Hérault tribune : L'actu au quotiden dans tout l'Hérault
Droit

Souvenirs Africains d'un photographe repenti" Carnet de Voyages par le Docteur Gérard REY

CARNET DE VOYAGES SOUVENIRS AFRICAINS D’UN PHOTOGRAPHE REPENTI Par le Docteur Gérard REY Cette période estivale chaude et ensoleillée rappelle à mon esprit l’époque où la médecine et la photographie m’ont rapproché de l’équipe de Nicolas HULOT avec lequel j’ai travaillé pour plusieurs missions lointaines lorsque mes obligations universitaires et hospitalières m’en laissaient le temps. […]

CARNET DE VOYAGES

SOUVENIRS AFRICAINS D’UN PHOTOGRAPHE REPENTI

Par le Docteur Gérard REY


Cette période estivale chaude et ensoleillée rappelle à mon esprit l’époque où la médecine et la photographie m’ont rapproché de l’équipe de Nicolas HULOT avec lequel j’ai travaillé pour plusieurs missions lointaines lorsque mes obligations universitaires et hospitalières m’en laissaient le temps.

Ces déplacements m’ont apporté de nombreux souvenirs ancrés dans ma mémoire dont beaucoup m’ont guidé vers le respect de la nature unanimement souhaité mais rarement respecté.

C’est une chaude journée africaine qui marque ma décision de jeune photographe animalier d’éviter de perturber la faune sauvage et de respecter l’héritage d’une nature fragile trop souvent agressée par notre civilisation carnassière.

Les besoins urgents de quelques images destinées à illustrer un article sur la faune africaine me firent abandonner mon hamac et mon sac à dos au profit de la punition extrême : le safari photos organisé par une agence de voyages.

Moi, le baroudeur solitaire, j’allais faire mon purgatoire, rejoindre le troupeau des tartarins et respirer au rythme consenti par mon « gentil organisateur » ! …

Le début du voyage  fut à la hauteur de mes craintes : conseillé, programmé, vérifié, pesé, aidé, dirigé, et soulagé de quelques dollars, me voici enfermé dans un mini car avec d’autres privilégiés déguisés en reporter et tous atteints de la même épidémie ….. Un reflexe pathologique de  l’index droit qui s’abaisse de haut en bas à une  cadence qui peut devenir infernale lorsque la maladie s’aggrave.

La « guerre des zooms » est commencée ….

Je décide donc de me prendre au jeu, de trouver la meilleure ouverture, le meilleur cadrage et surtout de m’intégrer à mes nouveaux compagnons qui, heureusement, me semblent tous sympathiques.

Ce qui me choque le plus au début est de ne pas mériter ma photographie.

Moi qui suis habitué à des approches longues et pénibles avant de pouvoir sortir mon 80/200 avec ruse et délicatesse, me voici promené dans une position presque confortable de zèbre en gnous, de gnous en girafes et de girafes en antilopes …..

REY 1REY 2

             

De zèbres en Gnous ……….…… encore une famille dérangée !

 

Qu’importe l’indiscret ou le voyeur que je suis devenu, ce qui compte c’est la Photo avec un P grand comme le cou de cette girafe réticulée qui s’obstine à brouter le haut de cet acacia en cachant sa tête, nous privant ainsi de cette jouissance incontrôlable qui est devenue pour nous « le déclenchement ».

Notre guide s’aperçoit de notre courroux et pour nous satisfaire pleinement, il n’hésite pas un seul instant et enfonce notre mini bus dans les épineux à la grande surprise de la girafe enfin visible.

REY 3

Dérangées en plein repas

Les déclenchements en série des zooms pointés sur sa langue râpeuse effraient la malheureuse réticulée qui s’enfuit au loin dans une course effrénée pour échapper à notre intrusion dans sa vie sauvage.

Je me sens encore plus mal à l’aise lorsque nous stoppons bruyamment dans un bosquet  ombragé à 5 mètres d’un lion en pleine digestion.

Entre le gnou déchiqueté et le roi de la jungle, à la gueule ensanglantée, nous ne sommes pas peu fiers et les gros plans se succèdent à une cadence incontrôlable.

Vroom … nous voici repartis dans une fumée malodorante ….. Mais notre stratagème a été remarqué par d’autres drogués de l’image et les nuages de poussière arrivent de toute part en encerclant le pauvre lion définitivement privé du calme de sa sieste …. Et ainsi de suite, nous nous retrouvons à chaque spectacle de plus en plus  nombreux et de plus en plus près, surtout si le spectacle est cruel !

Les guides africains qui ont une parfaite connaissance de la savane et de la vie sauvage essaient de satisfaire au mieux nos demandes et  notre « déclenchomanie » nous empêche de réfléchir aux conséquences des indiscrétions que nous réclamons  …….. Nous voulons être les premiers et les plus près.

REY 4

La recherche de l’instantané

La vue de  véhicules groupés dans le lointain, oriente dans la même direction nos regards et nos appareils photos.

L’œil de lynx de notre chauffeur a déjà repéré l’objet de notre convoitise et notre mini bus vole sur la piste poussiéreuse pour satisfaire notre curiosité indiscrète.

Nous sommes tous là, les tartarins de l’image, debouts, la pupille dilatée, le zoom sur la plus longue focale  et l’index fébrile agité de tressaillements qui annoncent une crise aigue de notre maladie.

Zig zag entre deux mini bus, dérapage contrôlé dans la poussière pour se retrouver  dos au soleil et nous voici aux premières loges face à une famille guépard dont les petits semblables à de jeunes chatons, batifolent entre les roues des véhicules.

Les tartarins que nous avons dépassés, protestent et se replacent devant nous … ainsi de suite, les derniers veulent être les premiers, et de coups d’accélérateur en coups de frein, nous finissons par former un cercle parfait au centre duquel se dresse une malheureuse  mère guépard nerveuse et inquiète qui décide de retrouver un peu de calme dans un fourré un peu moins fréquenté.

REY 5Inquiète et nerveuse …..

La marmaille suit la maman en jouant avec sa queue, ce qui donne un accès de fièvre supplémentaire à notre déclenchomanie.

Ce merveilleux spectacle dans le soleil couchant nous satisfait pleinement, insouciants que nous sommes dans cette nature sauvage merveilleuse …

D’un seul élan, les mini bus montent le talus pour voir s’éloigner cette famille heureuse ….

Spectacle fantastique, nous découvrons une petite rivière qui réfléchit le coucher de soleil et juste au bord un lion se désaltère.

Tout va trop vite et nous restons sans réaction, nous les maniaques de l’instantané ! Le plus joueur des petits guépards veut chahuter avec le roi de la jungle …. Rugissements …..  Coup de patte …..  Coup de gueule ….. Le lion s’éloigne. Un petit cadavre git au bord de l’eau.

REY 6

Le lion s’éloigne …..

REY 7

Toute la famille guépard est éparpillée, la mère retrouvera t-elle les autres petits ? En perdra t-elle un autre ?

La stupidité de notre geste m’est intolérable et je regarde avec haine les 6 autres véhicules qui s’éloignent déjà, probablement à la recherche d’une autre arène, et peut être d’une autre mise à mort ……

Fantastique Afrique, somptueuse Afrique, cette leçon de respect et de discrétion que tu m’as donnée, je la retiendrai pour toute ma vie.

Nous sommes les témoins de cette vie sauvage qui s’échappe et qui se meurt sous notre responsabilité, soyons les gardiens de cet environnement qui est notre seul héritage naturel.        

                                                                             

                                                                                 

       Docteur Gérard REY en mission

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.