.france3.fr/regions/popup.php?id=c34b_1920&video_number=0 Samedi 17 octobre 2009, nous sommes allés, avec de nombreuses familles et…

 

http://jt.france3.fr/regions/popup.php?id=c34b_1920&video_number=0

Samedi 17 octobre 2009, nous sommes allés, avec de nombreuses familles et militants, replanter des arbres sur un terrain récemment déboisé, situé sur le Mont saint Clair à Sète:

Ne serait ce pas là, la meilleure manière de lutter contre le réchauffement climatique ?

En effet, les végétaux Verts chlorophylliens sont capables de transformer l’Energie Solaire, source de la vie, en énergie chimique pour la stocker dans les molécules organiques : pour cela, ils utilisent comme matière première, l’eau et le Dioxyde de Carbone présent dans l’air, et fabrique de la Matière Organique, molécules fabriquées par les organes c’est-à-dire par les êtres vivants : c’est la photosynthèse.

(Ce qui ne provient pas du vivant est minéral, les molécules minérales ne contenant pas d’énergie chimique).

Le Dioxyde de carbone, molécule minérale, était très abondant dans l’atmosphère terrestre au moment de l’apparition de la vie sur Terre : 95%.

Actuellement présent dans l’atmosphère à 0,03%, il est donc la molécule indispensable pour la conversion et le stockage de l’énergie solaire en énergie chimique dans les molécules organiques, appelées aussi Matière Carbonée : le Carbone du dioxyde de carbone est donc la « brique » indispensable à la construction de la matière vivante.

Ø Les végétaux ont donc permis par leur activité, la diminution du taux de dioxyde de carbone de 95% à 0,03% : le carbone a été stocké dans la matière vivante organique, d’abord végétale, puis animale.

En effet, les animaux consomment la matière vivante végétale pour y puiser l’énergie chimique qu’elle contient, et l’utiliser pour leurs besoins vitaux grâce à la respiration : les animaux rejettent alors un déchet en respirant, c’est du dioxyde de carbone, celui là même indispensable aux végétaux verts !

Le carbone suit donc un parcours complexe :

– du dioxyde de carbone de l’air, il va servir à la constitution de la matière organique végétale : il pourra y être stocké plus ou moins longtemps, dans une feuille qui sera vite décomposées, dans le bois pendant plusieurs dizaines d’années ou de siècles, ou dans les énergies fossiles, le pétrole ou le charbon pendant des millions d’années ;

– puis il servira à la construction de la matière organique animale, il peut y être piégé plusieurs millions d’années dans les coquilles de certains animaux qui serviront à la fabrication des calcaires,

– il retournera dans l’air à l’issu de la respiration, des fermentations ou des combustions … sortant alors du cycle de la vie.

Ø   Le taux de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, égal à 0,03% je le répète, est très faible et est donc le facteur limitant de la photosynthèse : si ce taux augmente, les végétaux réalisent davantage la photosynthèse et fixe plus de dioxyde de carbone en fabriquant plus de matière organique végétale ; donc ils grandissent plus vite.

Ø   Pourtant ce dioxyde de carbone, dans l’atmosphère, contribue à l’effet de serre atmosphérique, mais dans une plus faible proportion que d’autres gaz comme le méthane ou le monoxyde d’azote.

La réalité du réchauffement climatique est bien visible non loin de chez nous : le recul des glaciers dans les Alpes en est une preuve indéniable.

Ø   Mais une fois le diagnostic posé, la ou les causes ont-elles été bien identifiées ?

Est-ce le dioxyde de carbone, seul responsable (ou presque !) de ce dérèglement climatique ?

Le problème, est que si on se trompe de cause, cela ne va pas permettre d’inverser la tendance de ce réchauffement !

Ø   En effet, une voiture avec un moteur à explosion, roule grâce à la combustion de l’énergie fossile du carburant et libère du dioxyde de carbone, certes ; mais elle produit aussi de la chaleur qui contribue directement au réchauffement climatique !

  • Et si on calculait l’impact direct de ce réchauffement ?

Continuerait-on à subventionner l’industrie automobile produisant encore des voitures individuelles roulant avec des énergies fossiles ?

  • Et si on faisait l’inventaire de toutes les sources de chaleur directes ?
  • Continuerait-on à construire des centrales électriques nucléaires qui dégagent énormément de vapeur d’eau (gaz à effet de serre), et d’eau chaude après refroidissement des réacteurs ?
  • Continuerait-on à chauffer des logements à 25°C l’hiver, alors que l’été la climatisation est réglée à 20°C ???? sachant que 18°C est la température conseillée pour le sommeil optimum des nouveaux nés ?
  • Continuerait-on à construire des locaux commerciaux mal isolés à chauffer l’hiver et sans autoproduction d’énergie ; à les climatiser l’été alors que les climatiseurs dégagent de la chaleur hors du local ou du logement ?

Ø   Tous les appareils électriques dégagent de la chaleur (fer à repasser, aspirateur, réfrigérateur, …) ne faut-il pas prendre conscience collectivement de ces faits et réfléchir aux consommations qui nous sont indispensables pour éliminer de nos habitudes de vie ce qui est facultatif ? ou bien modifier ces habitudes de vie pour qu’elles contribuent de moins en moins au réchauffement de la planète ???

Peut être aussi et surtout, faut il avoir une réflexion collective, avec des solutions collectives mises en œuvre par des femmes ou des hommes politiques :

Le développement des transports en commun par exemple, est une solution indispensable pour diminuer l’impact de nos activités sur le réchauffement climatique en ne nous servant pas quotidiennement de notre véhicule personnel.

Ø   Donc, avant de mettre en place une « Taxe Carbone » qui se veut écologique, ne faudrait il pas commencer par arrêter de fermer des lignes de chemin de fer, comme c’est le cas dans notre région Languedoc-Roussillon ? où un tiers des voies de chemins de fer ont été détruites !

Cette taxe ne concerne pas l’énergie nucléaire, et les autres sources de chaleur, elle n’anticipe pas en proposant aux citoyens d’autres alternatives comme le transport collectif public, notamment en milieu rural.

Elle n’est donc pas une réponse écologique aux problèmes du réchauffement de la planète et ne s’attaque pas aux véritables causes.

Ce n’est pas une « contribution climat Energie » comme l’on proposé les Verts !

Pour être vraiment efficace, il faut que la contribution climat énergie s’applique à l’électricité et pas seulement aux énergies fossiles, afin de prendre en compte les émissions induites par le chauffage électrique et donc le nucléaire.

La Contribution Climat Energie des ménages doit être mise en place dans un souci de justice sociale et ne pas venir alourdir le budget des ménages les plus modestes. Les Verts soutiennent donc l’idée d’un “chèque vert”, sous condition de ressources, affecté à des produits et services qui contribuent à la baisse des émissions de chaleur, par exemple : alimentation bio et équitable ou de proximité (type AMAP), produits d’entretien de la maison bio, solutions de chauffage écologiques, transports écologiques, collectifs, …

Enfin, la création d’une Contribution Climat Energie des entreprises doit enclencher la transition d’une fiscalité qui pénalise le travail vers une fiscalité qui protège l’environnement.

Savez vous planter des arbres ?…….

 

Agnès GIZARD

Membre des Verts et signataire d’Europe Ecologie

Marseillan

06.73.27.18.68

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.