Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

L'île des loisirs, entre projets et utopies… par Didier Denestebe

L'île des loisirs va faire l'objet de projets et nombreuses sont aujourd'hui les discussions…

L'île des loisirs va faire l'objet de projets et nombreuses sont aujourd'hui les discussions de couloirs et les propositions.
Il nous faut souhaiter que l'avenir de notre Ville ne soit plus décidé uniquement dans les salons feutrés de l' hôtel de Ville, mais dans la transparence totale des diverses possibilités qui pourraient nous êtres offertes.
Le débat est maintenant ouvert.

Cliquez sur les photos pour les agrandir

L'île des loisirs, entre projets et utopies…

Une raisonnable mutation

Les débuts de l'île des Loisirs :« La nuit vous appartient ».

https://www.herault-tribune.com/archive/img_annexe/ax_484.jpgToute évocation de la destination actuelle et future de l'île des loisirs ne peut faire abstraction de la volonté des aménageurs, qui, en 1973, identifiaient le Cap d'Agde comme devant être une station essentiellement ludique dont n'étaient pas exclues, les activités nocturnes qui disputaient la vedette au delphinarium:

La société d'aménagement du territoire, la SEBLI, procédait alors à des campagnes publicitaires nationales sous la forme de panneaux 4 par 3 sur lesquels on pouvait lire une phrase, alors anodine, mais qui pourrait aujourd'hui créer des insomnies à la moitié de la population : « Au Cap d'Agde : La Nuit vous appartient » !

C'était en 1973.
Depuis,le temps a fait son œuvre autant sur les infrastructures que sur les hommes.
La société a évolué. Les investisseurs pionniers, trentenaires de l'époque sont aujourd'hui de paisibles retraités et même si les enfants ont pris le relais, cette génération historique module les attentes.
Une autre évolution sociétale a vu le jour ces dernières décennies au travers du vieillissement de la population, et plus spécifiquement des migrations de ces populations vers les régions ensoleillées de notre littoral.

Avec l'arrivée rassurante de structures médicalisées, de grandes surfaces, de services divers à la personne, de la Maison des Savoirs… l'habitat permanent d'une population en attente d'une vie plus paisible que ludique s'est développé.
Parallèlement, la vingtaine de boîtes de nuit que comptait le cap d'Agde sur son territoire s'est amoindrie au fil du temps au travers de la disparition des petites discothèques au profit des plus grandes, et par une volonté municipale d'aide au premier réaménagement du territoire de l'île des loisirs.
En 1995, le chantier de cette redéfinition débuta avec la mise à contribution du Casino du Cap d'Agde lorsqu'il s'est porté acquéreur des établissements de nuit en surnombre qui étaient passés de mode après vingt ans d'activité.
La question de la finalité de cette prise de participation foncière du Casino dans cette restructuration n'avait pas été arrêtée et n'avait pas fait l'objet d'une réflexion aboutie et acceptée par tous.
Plusieurs projets ont été étudiés dont, en 1998, celui porté par le Capagathois Christian Gindrau qui malgré l'appui du CNRS n'avait pu réaliser un complexe touristico-éducatif qui consistait en la reproduction à l'identique d'une villa Greco romaine baptisée « Villa Hestia ».
Il était même question, en l'an 2000, d'étudier la possibilité d'installer une structure de spectacle type “ Zénith “qui n'a pas suscité, loin s'en faut, l'adhésion des partenaires locaux.
Aucun n'a pu arriver à son terme au travers d'incompatibilités juridiques, économiques faute de complémentarité et de cohérence entre les partenaires.

Il était évident qu'un complexe Hôtelier de Thalassothérapie ne pouvait cohabiter paisiblement en mitoyenneté avec une discothèque à ciel ouvert.
Aqualand,dont on pouvait imaginer un développement créateur d'emplois et d'investissements sur une partie de l'île des loisirs, a dû renoncer pour l'heure en raison d'un POS défavorable.

L'île des loisirs entre nuisances et tentations …

Le rôle prépondérant de l'attractivité ludique de l'île des loisirs à la création du Cap d'Agde a été déterminant pour l'image de notre station.

Il est légitime de saluer les acteurs et les promoteurs de cette magnifique réussite comme il est de notre devoir de prendre en compte, aujourd'hui, les aspirations et les évolutions de notre société pour redéfinir les nouvelles ambitions de ce site, devenu au fil du temps cœur de la station.
La difficulté de l'exercice résidera dans le dosage entre l'évolution nécessaire et la reconfiguration de l'image véhiculée par l'île des Loisirs, à l'exemple de la discothèque l'Amnésia, légende vivante auprès des jeunes.
Sans doute faut-il s'inspirer d'André Gide lorsqu'il disait : « La réalité de demain est faite des utopies d'hier et d'aujourd'hui » …

Il est incontestable que la cohabitation entre le Luna Park, les discothèques et le développement de l'habitat permanent sur la station est de plus en plus mal vécu est source de conflits juridiques entre associations de défense et professionnels concernés.

Trois sortes de nuisances se manifestent.

– Les nuisances sonores :
L'apparition en 1984 d'une des toutes premières discothèques à ciel ouvert de France avait créé l'événement et suscité une adaptation des autres discothèques concurrentes à cet effet de mode au travers de l'apparition des jardins du Libertys, du Blue Bird, et encore aujourd'hui, de ceux du Bora Bora et du Nicavana.
La course aux décibels était lancée.
La construction concomitante dans les années 1980 des programmes immobiliers de l'île des pêcheurs, des marinas et de la 3 ° tranche du Cap d'Agde a eu pour effet de confronter une population estivale et de plus en plus souvent permanente à la réalité des nuisances engendrées par ces loisirs nocturnes, pourtant parfaitement conformes à la logique des vacances et indispensables à l'équilibre d'une offre touristique diversifiée et inter-générationnelle.
Le Luna Park n'a pas échappé à cette surenchère sonore pour s'adapter aux attentes de sa clientèle.
On peut ajouter en dernier lieu le va-et-vient bruyant des noctambules piétonniers, parfois éméchés, qui empruntent au petit matin les quais du Cap d'Agde.
– Les nuisances visuelles :
Le Luna-park, concurrencé par d'autres parcs à Marseillan et à Vias, a dû adapter ses prestations et ses animations à l'apparition de nouveaux manèges à sensation dont les structures métalliques s'élèvent de plus en plus haut et ne sont pas d'un esthétisme indiscutable.
– L'accessibilité :
L'unique voie d'accès de l'île des loisirs, trop sollicitée à certaines heures est, bien trop souvent dissuasive pour une partie de notre clientèle touristique.
Se rendre sur l'île des loisirs un samedi soir à l'heure de l'ouverture des discothèques relève du parcours du combattant. Y trouver une place de parking est encore plus délicat.
La sécurité ne trouve pas son compte dans cette surdensité de personnes et de véhicules et dans le manque de fluidité pour les moyens d'interventions rapides.

L'île des loisirs … entre projets et utopies …

Compte tenu de ces évolutions, redéfinir un schéma d'aménagement de l'île des loisirs semble être une nécessité qui s'impose à tous les responsables, acteurs économiques ou politiques de la cité.
Il s'agit de concilier une réelle vocation ludique et touristique à notre ville tout en réduisant de manière conséquente les nuisances sus évoquées.
De toutes parts des consultations, plus ou moins discrètes, ont été entreprises afin de proposer des solutions qui ne lèseraient en aucun cas les acteurs historiques ayant positivement contribué à la renommée de la station.

Des réalités s'imposent : les discothèques et le Luna-park, à l'étroit économiquement, ne peuvent ni se développer ni répondre aux défis de la modernité sans engendrer des nuisances supplémentaires qui sont de plus en plus mal acceptées par les populations environnantes.
Il faut trouver un autre espace communal vierge de toutes contraintes : là est le véritable problème ! À celui-là s'ajoute aussi le renoncement psychologique à cet endroit d'installations de loisirs devenues mythiques au fil du temps.
Il sera sans doute fait des propositions qui déplaceront le problème en en générant de nouveaux.
Pêle-mêle, il nous sera proposé les lieux les plus insolites tels que Luna Park aux Champs Blancs, en face d' Hyper U, au Parc Lano, les Night Clubs sur les plages, en lieu et place des arènes ou du centre de Tennis et même sur Brescou pour les plus audacieux.
Entre projets et utopies, il faut s'efforcer d'envisager diverses possibilités qui n'ont d'autres ambitions ici, que d'ouvrir la réflexion en présentant plusieurs pistes.
Elles ne peuvent en aucun cas avoir la prétention de présenter une réflexion achevée.

Le déplacement du Luna Park :

Il faut d'abord établir un préalable à ce déplacement :

IL NE PEUT SE FAIRE QU'AVEC LA TOTALE ADHESION DES PROFESSIONNELS et ne doit être considéré que comme une modernisation et une adaptation de leurs activités aux exigences de développement touristique.
Il est indispensable que ceux qui depuis tant d'années ont œuvré positivement à l'attractivité de notre station se voient offrir une solution de valorisation qui ne puisse en aucun cas être perçue comme un rejet.
Une autre localisation doit leur être proposée et cette opération, qui présente un caractère d'intérêt général,doit leur être économiquement favorable.

Une zone de substitution peut être envisagée :
Elle pourrait se situer à l'extrémité Ouest du territoire communal en limite territoriale de la commune de Vias, autour de l'échangeur reliant Agde à Vias et le Grau d'Agde à la gare d'Agde.
Outre l'éloignement évident par rapport aux zones urbaines et une facilité de desserte routière, ce secteur offre également une possibilité de créer des zones de stationnement adaptées aux besoins.
Le Luna park d'Agde, ainsi situé, pourrait se développer et se moderniser en un endroit commercialement favorable lui permettant de rivaliser à armes égales avec ses concurrents de Vias et de Marseillan en supprimant les nuisances qu'il occasionne sur le site actuel.

Il est évident que ces orientations devraient passer par une très large concertation.
Pour tenir compte de la spécificité de cette zone inondable où existent déjà plusieurs campings et des activités de même nature : Karting ou piste de Quad il est évident que le caractère saisonnier (du 1° Mai au 31 août) et démontable des installations devra être scrupuleusement respecté.
Cela ne représente rien de contraignant dès lors que la quasi-totalité des manèges forains sont démontés et exploités en d'autres lieux dès les premiers frimas venus.

Le déplacement des discothèques:

Tout comme le Luna Park, rien ne peut se faire sans l'adhésion des professionnels et sans les compensations économiques que ces derniers sont en droit d'attendre au regard de la valeur de leur outil de travail et du coût de sa reconstruction.
Il est également indispensable de ne pas priver la commune d'un des éléments mythiques auprès de la jeunesse et à qui l'on doit incontestablement une part de la renommée de notre station. Il sera nécessaire de proposer des espaces de substitution commercialement attractifs.
Quelle que soit la localisation, les nouvelles discothèques devront êtres entièrement closes et insonorisées afin de ne plus perturber le voisinage.
Leur déplacement ne devra pas être considéré comme une relégation par les plus jeunes d'entre nous mais au contraire, comme un souffle nouveau qui permettra de proposer à cette activité les adaptations nécessaires aux attentes du 21° siècle.

Il existe au moins trois pistes :

La première est très proche de l'île des loisirs, elle se situe à l'emplacement actuel du Parking de la Plage Richelieu.

Une extension de ce même parking pourrait alors être envisagée en direction du Parking de la Caravelle afin de compenser les pertes en surface construite et en augmentant la capacité de stationnement de la zone.
Cette première hypothèse, si séduisante soit elle à première vue, se heurte à un problème de taille : ce terrain fait partie du domaine public maritime et du domaine public portuaire et ne permet pas l'édification de bâtiments qui ne soient pas liés aux activités portuaires nautiques. 

Le domaine public étant par ailleurs inaliénable, on imagine mal de très gros investisseurs privés sur des terrains dont ils n'auraient pas la maîtrise.
Cette opération ne serait viable qu'après que la commune ait pu maîtriser en pleine propriété ces terrains avec les droits qui s'y rattachent et notamment ceux de pouvoir revendre.
Le chemin risquerait d'être long et incertain, mais la faisabilité n'est pas à exclure.

La seconde piste pourrait être évoquée à l'emplacement habituel des grands cirques en bordure de la route du Cap à Agde, en contrebas de l'ancienne décharge, ceinturée par la voie rapide nationale et accessible aisément par la quatre voie Agde Cap d'Agde.
Ce terrain est un terrain municipal et il offre de multiples avantages, liés au positionnement commercial, à son accessibilité routière et à l'éloignement de toutes zones de construction dense:

La troisième hypothèse de localisation nécessiterait une révision de POS et possède indéniablement moins d'attraits que les deux autres.
C'est l'option « Campagne », qui offre des possibilités intéressantes d'extension et d'isolation, mais l'accessibilité commerciale est moins évidente.

Ces terrains desservis par la route reliant Agde à Marseillan au départ de la Poste et du parking de la Calade, après le carrefour pour Florensac, seraient à rechercher de part et d'autre de cette départementale D51.
Des possibilités de reclassement existent, celles citées ci-dessus ne sont certainement pas les seules, ce sont des pistes qui contribueront à notre réflexion et à la recherche de solutions concrètes.

L'île des loisirs en 2010 . Un projet d'avenir ……

Les propositions de déplacement qui précédent n'ont de signification que dans la mesure ou des activités nouvelles viennent s'y substituer en contribuant à relancer l'attractivité de notre ville et à en redynamiser l'offre touristique.


Voir le schéma d'ensemble :


Parmi les éléments majeurs manquant à une grande station touristique européenne, on peut citer : un théâtre de verdure, une patinoire, un bowling, une piscine municipale, des hôtels de grand standing et un complexe de thalassothérapie. Un parc botanique de bio diversité et un développement de l'Aquarium pourquoi pas par la reconstruction d'un delphinarium ayant déjà existé à la naissance du Cap d'Agde.

Le théâtre de verdure

Le théâtre de verdure, ouvert en semi-circulaire sur le principal bassin portuaire du Cap d'Agde, offrirait une scène mixte permettant soit des représentations conventionnelles de théâtre ou de musique, soit des spectacles proposant le cadre majestueux du plan d'eau.
Une telle scène naturelle permettrait aux créateurs de proposer des spectacles originaux et grandioses qui pourraient doter notre commune d'une dimension culturelle nationale.
La construction de cet équipement serait entièrement financée par le changement d'affectation du terrain actuellement occupé par des arènes vétustes et inadaptées qui ont proposé plus de toros-piscines que de spectacles de qualité.
Cette solution de déplacement de remplacement des actuelles arènes offrirait également une possibilité d'extension non négligeable pour l'école Jules Vernes tant en offre de parkings que de classes supplémentaires aujourd'hui nécessaires.

Le centre de Thalassothérapie

Le centre de Thalassothérapie dont la fermeture récente a constitué un affaiblissement de notre offre touristique pourrait trouver en ce lieu un cadre magnifique.
Ce projet ne poserait aucun problème dans sa réalisation.
En effet, la société gestionnaire du Casino du Cap d'Agde conjugue, à la fois, les compétences techniques, les capacités d'investissements financiers et une partie non négligeable de la maîtrise partielle des terrains.

L'acquisition des terrains des anciennes discothèques lui reviendrait tout comme elle l'a déjà fait dans le passé. Concomitamment elle s'engagerait à trouver une autre vocation
moins bruyante de sa propre discothèque.

Cet ensemble ne peut se concevoir sans un complexe d'hôtellerie et de restauration à la hauteur des exigences d'une clientèle haut de gamme.

La patinoire et le Bowling :

La patinoire et le Bowling : ces deux activités peuvent se côtoyer dans un même établissement car elles s'adressent à une même clientèle.
Elles offrent une possibilité d'ouverture à l'année non négligeable en renforçant l'animation et la vie de la cité.
Cette activité ne serait pas une activité financée par la Ville. Seul le terrain serait réservé et proposé à un prix incitatif à des investisseurs privés qui prendraient en contre partie, l'engagement contractuel d' y exercer ces activités et d'en assurer l'ouverture permanente.

Les résidences Hôtelières et les Marinas :

En complément de l'offre déjà existante avec l'Hôtel du Golfe et de l'hébergement lié au centre de Thalassothérapie, la nouvelle orientation de l'île des loisirs permettrait de développer les offres d'accueil hôtelières sous la forme d'un hôtel de standing et d'une nouvelle formule de résidence hôtelière haut de gamme intégrant une trentaine de marinas .

L'Aquarium :

Le succès de l'Aquarium marin du Cap d'Agde l'a conduit à acquérir le terrain jouxtant le casino.
Il nous faut saluer cette initiative d'un investisseur privé passionné et compétent dont le projet est le premier maillon de la requalification de cette île des loisirs.

L'Aqualand

L'Aqualand : Ce parc aquatique le plus connu en Europe est l 'un des acteurs majeurs de l'économie touristique de notre Ville. En saison il est, avec le casino, un des plus gros employeurs de la station. Il est un facteur indéniable de la renommée et de la promotion externe au Cap d'Agde, et attire plusieurs dizaines de milliers de visiteurs par an.

Son succès l' a conduit à rechercher à plusieurs reprises des possibilités d'extension qui n'ont à ce jour pas pu être satisfaites en raison du manque de disponibilité de terrains aptes à l' accueillir.
Là encore, une possibilité existe avec la réalisation d'un ouvrage d'eau majestueux reliant l'Aqualand actuel a un second espace situé sur l'île des loisirs.
Bien entendu, il ne faut pas minimiser la difficulté d'une telle réalisation car une révision du POS est requise et une très large concertation devrait s'avérer nécessaire en préalable à cette installation :

Le centre commercial

La diversification des centres d'intérêts de loisir, intégrant une meilleure répartition entre les activités diurnes et nocturnes, aura pour effet de développer l'attractivité du centre commercial existant par une fréquentation plus constante et une demande plus régulière autant au niveau des restaurants que des lieux de convivialité tels que bars et glaciers.

Le Cinéma et la possibilité de développement de l'offre « Séminaires et congrès »

Le Cinéma et la possibilité de développement de l'offre « Séminaires et congrès » :
Le cinéma est une activité indispensable et complémentaire à toutes les autres activités ludiques de ce concept global. Il pourrait trouver une autre opportunité de développement tout en enrichissant l'ensemble du concept global.
Au travers de l'arrivée sur l'île du complexe de Thalassothérapie, des hôtels et résidences hôtelières, le cinéma pourrait être un support complémentaire, par la mise à disposition de ses salles pour tous les séminaires et congrès qui pourraient être organisés sur l'île des loisirs.

Un cinéma possède déjà tous les ingrédients d'une salle de séminaire. Le confort en plus et l'adaptation d'une de ses salles aux techniques de traduction instantanée pourraient permettre de développer cette offre de proximité.

Le parcours santé :

En marge de l'île des loisirs, et afin de répondre à une attente écologique qui participe à l'offre de loisirs, un parcours de santé pourrait être paysagé sur un emplacement a cheval entre la mer et le lagon d'Aqualand.
C'est une offre qui correspond a une nécessité dédiée tout autant aux sports pédestres qu'aux promenades familiales.
Ce parcours santé sera agrémenté d'une quinzaine d'agrès et traversé par une oasis de verdure accessible à tous ceux qui veulent allier sport , agrément et plaisir dans une ambiance naturelle.

De nouveaux emplacements nautiques

De nouveaux anneaux d'accostage peuvent êtres créés dans ce projet pour répondre aux demandes de développement des activités nautiques. Ils seraient situés en bordure du futur centre de Thassothérapie en agrandissement du Bassin IV qui pourrait être conjugué a un développement de petites structures à destination des professionnels des activités nautiques.

Les offres de parkings :

L'agrandissement de l'offre de places de stationnement fait partie du schéma d'ensemble qui devra être confié à l'étude d'un architecte urbaniste afin d'assurer les cohérences entre les installations, les circuits piétonniers, les pistes cyclables et les indispensables espaces verts venant en complément du jardin botanique qui avec le Mini golf représenteront une coupure verte à l'entrée de l'île. 

Le POS de cette zone doit être révisé en rendant le site du Luna Park constructible, ce qui permettra d'amorcer par des nouveaux aménagements, une mutation concertée pour cette île des loisirs. Un espace vert doit être préservé.

Un schéma d'aménagement économiquement équilibré

Aussi surprenant que cela puisse paraître, au regard de l'ambition du schéma directeur ici proposé, le coût pour les finances communales sera neutre. On peut même affirmer qu'un excédent financier pourrait être dégagé au bénéfice du budget municipal.
En effet, seraient à la charge de la commune, les études urbanistiques, la réalisation des parkings, du Jardin botanique et l'amélioration des voies d'accès.
Le théâtre de Verdure, alternative moderne aux arènes aujourd'hui désuètes, serait financé principalement par la vente de l'assiette foncière des arènes.
Au chapitre des recettes, viendraient la cession des terrains affectés à la patinoire, au bowling et à la résidence hôtelière, les recettes locatives des pontons des marinas et la location conséquente du terrain sur lequel Aqualand développerait ses futures activités.
Pour ce qui concerne l'acquisition des discothèques existantes, elle serait réalisée par les promoteurs du futur centre de Thalassothérapie qui pourrait être selon toute vraisemblance la société gestionnaire du Casino du Cap d 'Agde.
Pour le Luna Park la mutation de leur terrain, devenant constructible leur permettrait sans conteste d'assurer les frais d'acquisition et d'installation en un autre lieu.

L'île des loisirs … du rêve à la réalité …

L'objet de ces réflexions est d'ouvrir le dossier selon deux axes :
– Celui de la prise de conscience collective de la nécessité, à moyen terme d'une mutation de ce parc ludique vers une diversification des activités proposées.
– Celui d'initier une recherche sur un schéma général d'aménagement cohérent qui aurait pour ambition de contribuer à éliminer les nuisances existantes et ainsi répondre aux attentes de nos concitoyens
Ce schéma est certainement discutable, mais il présente l'avantage, par son existence, de susciter la réflexion de tous afin de parvenir à d'autres propositions qui viendront le compléter, l'enrichir ou s'y substituer.
 

Cap d'Agde Le 9 novembre 2006

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.