BESSAN - Gaz de schistes - Pour marquer le stop, adoptez le bon signal : signez des arrêtés

Pour marquer le stop, adoptez le bon signal : signez des arrêtés (Gaz de…

Pour marquer le stop, adoptez le bon signal : signez des arrêtés
(Gaz de schistes)



 « Méfiez-vous de l’eau dans le gaz ! ». C’est en ces termes, que, récemment, le groupe d’élus « Bessan en avant » publiait un article sur ce même site pour se porter solidaire de l’opposition à l’extraction de gaz de schistes sur un très large périmètre couvrant une large part de l’ouest héraultais et de l’est audois (périmètre dont Bessan fait partie).
Cette publication « Méfiez-vous de l’eau dans le gaz ! » est la contribution du groupe d’élus au prochain bulletin municipal à paraître.

Agir concrètement : passer du vœu à l’acte

Un projet que l’on juge néfaste et dangereux ne se combat pas seulement par des vœux ou des déclarations de principes. Si ceux-ci sont utiles, l’action, elle, est nécessaire pour vaincre.

Sur la base de cette volonté, de nombreux maires signent des arrêtés.
Aussi, en séance du Conseil municipal, courant avril ou mai, par le biais de sa question orale, le Groupe d’élus proposera au Maire d’adopter un arrêté municipal relatif à  :
•    l’interdiction de la recherche de mines de gaz de schistes par la technique dite de fracturation hydraulique (1)
•    l’interdiction de la circulation de camions vibreurs sur le territoire de la Commune
•    l’interdiction de l’utilisation de l’eau communale, potable ou non potable aux fins de l’exploitation ou l’exploration liée au gaz de schiste
En ce sens, l’arrêté signé en juin 2011 à Montpeyroux énonce : « les éventuelles eaux d’après-forage, prélevées à une source extérieure au territoire communal, ne peuvent pas être traitées dans les installations de traitement qui reçoivent les eaux de la Commune ».
A l’instar de l’arrêté adopté dans cette commune héraultaise, le Groupe propose que « les forages pour l’exploration, l’exploitation, l’expérimentation de gisement de gaz de schistes quel qu’en soit le procédé, soient interdits sur le territoire de la Commune ».
Agir collectivement : relayer l’action
« La technique d’exploitation du gaz de schiste est particulièrement consommatrice d’eau( injectée à deux ou trois kilomètres sous terre à haute pression, avec des additifs).
Ce forage risque de souiller les sols et de contaminer les nappes phréatiques » comme l’écrit une eurodéputée française. (3)

Ici, précisément, le Syndicat Mixte d’Etudes et de Travaux de l’Astien (SMETA) est l’organe qui a pour objet l’étude, la gestion, et les travaux nécessaires à la protection de la nappe astienne (2) incluse dans le périmètre concerné par les gaz de schistes.
Aussi, puisque Bessan est membre du SMETA et que son Maire y siège, la présente contribution lui propose d’adopter les arrêtés adéquats et d’en relayer le bien-fondé au sein du SMETA.

G.Sanchez, C.Lambert, V.Autin, O.Goudou                                                                           

Groupe d’élus « Bessan en avant »

Observation :
Entre l’Administration déconcentrée de l’Etat et les opposants à l’exploitation des gaz de schistes, une profonde divergence se creuse quant à la nature des permis exclusifs de recherche.
Selon la Préfecture de l’Aude, le permis des Plaines du Languedoc concernerait « la recherche d’hydrocarbures conventionnels liquides ou gazeux, excluant de fait les gaz de schiste et le recours à la fracturation hydraulique interdite par la loi du 13 juillet 2011…..”
Pourtant, au Sénat, en réponse à une question d’actualité, le Ministre répondait en ces termes :
«Juridiquement, vous le savez, cela a été suffisamment dit dans cet hémicycle, les permis sont délivrés pour toutes les recherches de mines d’hydrocarbures, sans distinguer particulièrement les hydrocarbures situés dans la roche-mère, que l’on appelle communément « hydrocarbures non conventionnels ».
…. Il ajoute :
« Il s’agit bien des soixante-quatre permis, et pas seulement des permis relatifs à la roche-mère puisqu’ils n’existent pas en tant que tels ! »
….Puis, il ajoute encore :
« … puisque, comme cela a été dit à de nombreuses reprises, il n’y a pas des permis conventionnels et des permis non conventionnels, il y a des permis tout court ».
…”
Source  : (Extraits)
Sénat le 7 février 2012
Gaz de schiste
Réponse du Ministre M. Thierry Mariani,ministre auprès de la ministre de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement, chargé des transports.
Information : Projection de Gasland et débat à Castelnau-de-Guers le vendredi 27 avril à 18h30 à la salle du Peuple organisés par le Collectif anti gaz de schistes sur Pézenas et Castelnau-de-Guers
Pièces jointes : à titre d’exemple, transmission de l’arrêté municipal signé à Montpeyroux (Hérault)

1.    rappel sur la fracturation hydraulique : le procédé consiste à extraire les huiles et gaz de schistes par « fracturation hydraulique», c’est à dire en injectant de l’eau sous haute pression afin de libérer les huiles et gaz en fracturant la roche. Beaucoup s’inquiètent des additifs chimiques ajoutés pour provoquer la fragmentation de la roche.
2.    lien vers la présentation de la nappe astienne : http://www.astien.com/nappe-astienne/index.php
3.    Eva Joly, « Sans tricher » Editions les Arènes , page 141
 


 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.