Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

Agde - Passagers clandestins dans l' UMP

Pendant sa campagne de 2001 Gilles D'ETTORE s'est présenté comme homme de droite sans…

Pendant sa campagne de 2001 Gilles D’ETTORE s’est présenté comme homme de droite sans étiquette politique bien que soutenu très largement par les vieux du RPR et les jeunes de l’UMP ; Déjà aux élections précédentes son nom avait été cité dans les coulisses, mais il était vraiment trop jeune…

En 2001, il a composé sa liste, seul. Au soir du premier tour il a décidé, toujours seul, qu’il était nécessaire pour gagner d’associer à sa propre liste un candidat perdu de la gauche. Pourtant ce dernier n’avait plus rien à prétendre car il était exclu de la course ; Alors, quelle raison à poussé le candidat de la droite à céder un tiers de sa liste à un candidat de la gauche ?  Des voix gagnées à gauche contre celles perdues à droite par dépit, le solde a-t-il penché en faveur de D’ETTORE ? Nul ne peut apporter une réponse crédible, pas même l’élu !

Lors des élections suivantes D’ETTORE n’a fait que confirmer sa position bien qu’étant alors largement porté par les militants et sympathisants UMP, mais sans reconnaître les siens ?
Ensuite, conduite par Nicolas SARKOZY, la vague bleue est arrivée et pour surfer dessus, il vaut mieux embarquer sur le bon bateau, donc : mieux vaut être encarté !
Viennent les législatives, toujours dans le navire battant pavillon UMP, notre candidat renvoie à la pêche un des derniers communistes, lui-même élu grâce au FN, et voilà le « petit » qui siège parmi les « grands » du pouvoir sous les ors de l’hémicycle, quartier bleu.

A peine chaussé de ses nouvelles pantoufles, à la première réunion de son parti, notre neo-député déclare qu’il se moque bien de son étiquette et qu’il n’apporte pas son soutien au candidat de son parti, UMP, et que, tel César aux arènes, il laisse ses deux adjoints  en découdre sur le sable et « que le meilleur gagne » !

Aujourd’hui, les militants UMP se posent des questions : notre candidat aux prochaines municipales, celui que nous avons choisi, est-il vraiment un homme de notre parti ? N’est-il pas un passager clandestin qui charge la galère pour profiter du voyage et non pour y apporter son énergie ? D’ailleurs, pourquoi avoir pris comme premier adjoint un ancien de la gauche avec ses proches ? Pourquoi avoir choisi un chef de cabinet ou des chefs de services plus habitués à sévir sous des étiquettes roses que bleues ?
N’est-ce pas déjà là une extra large ouverture à la gauche avant l’heure ?
Les gens de droite se demandent aujourd’hui si Gilles D’ETTORE est bien inscrit sur le role du navire UMP ? D’autant plus que sa conduite actuelle porte à se demander s’il n’a pas l’intention d’encore déplacer son équipe vers la gauche, car la « majorité présidentielle » n’est pas un parti et ne représente pas même une opinion, c’est seulement un groupe d’opposés à l’opposition sans être pour autant favorable au président, sinon ils seraient UMP.

Alors, trop c’est trop, et pour la militante UMP que je suis, je ne veux plus ramer pour quelqu’un qui se dit de chez nous mais qui navigue à gauche, quelqu’un qui ne voit que son profit et celui de sa flatteuse cour qui lui lèche les bottes.

Alors, à moins d’un signal fort de Gilles D’ETTORE dans la direction des militants de l’UMP, un signal clair et très très fort, je m’abstiendrais de tout effort en sa faveur, j’irais jusqu’à l’abstention de vote, et j’encourage mes amis à me suivre.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.