A Hérépian, le Musée de la Cloche et de la Sonnaille vibre de nouveau

Installé sur l’ancienne gare d’Hérépian et inauguré en 1998, le Musée de la Cloche…

Installé sur l’ancienne gare d’Hérépian et inauguré en 1998, le Musée de la Cloche et de la Sonnaille a rouvert ce printemps après une fermeture de quelques années. Saviez-vous ­qu’Hérépian a abrité de 1600 à 1994 une fonderie de cloches appartenant à la famille Granier, seule usine en France à fabriquer les trois sortes de cloches ? La vocation du musée est de rendre compte de ce savoir-faire traditionnel. Car peu de gens savent désormais faire la différence entre les sonnailles (accrochées au cou du bétail), les grelots et les cloches (d’églises) dans le vocabulaire actuel, qui a retenu les vocables génériques « cloche » et « clochette », par facilité. 

> Cet article a été publié, dans une version plus complète, dans “L’Hérault Juridique & Economique” du 31 juillet 2014.

Fidèle à son travail de mémoire des gestes ancestraux, le Musée de la Cloche et de la Sonnaille, très pédagogique, retrace dans ses trois premières sections la fabrication et l’usage des sonnailles, des clarines et des grelots, puis des cloches. On y apprend notamment que les sonnailles, qui émettent toutes des sons différents, permettent de distinguer la position de chaque animal au sein du troupeau et des bêtes égarées, que les sonnailles ont des formes et des appellations différentes selon les régions, et que la plus belle bête du troupeau portait un porte-bonheur sur sa sonnaille, composé d’une médaille religieuse et d’un petit pain béni de Saint-Guilhem-le-Désert. Les clarines étaient pour leur part utilisées pour signaler l’heure du repas. Quant aux cloches d’églises, leur fabrication très technique, qui dure un mois, ne souffre aucune bulle d’air, expliquent les guides du musée. Chaque cloche possède un prénom, un parrain et une marraine. Au fil du parcours, une projection de photos livre le témoignage d’un berger, une autre donne une démonstration de fabrication d’une sonnaille. Un parcours muséographique sonore retrace la transmission du métier de fondeur d’une génération à l’autre. Et surtout, une salle sonore diffuse des sons de carillons, sonneries à la volée et autres. Une cloche ancienne de 1778, corrodée par le temps, y est exposée aux côtés de la cloche du musée, prénommée Marie-Anne.

Un parcours instructif, aussi bien pour les enfants que les adultes.

Virginie MOREAU

> Retrouvez un diaporama photo de cette exposition sur ce site Internet, dans l’onglet “vidéos”

> Musée de la Cloche et de la Sonnaille – Espace campanaire André-Malraux – Avenue de la Gare – 34600 Hérépian – Tel. : 04 67 95 39 95.

 > Ouvert jusqu’au 30 septembre, du mardi au dimanche, de 10h à 12h et de 14h à 19h.

> Le musée est accessible aux personnes à mobilité réduite et aux personnes présentant des difficultés de communication, et adapté aux personnes malvoyantes et non-voyantes (marquage au sol, cartels en Braille, audioguide…).

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.