HERAULT - État des ressources en eau de l’Hérault 

Restrictions étendues à l’ouest et vigilance pour le reste du départementL’absence de pluie significative et…

Restrictions étendues à l’ouest et vigilance pour le reste du département

L’absence de pluie significative et les fortes chaleurs ont accentué la diminution globale des ressources en eau principalement sur l'ouest du département où la situation se dégrade.

Ainsi suite à la réunion du 18 août 2016 de la cellule sécheresse1 en charge de la surveillance de la ressource en eau, le préfet de l’Hérault décide d’étendre les restrictions de niveau 1 sur la quasi-totalité de l’ouest de l’Hérault et de maintenir le reste du département en vigilance.

ij4eAAAAABJRU5ErkJggg%3D%3DRestrictions de niveau 1 sur l'ouest de l’Hérault : tous les affluents de l'Orb (hors fleuve Orb)2, les bassins versants de l’Aude aval et de l'Argent double3 ainsi que la nappe astienne.

Les principales mesures sont :

Interdiction 24 h/24 h : le remplissage des piscines privées, le lavage des véhicules en dehors des stations professionnelles, le fonctionnement des bornes et fontaines en circuit ouvert.

Interdiction de 8 h à 20 h : l’arrosage des terrains de sports, des golfs, des jardins, des pelouses et espaces verts publics et privés.

Strictement réglementé par les dispositifs spécifiques prévus en cas de sécheresse dans le cadre de leur autorisation : le fonctionnement des Installations Classées Pour l’Environnement (ICPE), des stations d’épuration, des plans d’eau, des activités économiques, commerciales et industrielles, ASA… 

ATTENTION : toute infraction est passible d’une contravention de 5ᵉ classe de 1500 € ou de 3000 € en cas de récidive

Vigilance sur l’ensemble du reste du département excepté le bassin versant de l’Agout.

Sur ce secteur, il est nécessaire d’être particulièrement vigilant sur les consommations en eau afin d’anticiper et d’éviter une situation qui pourrait conduire à des restrictions. Il est donc demandé :

– aux collectivités de surveiller l’état de leurs ressources en eau potable, de limiter leurs consommations (arrosage espaces verts, lavage voiries…). Par ailleurs, elles doivent s’assurer du bon fonctionnement de leurs systèmes d’assainissement, afin de ne pas aggraver les risques d’altération de la qualité biologique des cours d’eau.

– à chacun d’être économe dans ses consommations individuelles en adoptant des pratiques raisonnées (limiter le remplissage des piscines, l’arrosage des jardins, les lavages divers, préférer les douches aux bains…).

TOUTES LES INFORMATIONS (arrêté préfectoral, carte détaillée des zones concernées…) sont sur le site internet des services de l’État : www.herault.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-risques-naturels-et-technologiques/Eau/Sécheresse

Un nouveau point de la situation sera fait début septembre.

1) La cellule sécheresse, animée par la DDTM 34, est composée des services de l'Etat, d’Etablissements Publics et de collectivités compétentes en gestion de la ressource et d’usagers. Elle a pour objectif d’assurer le suivi de la ressource en eau sur le département et le cas échéant de proposer les mesures appropriées en fonction des 5 niveaux identifiés : situation normale, vigilance, restriction de 1er niveau, restriction renforcée et crise.

2) Les ressources en eau du fleuve Orb ne sont pas concernées par ces 1ères restrictions car le fleuve Orb, (contrairement à ses affluents) bénéficie d’une réalimentation en eau issue du barrage situé à Avène et qui permet de garantir le niveau d’eau.

3) le bassin versant de la Cesse n'est pas concerné.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.