Un peu d’histoire : la cave coopérative « Le Rosé de Bessan »

Un peu d’histoire : la cave coopérative « Le Rosé de Bessan »  Dès 1936, Louis Gleizes,…

Un peu d’histoire : la cave coopérative « Le Rosé de Bessan » 

Dès 1936, Louis Gleizes, maire de la ville de Bessan, envisage la création d’une cave coopérative de vinification dans la commune. La Société Coopérative n’est constituée qu’en mars 1938 et regroupe 214 adhérents. C’est le projet de l’architecte Paul Brès qui est retenu par le conseil, construction d’ailleurs qui est comparable à celle de la cave de Gignac. Les travaux de gros œuvre sont réalisés par la Société Méridionale d’Entreprise qui les achève au début de l’année 1939.

La cave coopérative vinicole est implantée à l’origine à l’écart du village et à proximité de la ligne de chemin de fer d’Agde à Pézenas. Elle comporte un avant-corps central à étage abritant les quais de réception des vendanges et un grand fronton à redents, courbe, contre-courbe et « ailerons latéraux » cachant 3 corps de bâtiment parallèles. Elle donne ainsi une image forte et valorisante du projet coopératif. Derrière les postes de réception de vendange et la grande salle des machines, les cuves se répartissent le long de 3 couloirs perpendiculaires.

La façade est en moellon de basalte et cache l’avant-corps d’origine, à deux niveaux couvert d'un toit à trois pans en tuiles creuses, abrite les quais de réception au rez-de-chaussée ainsi que l’ancien logement de fonction l'étage. La cuverie fut à maintes reprises agrandie atteignant en 1969 une capacité de 200 000 hectolitres. Toutefois, la plus haute récolte n’atteindra que 134 600 hl (1974). Le bâtiment se déploiera encore de part et d’autre de la façade d’origine : la coopérative retrouve une symétrie remarquable pour atteindre alors sa largeur maximale, 93,10 m dont 34,6 pour la partie centrale et 2 fois 29,25 m pour les parties latérales.

Avec le temps, les villas ont entouré la cave et les Distilleries du Midi sont devenues un site de production de la Société Ricard. En 1984, le réseau d’eaux usées de la cave est dissocié du réseau communal afin de ne plus enrayer le fonctionnement de la station d’épuration et des bassins de décantation sont réalisés près du chemin de la Croix de Redon.

La viticulture tout comme le travail de la cave coopérative ont évolué et se sont modernisés. Aujourd’hui cette dernière possède une cuverie de 117 000 hl (seuls 35 000 hl sont utilisés) et un caveau. 105 adhérents sont réunis autour de leur président Jean-Marc Ibanez et du directeur Robert Crabol. À leurs côtés : deux cavistes, une secrétaire comptable et trois employés du caveau participent au bon fonctionnement de la cave. La production se répartie ainsi : 1/3 est vendue au caveau et 2/3 est pour le négoce.

Cette année, les vendanges débutées le 21 août se sont terminées le 12 septembre et la sècheresse subie depuis l’automne dernier s’est traduit par une maigre récolte : 25% de moins que l’an précédent. Espérons que la pluie nécessaire au bon développement de notre vignoble bessanais ne se fasse pas trop attendre afin d’offrir un meilleur rendement l’an prochain.

Céline Carminati, Ville de Bessan.

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.