AGDE - Le Centre-ville souffre de 4 syndromes : par l'Association AGATHE

Le Centre-ville souffre de 4 syndromes : 1. L'insécurité permanente 2. La saleté 3.…

Le Centre-ville souffre de 4 syndromes :
1. L’insécurité permanente
2. La saleté
3. Le stationnement
4. La non-mise en valeur de son patrimoine

1. L’insécurité permanente

Ce sujet est toujours d’actualité, nous ne constatons aucune avancée significative.
Même Le Maire Gilles D’Ettore l’a reconnu lors d’une réunion de quartier.
A notre avis, la première des choses à faire consisterait à faire respecter la loi et à verbaliser toutes les incivilités qui pourrissent la vie de l’ensemble de nos concitoyens, qu’ils soient résidents à l’année ou pas, ainsi que les touristes.
Il en est de même pour l’occupation du domaine public. On se demande parfois pour quelles raisons certaines zones de la cite apparaissent etre devenues privees et reservees a une partie de la population!

Ces lncilites ne sont pas générées par une majorité, mais simplement par une minorité qui semble vouloir imposer ses dictats. Nous avons le sentiment que notre police municipale n’est pas en mesure de
gérer cette situation.
La déliquescence de la rue de l’Amour,autrefois si agreable, mais au]ourd’hui malodorante, inhospitalière est significative d’un laisser-aller
L’insécurité liée aux motos et aux vélos qui circulent en sens interdit, en toute impunité dans la vieille ville sont aussi la preuve même de cette déliquescence.

2 La Saleté

Nos élus peuvent dire ce qu’ils veulent, notre cité est sale.
Nous ne comptons plus le nombre de plaintes que notre association reçoit continuellement. Il est regrettable qu’avec un tel patrimoine historique, on constate que la saleté perdure dans les rues de la vieille ville. Des rues fantomatiques, aux magasins définitivement fermés, c’est triste comme un jour sans pain et significatif du peu d’intérêt que nos élus y portent. Quelle image vont en conserver les touristes ?

3 Le Stationnement


Capture d’écran 2012 10 05 à 06 33 58


Il n’y a pas de réelle politique de stationnement.
Nous constatons continuellement que des travaux de voirie se terminent par une diminution des places de stationnements (La Calade ,la place du jeu  de ballon, la place de la marine, la place Molière,
etc.). Ce n’est pas le parking derrière le moulin “ des évêques qui va régler cette situation. Il faut un parking au centre de la cité ! De nombreuses possibilités existent, que ce soit a la poste, à l’angle de la route de Sète et de la rue Jean Jacques Rousseau, mais malheureusement cela n’a pas l’air d’être la priorité de cette Municipalité. Il n’existe pas de volonté politique et on ne met pas en marche les outils nécessaires pour cela.

4- La non-mise en valeur de notre Patrimoine.


Capture d’écran 2012 10 05 à 06 32 28


Nous sommes plus qu’atterrés par le manque de soin donné à notre cité, pourtant riche d’un patrimoine exceptionnel. ll est clair que la politique de la ville ne donne pas aujourd’hui la priorité à la résurrection du centre-ville, qu’il s’agisse de la sauvegarde du patrimoine, mais aussi de la survie des commerces.
De nombreuses améliorations pourraient être réalisées à moindre coût, sans beaucoup d’argent,
mais avec un peu de bon sens.
On peut citer l’état de la voirie, la publicité abusive, le nettoyage des façades en faisant disparaitre les fils électriques pendants ou pas, les enseignes obsolètes avec leur ossature rouillée.
Les handicapés sont eux aussi oubliés. Ce n’est pas avant chaque élection qu’il faut mettre en avant de soi-disant nouvelles solutions [FlSAC).
Il est indispensable d’avoir une véritable politique de mise en valeur de notre Patrimoine sur le long
terme
Nous demandons des animations de qualité, au lieu de petits spectacles à peine digne de fêtes
paroissiales.


Capture d’écran 2012 10 05 à 06 32 40


Nous ne pouvons que regretter le manque de courage,l’étroitesse d’un budget significatif d’un manque d’ambition. (il aurait sans doute été plus sensé de rénover le centre-ville plutôt que de construire un centre aquatique hors de prix dont la population ne profitera finalement que partiellement,
L’avis des Architectes des Bâtiments de France n’est que très rarement demandé, on doit sans doute considérer qu’ils représentent une contrainte et non une compétence supplémentaire.

Pour terminer, nous avons le sentiment d’abandon total du patrimoine, d’une ville fantôme livrée à elle-même et aux incivilités. La saleté générale du centre-ville et les rideaux de fer désespérément fermés sur les boutiques elles aussi définitivement fermées.
Messieurs les élus, prenez conscience des lacunes et donnez une deuxième vie à votre ville qui en a tellement besoin. Pensez que nos vieilles pierres sont chargées d’I-listoire, et ont plus d’importance que des petits fours.


Capture d’écran 2012 10 05 à 06 33 41


Propositions pour l’amênagement des rues ]ean Roger,Louis Bages et Honoré Muratet.

Ces rues étant devenues une zone dite de rencontre, où l’espace est partagée, piétons, cyclistes voitures ou la vitesse est limitée à 20 km

Pour profiter de ce choix il nécessaire de revoir entièrement Faménagement urbain, d’aména_ger le sol de façon cohérente, marquage au sol identifiant les divers cheminements, mettre en place au sol à I ‘entrée de la zone un cousin dit « berlinois ›› ensuite supprimer les bornes, et les barrières, et… . Mais aussi il faut végétaliser cet espace (arbustes, etc..)
Sans oublier une surveillance accrue de cet espace pour redonner confiance aux habitants commerçants, mais aussi touristes.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.