Agde - Agathe - Rapport sur le centre ville

Nous arrivons pratiquement au terme de la publication des rapports présentés lors de notre…

Nous arrivons pratiquement au terme de la publication des rapports présentés lors de notre assemblée générale, celui d’aujourd’hui concerne le centre ville.
N’oublions pas qu’AGDE a une histoire née de la Mer, du fleuve et par la suite du canal.
Il est nécessaire que les retombées économiques du tourisme se rééquilibrent en direction de la vielle ville, mais avant tout, comme puissance d’initialisation d’un processus dynamisant, pour cela donnons-nous-en les moyens.
En premier lieu respecter et faire respecter, les règles édictées dans le cadre de la ZPPAUP (zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager ) , mettons ensuite en valeur notre patrimoine par une revalorisation architecturale du centre ancien, structurons l’espace urbain, etc …, nous reviendrons sur ce sujet ultérieurement.

Les responsables de ce secteur se sont réunis depuis cette AG plusieurs fois, nous ne manquerons pas de vous faire connaître le résultat des analyses et diverses propositions que nous tenons à faire.

CENTRE VILLE

Par Jacques TREILLE, secrétaire Général

Le problème Majeur du Centre ville est connu de tous les habitants du quartier et de ceux qui le côtoient, ce n’est pas un secret c’est l’insécurité ; cela devient, insupportable, insoutenable. ; les mots pour exprimer cet état de fait ne sont pas assez fort

Ce ne sont pas les déclaration diverses, qui font croire en sa diminution ou qui rassurent les habitants qui en souffrent, eux qui se trouvent sur le terrain 24/24, en contact direct avec ce problème et attendent du concret.

D’ailleurs pour confirmer cet état de fait vous avez pu lire l’article d’un médecin de ce quartier, paru dans l’hebdomadaire l’Agathois du 21 Juillet, et qui reflète bien ce « raz le Bol ». Il y était dit en conclusion qu’il y avait lieu de faire mentir l’adage : Agde, ville noire, habitée par des brigands.

Certes un effort a été fait, ( mise en place d’un poste de police) mais compte tenu de la situation cela s’avère insuffisant, il faut aller plus loin

La première chose nécessaire à faire devrait être une augmentation du nombre de rondes, mais il faudrait aussi que le poste de police assure une garde 24/24h.

D autre par . C’est une petite minorité connue des services de police, qui sème le désordre et participe activement à cette insécurité ces personnes doivent être davantage surveillées, et sanctionnées plus sévèrement

Je ne m’attarderai pas davantage sur ce sujet, notre président en a fait la synthèse et l’analyse

Un autre sujet important pour le centre ville, est le problème de la propreté et des ordures sur la voie publique
Il y a un effort indispensable à faire, le centre ville manque de propreté, les horaires pour la sortie des poubelles ne sont pas respectés, des dépôts sauvages voient le jour à même le centre, si l’on n’y remédie pas, cela ira en s’aggravant, jusqu’à devenir des points de dépôts permanents

On pourrait également parler de la nouvelle réglementation du stationnement , des décisions ont été prises, sans concertation de la population concernée, il est là aussi nécessaire de voir comment nous allons pouvoir y remédier en trouvant une solution qui doit donner à tout prix satisfaction aux habitants sans pour cela négliger l’intérêt général, le problème de stationnement au centre ville ne date pas d’aujourd’hui,il y a longtemps que nous en parlons, nous avions fait des propositions que nos élus n’ont pas pris en compte.

Il faut que nous soyons conscients que

Si l’on veut ressusciter le centre ville la première des choses à faire c’est de faciliter la vie de ses habitants sans oublier les commerçants, lesquels, aujourd’hui lassés, tirent le rideau
Ce sont eux qui permettent la revitalisation de la cité par leur présence, et par les investissements qu’ils ont faits, ou qu’ils feront, alors ne commençons pas à les irriter, écoutons les, et trouvons ensemble Habitants, AGATHE et Municipalité des convergences pour améliorer leur situation. Par cela, nous améliorerons le cadre de vie dans notre cité et son bourg, le tourisme en recueillera les bénéfices.

Parlons Maintenant de tout ce qui touche à l’architecture et à la sauvegarde de notre patrimoine

Vous n’êtes pas sans savoir que la précédente Municipalité avait commencé l’élaboration de la ZPPAUP (zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager )
Ce document la Municipalité actuelle l’a mis en œuvre, il est donc aujourd’hui en vigueur nous avons donc un cahier des charges contractuel, l’espoir est présent, mais ne sera-t-il pas déçu ?

La ZPPAUP de la ville d’Agde est liée au PLU, ce document est là pour défendre les enjeux patrimoniaux concernant le noyau historique de la ville, et les différents espaces clefs du site d’implantation, qui sont encore préservés d’une urbanisation destructrice

Ce Cahier des charges donne également des objectifs à atteindre :
• pour les sites construits,
• pour les sites naturels
tel que par exemple
• la préservation des éléments bâtis, la mise en valeur des éléments préservés, l’aide à la gestion des travaux privés d’entretien et d’aménagement etc…(3 îlots sont en cours de rénovation, ce qui va dans le bon sens)
• La sauvegarde de l’intégrité physique des lieux,la protections des structures paysagères et la gestion de l’espace
• La publicité extérieure et les enseignes

Concernant la protection du noyau historique, il s’avère qu’un certain nombre d’infraction a été relevé

Je ne vous cite ici qu’une partie du constat que nos adhérents ont fait
• Rue de l’Amour, lors de travaux de rénovation d’un immeuble, la porte d’entrée datant du XVI siècle devait être réparée, cela était prévu dans le devis initial, malgré cette obligation celle-ci a été remplacée par une porte du type Lapeyre
• On peut constater la mise en place par des commerçants de palmiers en plastiques sur les quais,
• Une enseigne publicitaire jouxtant notre cathédrale,
• La mise en place de bloc de climatisation en façade( nuisance également auditive)
• La peinture de façade en couleurs anormales, ou hor norme
• Des câbles électriques et lignes téléphoniques apparentes
• Et bien entendu le non respect de l’architecture lors de rénovations sauvages ou pas

Bien entendu tout ces sujets ont fait l’objet d’une intervention de votre association auprès de l’architecte des bâtiments de France. Celui-ci, confirmant, par retour, qu’effectivement, ces travaux ne correspondaient pas au cahier des charges, il est intervenu auprès de la municipalité
Eh bien malgré ces différentes interventions nos demandes sont restées lettre morte, à part la reprise de la devanture du magasin se trouvant à coté de la cathédrale qui avait été peinte en jaune

Concernant la protection du paysage , certaines zones de notre ville sont protégées d’une part dans le cadre de la ZPPAUP et de l’autre par le PLU qui les a cataloguées en espaces boisés classés (article L130.1 du code de l’urbanisme), protections importantes, car en principe aucune activité n’est autorisée dans ces zones
Et bien, que voit-on ?
Une dégradation de ces espaces par le fait que la municipalité n’exerce pas son rôle de protecteur, participant même à leur dégradation

Par exemple Le bois de la Tamarissière qui se dégrade de jour en jour par une occupation et une extension abusive de cet espace par les campeurs

D’autre part, Le bois situé sur l’île des loisirs, ou les forains s’étendent en créant diverses activités ludiques , cela avec l’approbation de la municipalité précédente , puisque celle-ci a vendu et a loué des terrains répertoriés « en espaces boisés classés » à des commerçants. Si ces commerçants ont acheté, ce n’est pas pour planter des arbres !, Cela a été le contraire !, D’autre part la municipalité actuelle a permis la construction d’une balançoire à trois pieds, dont chacun a demandé la mise en place de 150m3 de béton avec les conséquences que cela a provoquées , coupage d’arbres, labourage du sol

Parlons aussi du Mont St loup. Il est également classé. Il subit, une agression sournoise, il y a déjà longtemps il avait été autorisé la création d’une pépinière avec une construction d’habitation attenante, ensuite le PLU évolue, il y a changement d’appellation de la zone en camping, créant de ce fait une verrue dans l’espace du bois
Aujourd’hui ou en sommes nous, nous avons une résidence de loisir avec plus de 70 soit disant HLL d’une surface de plus de 35m2 en réalité 55m2 (terrasses couvertes qui seront fermées dans peu de temps, ces HLL reposent sur des fondations en dur, ce ne sont plus des HLL (habitation légère de loisir) à la lecture de la réglementation mais de véritables constructions, on nous répond que NON.
Il aurait fallu là aussi que nous allions au contentieux pour obtenir gain de cause.[>/FormeGras]
Dernièrement plusieurs incendies ont été constatés dans cette zone, on peut également se poser des questions d’autant plus que M. LEROY BEAULIEU à lancé dans le journal l’agathois du 12 Mars 2005 un ballon d’essais « pourquoi ne pas construire un hôtel sur le mont St Loup. »

Il est donc temps que l’on agisse pour un reboisement de ces zones, si rien n’est fait dans peu de temps on nous rétorquera que ces espaces n’ont rien d’un Bois et ce sera l’ouverture à l’urbanisation

Parlons également de la gestion des arbres sur notre commune , on peut certes accepter et comprendre que certains sont un danger pour les habitants et qu’on les coupe , mais de grâce, la aussi ne laissons pas faire n’importe quoi, nous constatons tous les jours que les arbres servent
de tuteur pour le maintien de câbles électrique lors de fêtes foraines ou d’autre animation
de support d’enseignes indiquant diverses activité
de tableau d’affichage
Que les arbres arrachés ne sont pas remplacés dans la plupart des cas.
Nous apprenons, de temps en temps, que des conflits de voisinage ont pour objet les arbres. Les motifs n’ont pas toujours un caractère de gravité nécessitant l’abattage.

C’est pour cela que nous disons qu’il est temps que la municipalité mette en place avec la communauté d’agglo un code de l’arbre qui réglementerait les interventions sur les arbres, d‘autant plus que les interventions sur les arbres répondent à des règles précises et s’appuient sur des textes

Ce devrait être un outil qui permettrait une meilleure gestion d’un patrimoine inestimable, mais qui aujourd’hui est disparate et fragilisé.

Pour cela, il convient d’engager, une action de longue durée en tenant compte du vieillissement et du dépérissement tout cela dans une perspective de préservation, de diversification et d’enrichissement du patrimoine.

C’est pourquoi nous disons vertement la ZPPAUP oui, mais si la volonté politique n’est pas là, cela ne sert à rien, c’est de la poudre aux yeux, et un alibi servant à nos élus.

Pour terminer, il me faut, aussi, dénoncer
• l’extension sauvage de campings, particulièrement en zone inondable,
• les constructions illicites, d’ont certaines reçoivent malgré tout des autorisations très discutables
• Le non respect du PLU , on peut voir en effet sur des zones réservées à la construction d’une maison individuelle, sur 1000m2 fleurir des dizaines de mobil home avec terrasse couverte, ce qui est strictement interdit,par le PLU et aussi pour des raisons d’hygiène publique.
• La construction de restaurants sur une partie de la frange littorale, ce qui est aussi formellement interdit, on serait surpris de connaître le nom et les fonctions de certains contrevenants
• L’utilisation de parkings publics par des commerçants privés qui n’hésitent pas à y faire leur entrée principale
La Municipalité ne pourra régler ces problèmes qu’à partir du moment, ou elle ne favorisera plus certains, en régularisant ensuite ces constructions par le biais d’un passe droit administratif , d’autres dont elle est aujourd’hui l’otage l’obligent à fermer les yeux , alors que les autres citoyens qui n’en n’ont pas le droit, respectent les interdictions. Sommes-nous en état de droit ou de non-droit ? Cet état de fait est insoutenable.

Enfin, je dirais que

Malgré notre bonne volonté, l’Association ne peut faire cesser toutes
les infractions. Ce n’est ni du laxisme ni de la complaisance.

Il s’agit, simplement, d’une insuffisance de moyens humains et financiers

Pour le Bureau, Le Président J. RAVAILLE
Qui est-ce ? – Fiche TrominosCap : https://www.herault-tribune.com/?p=p04&action=view&Tr_Id=411
Association agréée pour l’Urbanisme et l’Environnement. Elle défend aussi le Patrimoine communal et la Qualité de la Vie (Bruit, Sécurité, Hygiène et Propreté, Circulation Stationnement) les problèmes des Impôts locaux
L’Association peut, en outre, apporter une aide à ses adhérents sous forme de conseils ou d’assistance.
Adresse postale : B.P.909 – Le Grau – 34 304 AGDE Cedex -Permanences tous les samedis matin de 10 h30 à 12 heures à son siège social 2 rue de la Poissonnerie, centre historique de la cité à AGDE ville

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.