CANTONALES 2008 : Quel candidat choisir ?

Nous avons l'opportunité, nous, simples citoyens, de choisir le candidat qui nous semble le…

Nous avons l’opportunité, nous, simples citoyens, de choisir le candidat qui nous semble le plus capable de défendre nos intérêts.
Seul on ne pèse pas grand-chose, mais unis nous sommes forts et pouvons proagir afin de préparer l’avenir. Rappelez-vous mon propos dernièrement dans ces colonnes : « et si, à propos des élections, nous nous intéressions à des questions de fond ? En nous préoccupant surtout de ce que les candidats font (ou ont fait) dans l’intérêt des populations locales ? De ce qu’ils sont, en tant qu’individus, plutôt que du parti auquel ils adhèrent » ?

Non au cumul des mandats

Nous avons besoin d’un Conseiller général disponible et impliqué, effectivement, sur le terrain. Nous souhaitons être consultés sur les projets qui nous concernent et pouvoir participer à la décision. Parce que nous voulons choisir et ne plus subir.
Notamment les projets conçus aux fins de conquête de marché et/ou de profits réalisés au détriment de l’intérêt général (exemples : amiante, dioxine, furanne, réfiom, déchets nucléaires, pesticides, engrais chimiques, disparition des plages sur notre littoral, bétonnage outrancier, urbanisation excessive, agriculture extensive, …).

Qui défend les populations locales ?

Le projet d’implantation d’une usine de traitement de déchets multiples dénommée ‘’Torche à Plasma”. A Vias, la population mobilisée par un comité local ad hoc, l’a rejeté, grâce, notamment, à l’intervention décisive de Régis Passerieux. Les Viassoises et les Viassois présents au gymnase le 2 avril 2005 s’en souviennent encore ! Néanmoins ce projet est d’actualité puisque proposé à Fabrègues, par le député-maire d’Agde et ses amis. Qui sera le plus motivé pour faire barrage à cette implantation quelque soit le site choisi ?

La problématique des déchets. Régis Passerieux, premier Président du Syndicat Mixte Ouest de l’Hérault (SMOH) a refusé le principe d’incinération (en conformité avec la motion du Comité Inter associatif des déchets de l’Hérault (CID34) et opté pour des solutions biologiques. Lesquelles distinguent, aujourd’hui, la zone Ouest de la zone Est de l’Hérault eu égard à l’application du plan départemental d’élimination des déchets. Il fait le même constat que nous (CID34). Dans cette zone chacun essaye de se renvoyer la balle et ce type de projet ne peut être implanté dans le premier canton touristique de la région dont il risque d’anéantir la première source économique. Alors qu’en face certains élus promeuvent les lourds projets industriels portés par des multinationales en faisant fi des textes réglementaires et législatifs, votés par leurs collègues parlementaires.

Le projet d’implantation d’une zone industrielle en mer, constituée de 34 éoliennes, sur 11 km2, porté par SHELL (le plus gros pollueur de la planète). Il a été rejeté grâce aux actions réalisées par le comité intercommunal des six communes concernées : Agde, Vias, Portiragnes, Valras, Sérignan et Vendres. Lequel est toujours en veille et aura éventuellement besoin du Département et de la Région. Qui sera le meilleur relais auprès de ces instances ?

La problématique d’érosion du bord littoral entre l’embouchure de l’Hérault et celle de l’Orb. Travaux d’étude avec les ingénieurs du CEPREL, constats in situ, démarches auprès du Préfet, des Conseils généraux de la région et du Conseil régional. Qui sera la mieux à même d’obtenir les conséquentes subventions (y compris européennes) nécessaires à la réparation des dommages subis et au développement durable de cet espace naturel ?

Après la création du Syndicat Mixte du SCOT du Biterrois (janvier 2003) concernant  l’aménagement du territoire composé de dix EPCI (87 communes, 221 452 h, 205 000 ha dont 52 000 ha maritime), qui s’est préoccupé des enjeux sous-tendus ? Dont par exemple, le problème d’hydrologie posé par le ruissellement du bassin versant (cf. Association Agathe) et l’écoulement des crues de la plaine basse de Florensac à la mer (cf. Henry Gleizes). Le Conseil général de l’Hérault qui a élaboré un plan d’aménagement départemental pertinent, a été saisi, en son temps par François Liberti. Qui sera le mieux placé pour défendre ces problématiques ?

Le problème des handicapés

Qui est le plus à l’écoute de ce qu’éprouvent les familles et leurs enfants handicapés physiques et/ou sensoriels ? Qui se bat pour les défendre face aux difficultés qu’ils rencontrent au quotidien, dans leurs démarches auprès des administrations, pendant leurs études, au cours de leurs déplacements ? Qui recherche les meilleures solutions aux problèmes de nos aînés en proposant notamment des lieux de vie pour les personnes isolées et valides ? Qui est le plus motivé pour aider tous ces ‘’fragilisés” à obtenir des réponses à leurs besoins et leurs attentes ?

Quel meilleur ambassadeur pour les futurs projets ?

Les communes, à l’avenir, auront besoin de plus en plus de subventions. En particulier Vias qui devra assumer les conséquences induites par des décisions arbitraires et une pseudo gestion. Je pense que Vias aura besoin de se doter d’un collège en maintenant celui de Bessan, d’une gendarmerie et d’un corps de pompiers. Le quartier ouest littoral devra être aménagé avec et pour les résidants. L’hôtellerie de plein air devra être orientée vers un écotourisme de qualité fondé sur le développement durable, dans toute la vallée de l’Hérault. Il faudra accompagner la reconversion progressive de l’agriculture et notamment de la viticulture vers ‘’le biologique”. Lesquelles auront besoin d’aides notamment du Département et de la Région. La distribution et l’assainissement de l’eau à Vias et à Vias-plage doivent être repris en régie. Objectifs : maîtrise de sa consommation et réalisation de son recyclage. L’urbanisation de la commune doit être repensée dans sa globalité, en évitant notamment les couronnes de lotissements, dont l’aménagement de son coeur de ville et de sa circulade médiévale. Il faudra créer un lotissement communal avec des logements sociaux, un camping municipal, un port fluvial, ….

Un choix, au fond, pour quel combat ?

Voilà des projets, la plupart de compétence municipale, qui auront besoin d’aides financières de tous ordres. Quel sera le meilleur ambassadeur auprès du département, de la région et de l’Europe ?

Personnellement, je n’adhère à aucun parti. Et pourtant mes actions d’écocitoyen s’inscrivent dans un combat politique essentiel, celui de défendre la qualité de vie des populations locales. Combat dans lequel j’essaye de rester cohérent avec moi-même, en souhaitant faire beaucoup d’émules pour agir, unis.

Dimanche, ne nous abstenons pas, car nous servirions la mauvaise cause. Choisissons le candidat qui mérite le plus notre confiance !   

           Christian JOVIADO
 Ecocitoyen engagé (CID 34 et MNLE)

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.