L'actu au quotiden dans tout l'Hérault.
Droit

HERAULT -" Twitter s’obstine. Twitter s’entête. Twitter censure" par Emmanuelle Ménard

    Depuis le 26 juillet dernier, mon compte est bloqué. Pourquoi ? Pour avoir écrit : « Greta Thunberg. Dommage que la fessée soit interdite, elle en mériterait une bonne. » Imaginez l’audace : oser critiquer l’icône des écolos !  Le lendemain, j'ai ouvert un nouveau compte. En l’espace de quelques heures, près de […]

 

 

Depuis le 26 juillet dernier, mon compte est bloqué. Pourquoi ? Pour avoir écrit : « Greta Thunberg. Dommage que la fessée soit interdite, elle en mériterait une bonne. » Imaginez l’audace : oser critiquer l’icône des écolos ! 

Le lendemain, j'ai ouvert un nouveau compte. En l’espace de quelques heures, près de 6 000 « followers » s’y sont abonnés. Mais très vite, Twitter a suspendu mon nouveau profil, vraisemblablement signalé par les mêmes. Depuis, silence total. Jusqu’à hier matin où Twitter m’indique que mon appel « a été rejeté ». Mon tweet étant « contraire à [leurs] règles ». Et de préciser : « Nous ne tolérons pas les contenus qui souhaitent la mort, des blessures corporelles ou une maladie mortelle à une personne ou à un groupe de personnes, qui espèrent que cela se produise ou expriment un tel désir. » Ils me demandent donc de supprimer définitivement mon tweet… 

On hésite entre la colère et l’éclat de rire. De qui se moquent ces gens ? Qui peut imaginer sérieusement que mon tweet – à lire au second degré bien évidemment – menaçait de quelque manière que ce soit la jeune Greta. Comme le dit Alain Finkielkraut : « Les gros bataillons du premier degré envahissent notre monde ». 

Les leçons de morale de Twitter sont insupportables. Tout comme sa position de quasi-monopole. Sans parler de sa mauvaise foi. N’est-ce pas Damien Viel, son Directeur général en France, qui ose écrire sur son profil : « Je désapprouve ce que vous dites mais je me battrai à mort pour que vous ayez le droit de le dire. » A lire sûrement au second degré… 

Aussi, j’ai décidé de poursuivre en justice ce réseau social. Je ne compte pas m’incliner de sitôt devant ce nouvel ordre moral. Au-delà de mon cas personnel, il s’agit ni plus ni moins, et sans exagération aucune, que de notre liberté d’expression. 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.