Hérault : accident d'enfants, attention aux piétons pas sages

Les sapeurs-pompiers de l’Hérault portent l’attention des Héraultais sur les dangers de la route qui blessent chaque année près de 3 000 jeunes piétons dont une vingtaine décède.

Un enfant qui traverse sans faire attention. Mais comment lui reprocher de se comporter comme un enfant ? C’est pourquoi, les sapeurs-pompiers de l’Hérault ciblent l’éducation des parents avec une pédagogie intelligente pour éviter l’accident aux jeunes piétons. Ces derniers courraient le risque maximum d’être accidentés comme piétons au moment de la prise d’autonomie, à l’entrée au collège. Un constat qui pousse les secours à entamer l’éducation routière dès le plus jeune âge. Une “pédagogie évolutive et permanente” qui prend compte de la maturité des enfants afin d’éviter notamment le recours à la surprotection.

Pas à pas

Les secours préconisent de sensibiliser l’enfant dès 3 ans. Même s’il ne réalise pas seul des trajets, il doit commencer à apprendre à marcher sur le trottoir, à traverser accompagné, à repérer les dangers. En un mot, à observer son environnement. Arrivé à l’âge de sept ans, l’enfant est capable de marcher sans tenir la main d’un adulte. Néanmoins, il est loin de pouvoir effectuer tous les trajets seul. Les secours délivrent deux conseils de premier ordre : sur le trottoir, toujours marcher du côté des maisons, et continuer à tenir la main d’une grande personne pour traverser. Vers huit ans, l’enfant commence à reconnaître et à anticiper les dangers de la circulation. Son autonomie grandit. Elle doit désormais lui permettre de parcourir seul plus de trajets.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.