Sète Agglopôle Méditerranée : premier projet de réutilisation des eaux usées

C’est une grande première en matière de développement durable pour Sète Agglopole Méditerranée : le premier projet de réutilisation des eaux usées traitées est lancé sur le territoire. Il s'agit de réutiliser des eaux usées traitées par la station d’épuration de Marseillan « Pradels » à des fins d’irrigation du vignoble du Listel, tout en préservant les enjeux écologiques de ce site emblématique.

Pour François Commeinhes, président de Sète Agglopole Méditerranée, c’est “une démarche initiée voici plus de 3 ans entre les divers propriétaires ou gestionnaires fonciers avec des discussions entre nos collectivités, le propriétaire des vignes de Listel, et le conservatoire du littoral pour concilier enjeux écologiques et sauvegarde des activités viticoles, et préserver ainsi tous les usages de ce site exceptionnel. Sète ne compte qu’un seul domaine viticole, mais quel domaine ! 246 hectares de vignes, dont moins du tiers est aujourd’hui irrigué, qui nous donnent depuis la fin du 19e siècle ce délicieux vin des sables si apprécié et mondialement connu, mais dont les sols ne disposent d’aucune capacité de rétention.

Un travail collaboratif et de concertation

Ce projet a fait l’objet d’un travail collaboratif entre le Conservatoire de l’Espace Littoral et des Rivages Lacustres (CELRL), propriétaire des Salins et du canal de circonvallation, les Grands Domaines du Littoral (GDL), propriétaire du vignoble voisin, Sète agglopôle méditerranée (SAM), maître d’ouvrage de la station d’épuration des Pradels située sur la commune de Marseillan et gestionnaire des Salins pour le compte de CELRL, ainsi que le Conservatoire d’Espaces Naturels d’Occitanie, co-gestionnaire des Salins associé à SAM pour le compte du CELRL.

Cette démarche de concertation a été formalisée dans un dispositif conventionnel complet, engageant sur 20 ans et s’articulant autour d’un Règlement d’usage de l’eau, signé mercredi 24 novembre 2021, en présence de François Commeinhes, Président de SAM, Agnès Vince, Directrice du Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacrustes, Paul-François Vranken, Président de la SAS grands Domaines du Littoral, Arnaud Martin, Président du Conservatoire des Espaces naturels d’Occitanie, Antoine Brechignac, Directeur régional de Suez Occitanie, Michel Garcia, Président de la CLE du Bassin de Thau, Vice-président délégué à la gestion des espaces naturels, agricoles et viticoles et Yves Michel, Maire de Marseillan, Président du SMBT, Vice-Président délégué au grand et petit cycle de l’eau.

Les enjeux pour les Grands domaines du littoral

Les Grands Domaines du Littoral exploitent 246 ha de vignes sur le lido de Thau entre Sète et Marseillan. Ces vignes, cultivées sur une bande de sable entre l’étang de Thau et la mer, font partie du patrimoine de la région depuis 1883 (date de création de l’entreprise). De par sa situation, ce vignoble est très sensible aux déficits de pluviométrie.

L’exploitation de ces vignes subit les effets du changement climatique, en particulier des épisodes de sécheresses estivales de plus en plus longs et marqués. GDL a ainsi vu sa production réduire de l’ordre de 50 % sur les 5 dernières années (baisse des rendements, mortalité des vignes). Cette chute des rendements fait aujourd’hui peser un risque sur la pérennité des activités de GDL sur le lido.
Face à cette situation GDL a procédé à des travaux d’irrigation à l’eau potable d’une partie du vignoble. GDL prévoyant d’étendre ce réseau d’irrigation à la totalité du vignoble, une étude d’une solution alternative à l’eau potable a été envisagée.

1/3 du volume d’eau usée traitée disponible pour GDL

Le bassin de stockage artificiel de 65 000 m³, assure la fonction de volume tampon permettant de stocker et déstocker l’eau en fonction des besoins conjoints du site naturel du lido de Thau (écologie des Salins du Castellas et des zones humides du lido) ainsi que du domaine viticole de la société SAS Grands Domaines du Littoral (limitation des remontés du biseau salé via le canal de circonvallation et réutilisation des eaux usées traitées pour l’irrigation des vignes).
Les modalités et conditions d’utilisation des eaux du bassin de stockage artificiel de 65 000 m³, sont définies dans un règlement d’usage de l’eau (élaboré entre le CELRL, Sète agglopôle méditerranée, le Conservatoire d’Espaces Naturels d’Occitanie et GDL). Ce règlement autorise la SAS Grands Domaines du Littoral à prélever un volume maximal estimé à 343 500 m³ (cas d’une année sèche) pour l’irrigation de ses vignes pour un volume d’eau usée traitée disponible supérieur à 900 000 m³/an.

Bénéfices environnementaux et socio-économiques pour le territoire

  • Les eaux usées traitées se substituent à une consommation d’eau potable permettant ainsi de réduire la pression sur la ressource en eaux souterraines des alluvions de l’Hérault actuellement en déficit quantitatif,
  • L’irrigation des vignes avec les eaux usées traitées va réduire les volumes rejetés dans l’étang de Thau au niveau du pompage du Rouet, et participer ainsi à l’amélioration de l’état qualitatif de ce milieu,
  • Le maintien de l’activité viticole participe à la préservation du lido grâce à l’enracinement des vignes dans le cordon dunaire,
  • Les eaux usées traitées sont une ressource garantie qui permet de pérenniser l’activité viticole sur le lido et de préserver les emplois associés et l’aménagement de ces espaces naturels.
Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires

  1. Très intéressant dans la mesure où ça n’est pas trop coûteux et où la qualité de l’eau est surveillée drastiquement !

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.