SERIGNAN - MONTPELLIER - "AIR VIVANT" CRÉATION MAGUELONE VIDAL les 12,16,17 et 18 juin 2016

AIR VIVANT MAGUELONE VIDAL conception, composition, direction musicale FABRICE RAMALINGOM chorégraphie DALILA KHATIR direction…

AIR VIVANT

MAGUELONE VIDAL conception, composition, direction musicale FABRICE RAMALINGOM chorégraphie
DALILA KHATIR direction musicale
GHYSLAINE GAU assistante chorégraphique

ENTRÉE LIBRE

Production Intensités

Coproductions

• Centre Chorégraphique National de Montpellier Languedoc-Roussillon
• Conservatoire Béziers Méditerrannée
• Maison Pour Tous Voltaire – Montpellier
• École Maternelle Claris de Florian – Montpellier

Partenariats

• Musée Régional d’Art Contemporain Languedoc-Roussillon • Château Vargoz – Ville de Sérignan
Intensités reçoit le soutien du ministère de la culture et de la communication Drac L. R. au titre de l’aide à l’ensemble musical conventionné ainsi que le soutien de la région Languedoc Roussillon au titre du conventionnement, de la ville de Montpellier, du département de l’Hérault

Note d’intention

Dans la ville, dans un lieu public, le hall d’un théâtre, une école, un musée, vingt à cinquante personnes, cent poumons, cinquante bouches occupent l’espace et interprètent une partition sonore à partir de leur propre respiration.
Celle-ci, d’abord organique, devient peu à peu rythmique, mélodique, toute en accents et en nuances. Elle devient musique.
Le souffle véhicule au fond de nous l’air que nous partageons tous et révèle les passages : il fait toucher et connaître par l’expérience les cavités int rieures. Il renvoie à la géographie du corps. Car, avant de servir à l’émission sonore, la respiration a une fonction vitale, celle d’assurer les échanges nécessaires à la vie : le corps entier ne cesse d’être ventilé.

Cette traversée à la fois intime et collective de l’air entre le dedans et le dehors s’inscrit aussi dans le corps de chaque performeur par un mouvement chorégraphique, corrélé à la partition respiratoire, qui contamine peu à peu tout le groupe.
Le chœur des souffleurs est formé de personnes volontaires de tous âges et de tous horizons, dont les placements et les déplacements dans l’espace permettent d’immerger le public dans le son.

Il est dirigé par Maguelone Vidal et Dalila Khatir. Le travail de direction implique de définir des gestes spécifiques et précis :

Fabrice Ramalingom, qui co-écrit la pièce au plan chorégraphique, intervient également sur la réalisation des gestes signalé- tiques des chefs d’orchestres pour créer un écho permanent entre leurs mouvements et ceux des performeurs.

Le souffle c’est aussi celui du vent, qui met en mouvement, qui excite ou apaise, qui attire et qui éloigne, qui rythme les traversées en mer. C’est celui qui permet la pollinisation, loin, bien au-delà du territoire. C’est le souffle migratoire qui parcourt l’espace et le temps, le souffle de la mémoire et le vent de l’histoire.
Le souffle c’est enfin et surtout, pour chacun d’entre nous, le son d’avant la langue. Il prévaut à toute parole, à tout langage et il est reproductible par tous et partout, où que l’on soit, d’où que l’on vienne.
Air vivant propose de faire de ce geste archaïque et vital, communément involontaire, une création qui résonne comme une expression essentielle de la relation à l’autre, du rapport au groupe et au monde : inspire-moi de qui tu es, de ce que tu me souffles, inspirons-nous !

Capture d%E2%80%99e%CC%81cran 2016 06 03 a%CC%80 09.40.14Maguelone vidal

Après des études de piano classique et des études de médecine, Maguelone Vidal se consacre au saxophone et au jazz. Passionnée par la création contemporaine et la pratique de l’improvisation, elle se forme auprès de Dave Liebman, Bernard Lubat, Chris Potter, Raymond Boni et Joëlle Léandre.
Elle participe à de nombreuses formations musicales et joue régulièrement sur la scène française et euroépéenne avec Bruno Chevillon, Pascal Contet, Joëlle Léandre, Didier Petit, Catherine Jauniaux, Christine Wodrascka, Jean-Luc Cappozzo, Dalila Khatir, Michel Godard, Raymond Boni, Géraldine Keller et bien d’autres.
Vivement intéressée par le croisement des champs artistiques, elle écrit pour des chorégraphes, des metteurs en scène et multiplie les performances avec des poètes sonores, des auteurs, des comédiens ou encore des plasticiens (Eva Vallejo, Thierry Roisin, Charles Pennequin, Fabrice Ramalingom, Laurent Pichaud, Rita Ciof , Jean-Marc Bourg, Michaël Glûck, Dimossios Ergasia, Marc Aurelle, Pierre Tilman).

Elle conçoit également de nombreuses créations musicales et performances pluridisciplinaires :

• Pour Suite (2008), une série de créations musicales construites en écho à des expositions ou des collections d’art contemporain
• Quatre (2010), création pour deux instruments à vent et deux contrebasses avec Joëlle Léandre, Jean-Luc Cappozzo et Bruno Chevillon
• Encore (2011) création en duo avec l’accordéoniste Pascal Contet
• Le Cœur du son (2011), performance chorégraphique et sonore créée en collaboration avec le chorégraphe Fabrice Ramalingom
• Boutès, celui qui saute (2012), petit opéra contemporain, mythologique et maritime sur le
texte de Pascal Quignard pour voix, saxophone et violoncelle, avec Catherine Jauniaux et Didier Petit, mis en espace par le chorégraphe Laurent Pichaud et en lumière par Huub Ubbens
• Anima (2013), création hybride entre performance scénique, musique et cinéma-multimédia avec Bruno Chevillon et les plasticiens Alain Lapierre et Emmanuelle Etienne
• Vous (2013), création entièrement  lectro-acoustique réalisée à partir d’enregistrements effectués dans des ateliers de création de vêtements pour le défilé Change to Chance pour Esmod International
En 2014 elle crée Histoire d’œil, un ciné-concert en duo avec Bruno Chevillon autour de trois films du cinéma surréaliste et Cochlea, une histoire intime du souffle à nos oreilles, pièce solo en forme d’autoportrait sur le souffle qui nous meut dans tous les sens du terme, en complicité la metteur en scène Eva Vallejo et la danseuse I Fang Lin.
La transmission fait partie intégrante de sa démarche artistique avec de nombreux projets pédagogiques et de création dans divers  tablissements publics : conservatoires, écoles des Beaux Arts, lycées, collèges, centre hospitalier universitaire.

discographie
Un CD Trace par le trio Joëlle Léandre – Maguelone Vidal – Raymond Boni paru en septembre 2009 sur le label Red Toucan (Canada), distribution Orkhêstra International

presse
Maguelone Vidal, en subtile exploratrice du souffle, touche l’histoire intime. Toutes perceptions assurées ! – MJ Latorre, La Marseillaise / novembre 2014
Surnommée parfois « l’agitée du saxophone », Maguelone Vidal est surtout une jeune musicienne au son et aux rythmes très personnels, dont les qualités d’improvisatrice font merveille, dans maintes formations. – Jean-Marie Lecarpentier, Panorama / 2008
Quel son, quel phrasé, quel engagement, quelle inventivité ! – Matthieu Perrinaud, Carré Bleu / 2008
À propos de Trace : Léandre, Vidal et Boni tissent leur histoire avec une acuité et une profondeur qui nous laissent sans voix. – Jerry D’Souza, All About Jazz, New York / 2009

Fabrice ramalingomCapture d%E2%80%99e%CC%81cran 2016 06 03 a%CC%80 09.40.26

FABRICE RAMALINGOM étudie de 1986 à 1988 au Centre national de danse contemporaine à Angers alors dirigé par Michel Reilhac, puis débute sa carrière de danseur-interprète au Centre chorégraphique national de Montpellier. Il y travaille de 1988 à 1993 à toutes les pièces de Dominique Bagouet, chorégraphe français emblématique réputé pour le raffinement de son écriture et dont l’œuvre reste majeure dans le paysage choréraphique français. Il dansera également dans One story, as in Falling, pièce créée pour la compagnie bagouet par Trisha Brown en 1992.
En 1993, il est membre fondateur des Carnets Bagouet, cellule de réflexion et de transmission des œuvres du chorégraphe disparu.

Parralèlement démarre l’aventure de La Camionetta, compagnie qu’il co-fonde avec Hélène Cathala.
En treize ans ensemble au sein de cette structure, ils chorégraphient onze pièces et seront artistes associés à l’Équinoxe Scène nationale de Chateauroux, au Théâtre de Nîmes, puis à la Scène nationale de Sète et du Bassin de Thau.
En 2002 à Montpellier, La Camionetta expérimente le collectif en s’associant à deux metteurs en scène et deux chorégraphes pour créer et diriger Changement de Propriétaire, lieu alternatif de production et de création qui ouvrira à nombre de projets transdisciplinaires, résidences, performances et formations.
La spéculation immobilière et les problèmes de voisinage auront raison de ce rêve qui en appelle d’autres. Celui de Fabrice sera d’ouvrir une nouvelle porte de son histoire. Fin de La Camionetta.

En 2006, il fonde la compagnie R.A.M.a. où chaque projet est l’occasion de s’ouvrir à d’autres médiums et à faire appel à des contributeurs issus de contextes culturels différents. Les dix pièces qu’il a signé depuis les débuts de R.A.M.a. sont autant d’espaces ouverts et tendus, capables notamment de réfléchir et nourrir des pensées sur des paradoxes qui lui sont chers, tels l’homme/l’animal, l’individu/la communauté, la présence/l’absence…
La question du territoire est aussi prédominante dans son nouveau projet. Fabrice sera tour à tour artiste en résidence à l’ADDMD11, artiste associé à l’Agora, cité internationale de la danse à Montpellier puis artiste associé au CDC Uzès Danse.
Fabrice est également réputé pour son engagement dans la transmission et la pédagogie sous toutes ses formes (formations professionnelles, interventions dans les universités, dans les centres chorégraphiques, master-classes, conférences dansées, stages et ateliers en direction de professionnels ou d’amateurs). En 2005, il est conseiller artistique pour la formation EX.E.R.CE du Centre chorégraphique national de Montpellier.
En parallèle à ses activités de chorégraphe et de pédagogue, il continue de travailler comme interprète aux côtés de Benoît Lachambre, Boris Charmatz, Anne Collod…

Capture d%E2%80%99e%CC%81cran 2016 06 03 a%CC%80 09.40.35Dalila khatir

De formation lyrique, la chanteuse Dalila Khatir interprète différents spectacles musicaux, en particulier avec la compagnie Opéra Éclat .
Elle travaille  galement avec des musiciens improvisateurs comme Fred Frith, Maggie Nichols, Maguelone Vidal, Roscoe Mitchell, Erik’M…
Elle a été interprète dans des créations théâtrales et musicales de Jean-Pierre Laroche, Philippe Ulysse et François-Michel Pesenti ainsi que pour les chorégraphes Mathilde Monnier, Julia Cima et Herman Diephuis avec qui elle mène une longue collaboration sur les créations Dalila et Samson par exemple, Julie entre autres et Ciao Bella.

Elle anime également des ateliers de voix et d’improvisation auprès de chorégraphes et de metteurs en scène comme Philippe Decouflé, Mathilde Monnier, Latifa Laâbissi, Michel Schweizer et collabore à Con forts fleuve, héatre élévision, Quintette cercle, Enfants et Manger de Boris Charmatz.
Elle joue actuellement dans le dernier spectacle de Michel Schweizer Cartel et est en création avec Herman Diephuis pour une pièce jeune public intitulée Bang.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.