SERIGNAN - Pose de la première pierre de la Maison des Orpellières

Frédéric Lacas, président de la Communauté d'agglomération Béziers Méditerranée, maire de Sérignan, Gérard Abella, Vice-président délégué…

Frédéric Lacas, président de la Communauté d'agglomération Béziers Méditerranée, maire de Sérignan, Gérard Abella, Vice-président délégué aux Énergies, au Climat et à la Transition énergétique, Florence Taillade, Vice-présidente délégué au Tourisme et première adjointe à Valras-Plage et Bernard Auriol, Vice-président délégué à l'Eau et l'Assainissement et maire de Sauvian se sont retrouvés ce jeudi 27 février pour la pose de la première pierre de la Maison des Orpellières à Sérignan-Plage.

Tour à tour, les partenaires ont pris la parole.

« Aujourd'hui avec cette première pierre posée, la Maison des Orpellières est offciellement lancée. C'est un site où nous allons faire de la gestion de public. En effet, le but n'est pas de faire venir de grandes foules, mais bien gérer les flux de personnes pour que cette zone naturelle remarquable puisse être mise en valeur. D'un côté la rive gauche avec le volet nature des Orpellières, le joyau de notre littoral, de l'autre côté la rive droite avec les ports Béziers Méditerranée que l'Agglo requalifie et modernise. Je salue le travail des différents partenaires. C'est un vrai projet de territoire, réalisé main dans la main, tout le monde y adhère. La maison des Orpellières est un lieu d'excellence que je résumerai en trois mots : culture, éducation et environnement », se félicite Frédéric Lacas.

 

Gérard Abella a ajouté qu'il « n'a pas été simple de lancer ce projet ambitieux mais le principal c'est d'être arrivé à le faire. Il va permettre de dévelloper le côté touristique pour les vacanciers, mais aussi le volet pédagogique qui va bénéficier à plus de 60 000 enfants du territoire au cours de visites scolaires. »

De son côté, Florence Taillade explique « qu'il s'agit d'un réel projet partenarial, avec un taux de subvention important et une volonté de tous les partenaires de faire vivre ce dossier et le faire aboutir. Bon vent au site des Orpellières ! »

 

Depuis 2014, l'Agglomération a en charge l'animation de ce site Natura 2000 et sa gestion pour le compte du Conservatoire du Littoral, qui en est propriétaire. Elle met en oeuvre la requalification de l'ancien Domaine viticole des Orpellières et la valorisation raisonnée du site, en aménageant l'espace afin que la fréquentation ne vienne en aucun cas perturber les espèces protégées et dégrader les habitats naturels du site. La maison de site a été officiellement nommée Maison des Orpellières et sera implantée dans l’un des bâtiments de l’ancien domaine viticole des Orpellières, après l'avoir démoli et reconstruit.

 

« Au-delà de l'attrait touristique et pédagogique, un volet hydraulique a été ajouté. Les campings et agriculteurs ont demandé si on pouvait mettre en place des dispositifs pour les aider pour ressuyer leurs terres en cas d'inondations, nous les accompagnerons », souligne Bernard Auriol.

 

Concernant le financement maximum obtenu en collaborant avec nos partenaires autour d'un projet à la fois environnemental, culturel et éducatif, il s'articule autour d'un montant total du projet de 3,07 M€ HT répartis de la façon suivante :
– Agglo : 754 126 € HT
– État : 800 000 € HT
– Conservatoire du Littoral : 282 000 € HT
– Département : 423 000 € HT
– Région Occitanie (Plan littoral 21) : 590 874 € HT
– Europe (Feder ATI) : 220 000 € HT

 

Retrouvez un dossier complet dans le journal Aqui à partir du 1er mars 2020 et sur le site internet lagglo.fr.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.