SETE - Film documentaire " LES REQUINS DE LA COLERE " le vendredi 29 avril 2016 à 20h au Palace par le réalisateur Jérôme DELAFOSSE

Le vendredi 29 avril à 20h au Palace, Nous diffuserons le film-documentaire de CANAL+…

Le vendredi 29 avril à 20h au Palace,

Nous diffuserons le film-documentaire de CANAL+ et du réalisateur Jérôme DELAFOSSE,

“Entrée gratuite”

” Les requins de la colère”.

Sujet très brûlant. Notre but est de sensibiliser le public sur cette espèce menacée et cruciale dans notre chaine alimentaire d’où l'importance de la protéger.

Un excellent film sur la vie des requins mais aussi leur calvaire provoqué par l'homme, cet être  dévastateur de la planète. Ce documentaire dénonce une pêche dramatique, principalement par les asiatiques pour leurs ailerons et nageoires, qui les met  en péril et  veut aussi démystifier la peur du requin que le film “les dents de la mer” a créé et incrusté dans le cerveau des hommes.

“Les requins de la colère” nous démontre que ces espèces ne sont pas les bêtes féroces que l'on veut nous faire croire, qui se jettent sur tout ce qu'il trouve sur son chemin. Si certaines attaques se font, peut être faut il chercher les vraies raisons et non les condamner. N'oublions pas que les océans sont aux animaux marins et pas à l'homme qui est non seulement un intrus mais le plus grand prédateur dans cet univers.
A la suite du film, un débat s'ouvrira et nous aurons pour en débattre :

Monsieur Nicolas ZIANI, biologiste, spécialiste des requins,
président/fondateur du “Groupe Phocéen d’Étude des Requins» de Marseille, ainsi que d'autres membres du groupe.

Le rôle du requin :

Les requins se sont rendus maîtres de presque tous les milieux marins, des côtes aux profondeurs des océans, en traversant tous les siècles jusqu’à nos jours. Leurs formes, leur puissance de nage et d’attaque, associées à un système de détection des proies très sensible en font des organismes exceptionnels.

Son rôle de prédateur est capital à l’équilibre des milieux marins :

– puisqu’il se nourrit des nombreux poissons malades qu’il rencontre sur son chemin. En éliminant les plus faibles, il permet une sélection des espèces et permet leur survie.

– parce qu’il est un acteur de régulation des populations de poissons. Les écosystèmes, par définition sensibles, ne résisteraient pas au surnombre de naissances et au manque corrélatif de nourriture.

C.Chauzit


Depuis 20 ans, Jérôme Delafosse parcourt les mers du monde. Son documentaire «Les requins de la colère» met en garde contre la disparition des requins.

Le constat de Jérôme Delafosse est terrible : «En moins de 40 ans, on les a complètement exterminés». Scaphandrier et photographe, il parcourt le monde depuis 20 ans et a pu observer la grave diminution de la population de requin. Ces animaux mythiques fascinent et effraient, alors que seules cinq espèces sont dangereuses pour l’Homme sur quelque 500 existantes. Chaque année, 100 millions de requins sont pêchés. Leurs ailerons, considérés comme un mets de luxe en Asie, sont la principale raison pour laquelle ils sont pêchés –et cela y compris en Europe, comme le montre «Les requins de la colère», le documentaire diffusé mercredi soir sur Canal+.

«A ma petite échelle, je me suis rendu compte qu’en 20 ans, on voyait beaucoup, beaucoup moins de requins. Pour en voir, il faut aller dans un sanctuaire, aux Bahamas ou au Costa Rica. Ce sont des populations qui ont chuté en masse», nous explique Jérôme Delafosse, dont les reportages sont diffusés dans l'émission «Les Nouveaux Explorateurs», sur Canal+.
“Pour les sauver, il faut voir toute leur beauté”
 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.