Interview d'Henri COUQUET par Sabrina BOUSQUET et Caroline FONTANA

 INTERVIEW D’HENRI COUQUET par Sabrina BOUSQUET (suppléante aux élections cantonales) et Caroline FONTANA (consultant…

 INTERVIEW D’HENRI COUQUET
par Sabrina BOUSQUET (suppléante aux élections cantonales)
et Caroline FONTANA (consultant financier)


Sabrina Bousquet : « Plus de deux ans se sont écoulés depuis les élections municipales. Que vous dit la population ? »

Henri Couquet : « La population est déçue, elle se sent oubliée et perd confiance dans la politique. »

Caroline Fontana : « Vous parlez de déception. Pouvez-vous préciser ? »

Henri Couquet :  « J’ai ressenti beaucoup de déception, surtout dans l’électorat de Gilles D’Etorre. Essentiellement à propos des engagements non tenus avec, en particulier, le matraquage fiscal « surprise » et les hausses de tarifs. La forte augmentation de la taxe foncière et la création de nouvelles taxes pour les entreprises sont aussi très mal vécues. Je signale qu’en outre, il vient de proposer, lors de la dernière réunion du conseil communautaire, d’augmenter à nouveau la T.E.O.M. (taxe d’enlèvement des ordures ménagères) de presque 7%. »

Sabrina Bousquet : « Vous parlez aussi d’oubli de la population. »

Henri Couquet : « La population s’est sentie oubliée dès les élections passées. Elle juge les décisions municipales déconnectées de ses véritables besoins. Les gens pensent que Gilles D’Ettore confond investir, avec jeter l’argent par les fenêtres. L’exemple du centre aquatique est très souvent cité. »

Caroline Fontana : « Mais pourquoi cet oubli de la population ?»

Henri Couquet : « La population donne la réponse. Elle pense que Gilles D’Ettore est davantage préoccupé par sa carrière politique que par la bonne marche de notre ville. D’où son besoin de prouver sa capacité à réaliser de « grandes choses », même si c’est au détriment des intérêts des agathois et des habitants de L’Agglo : fusion des agglos, torche à plasma et depuis peu aménagement du centre port du Cap, extension du golf, avant que des études sérieuses soient réalisées, et sans que des concours d’architectes soient effectués. Cet empressement néglige l’avis des professionnels et de la population et augure de futurs dérapages financiers. »

Caroline Fontana : « Vous pensez que la ville d’Agde en pâtit ? »

Henri Couquet : « Effectivement, dans cette ambiance, l’essentiel est oublié. Par exemple, la ville vient de passer à côté du PNRQAD (programme national de réhabilitation des quartiers anciens dégradés), vrai chance manquée pour la réhabilitation massive du cœur de ville. Des millions d’euros affectés par l’Etat se sont envolés. Alors que Béziers et Sète recevront plus de 15 M€, Gilles D’Ettore n’a rien obtenu pour sa ville. »

Sabrina Bousquet : « Et pour la communauté d’agglomération ? »

Henri Couquet : « Il ne fait pas mieux en tant que président d’Agglo, puisque quasiment tous les investissements réalisés sont improductifs en termes d’activités donc d’emplois, alors que la principale compétence obligatoire est le développement économique. Par exemple, pas de PRAE (parc régional d’activité économique) qui drainerait des entreprises extérieures ou nouvelles. Rien que le bricolage de petites zones qui ne font que gérer l’existant, la plupart du temps. Il serait pourtant beaucoup plus adapté d’obtenir ça de la Région, plutôt que de se faire rouler dans la farine par George Frèche avec une évocation de « musée de la grécitude » qui ne verra pas le jour. »

Caroline Fontana : « Plus généralement, la population perd confiance dans la politique ? »

Henri Couquet : « C’est exact. La population dit clairement son manque de confiance dans les partis politiques. Les gens jugent la classification droite/gauche de moins en moins pertinente. Ils ont particulièrement raison en ce qui concerne la gestion des collectivités locales : elle est ni de droite, ni de gauche, elle est bonne ou elle est mauvaise. »

Sabrina Bousquet : « Ce constat n’est-il pas plutôt démoralisant ? »

Henri Couquet : « Il faut tout simplement en tirer les conséquences. C’est la raison pour laquelle les opinions politiques restent en dehors de notre association d’intérêt à la vie publique « Agde Pays d’Agde », ouverte à toutes les personnes de bonne volonté. Notre but est de répondre aux besoins de nos concitoyens et de proposer des solutions de développement résolument dynamiques. C’est notre manière de participer à l’action publique et de préparer des solutions. Il ne faut pas baisser les bras. La ville d’Agde et son Agglo ont un potentiel d’avenir. »

http://nsm03.casimages.com/img/2010/04/16/100416072249885035846751.jpg

http://nsm03.casimages.com/img/2010/04/16/100416072257885035846753.jpg

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.