Béziers : nul n’est censé ignorer la “Nuit du Droit”, l’événement à hauteur de citoyens

Reportage

Mardi 4 octobre, à l’occasion de la “Nuit du Droit”, l’Ordre des avocats du barreau de Béziers ouvre grand ses portes aux citoyens en mettant en scène la vie juridique dans un procès fictif et une pièce de théâtre. Mode d’emploi de la soirée avec la bâtonnière Dominique Vial-Bondon.

Dominique Vial-Bondon © Ordre des avocats de Béziers

Où sont les droits ? Cette question n’est pas le titre d’une chanson. Mais c’est un refrain que plus d’un citoyen reprend pour lui-même à maintes occasions. Car la loi lui impose parfois son opacité, son langage difficile à pénétrer et ses aléas, sources d’un sentiment d’injustice. La Nuit du Droit veut donner de la visibilité aux acteurs du droit de Béziers, rendre leurs fonctions auprès des Biterrois plus claires, et enfin intéresser aux métiers du droit quitte à déclencher des vocations. La manifestation bénéficie d’une forte collaboration du tribunal judiciaire.

L’événement national a été initié en 2017 par le président du Conseil constitutionnel Laurent Fabius. L’objectif est de familiariser le public avec les principes du droit, garant de “la protection des libertés”, de “la sécurité publique”, du “règlement pacifique des conflits” et du “bon fonctionnement de la vie économique et sociale”, détaille l’Ordre des avocats du barreau de Béziers.

Questions à la bâtonnière de l’Ordre des avocats du barreau de Béziers, Dominique Vial-Bondon.

Qu’attendez-vous de la Nuit du Droit ?

Dominique Vial-Bondon : “Nous attendons une meilleure visibilité pour tous les acteurs du droit et notamment les acteurs de Béziers qui sont dans la cité. Le déroulement de cet événement est assez symbolique pour nous. Comme vous pouvez le voir, il commence au palais de justice et avance vers le cœur de la cité qui est le théâtre municipal dans le centre historique de la ville. Cela veut dire que l’on va vers les citoyens pour leur parler du droit et leur montrer ce que l’on fait.”

Qu’est-ce-qui justifie cet événement, selon vous ?

Dominique Vial-Bondon : “Il y a peut-être un manque d’information des habitants du territoire sur la possibilité d’accéder au droit. La Nuit du Droit célèbre l’anniversaire de la constitution de 1958. L’idée est de voir le droit autrement pour mettre le focus sur les professions du droit : les magistrats qui disent le droit et les avocats qui sont des passeurs, qui portent la parole des personnes qui ne connaissent rien en droit.”

Quelle est la fonction du procès fictif ?

Dominique Vial-Bondon : “Il y a en effet un procès fictif du personnage d’Antigone* par des étudiants qui se destinent aux professions du droit. C’est l’occasion pour eux de s’entraîner à la profession d’avocat ou de procureur comme dans un jeu de rôle. Mais un procès contient aussi un aléa juridique, parce qu’humain. Le débat avec le public qui suivra le procès sera passionnant parce qu’il s’agira un débat de société.”

Pourquoi le choix de la pièce Un Juge par Fabio Alessandrini ?

Dominique Vial-Bondon : “C’est une opportunité qui est tombée à pic. Il s’agira d’une avant-première régionale puisque la pièce n’a été jouée qu’une seule fois à Paris. Elle parle du monde judiciaire, mais va au-delà en se plaçant du point de vue d’un juge qui rencontre des difficultés. Un choix qui permettra à chaque justiciable de se reconnaître. Elle est transposée en Italie car le personnage est devenu juge antiterroriste. Mais la pièce balaye son parcours pour mettre en évidence toutes les situations du quotidien. Ce qui est passionnant c’est de montrer les problèmes du quotidien, le divorce, le problème avec le voisin, etc.”

Comptez-vous donner une suite à cet événement ?

Dominique Vial-Bondon : “Oui, il y aura des actions mises en place régulièrement. Il s’agit de notre première participation et nous pensons que cette visibilité doit être prolongée. C’est la volonté du barreau. Notre engagement pour cet événement et le programme qui va avec sont très récents, ils devraient bientôt apparaître sur le site officiel de la Nuit du Droit.”

(*) D’après la pièce de Sophocle (Ve siècle avant J.-C.), Antigone, fille d’Œdipe, est accusée de désobéissance civile pour avoir enterré son frère Polynice malgré l’interdiction de Créon, roi de Thèbes.

Programme

Mardi 4 octobre 2022
17h : portes ouvertes avec le procès fictif d’Antigone par des étudiants suivi d’un débat avec le public, au Palais de justice de Béziers.
18h : exposition et accueil sur des stands des métiers du droit, au Théâtre municipal.
19h15 : représentation de la pièce Le Juge par Fabio Alessandrini, au Théâtre municipal.
21h : cocktail de clôture

Informations pratiques

Palais de justice, cité judiciaire, 93 avenue du président Wilson à Béziers.
Théâtre municipal, allée Paul Riquet à Béziers.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.