Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

Maladies professionnelles et accidents de travail, les chiffres-clés de 2019 par la Carsat L-R

La Carsat L-R vient de publier ses statistiques de sinistralité en matière d'accidents du travail et de maladies professionnelles en Languedoc-Roussillon. Panorama complet.

Les accidents du travail

Alors que les effectifs ont augmenté de 3,6% entre 2018 et 2019, l’augmentation des accidents du travail avec arrêt se poursuit en 2019 avec 732 nouveaux sinistres reconnus, soit +2,7% par rapport à 2018. La fréquence des accidents du travail décroît (-0,9%) et s’établit à plus de 40 accidents pour 1000 salariés. Les accidents graves avec incapacité permanente continuent leur diminution significative, -7% en 2019 par rapport à 2018. On observe une diminution de 30% des incapacités permanentes liées à un accident de travail sur une période dix ans.

En 2019, on dénombre :

  • 27 816 accidents du travail [soit +2,7% par rapport à 2018],
  • 3 253 accidents de trajet [soit +0,5% par rapport à 2018],
  • 932 maladies professionnelles [soit +1% par rapport à 2018].

L’indice de fréquence des accidents du travail (le nombre d’accidents pour 1000 salariés) est de 43,1. Cet indice est plus faible que celui de l’an dernier.
Les accidents du travail graves ont connu une baisse régulière depuis plusieurs années dans tous les secteurs, à l’exception des commerces et les maladies professionnelles sont quasiment stables.Tous secteurs d’activités confondus, les principales causes d’accidents du travail sont les manutentions manuelles, les chutes de hauteur et de plain-pied.

Un chimiste manipulant une fiole de produit dangereux.

Les secteurs d’activité

En 2019, quatre secteurs d’activité se situent en dessous de l’indice de fréquence moyen régional tous secteurs confondus (commerce non alimentaire, services, métallurgie et chimie).Cinq autres secteurs se situent au-dessus : il s’agit du BTP (63,1), des transports (57,5), de l’intérim et du sanitaire et social (63,0), du bois et du textile (53,1) et de l’alimentaire (48,8).Les secteurs du commerce alimentaire et non alimentaire, le transport routier de marchandise et la chimie ont connu une nette diminution de l’indice de fréquence.


 A lire aussi :

Prévention : faites appel à la Carsat pour réduire vos risques professionnels


Secteur du commerce alimentaire

La moitié des accidents du travail sont liés à des manutentions manuelles et un quart proviennent de chutes (plain-pied et hauteur). Les situations de travail les plus exposantes à ces risques sont la mise en rayon, l’encaissement et les dépalettisations.Des recommandations nationales existent sur ces activités : R478 pour la mise en rayon, R440 pour l’encaissement, R461 sur la hauteur des palettes. Les prescriptions de prévention des préventeurs de la Carsat L-R invitent les employeurs à s’y référer, établissement par établissement.

Un rayon de supermarché.

Pour compléter cette approche individuelle, une approche collective s’appuie sur la déclinaison de deux programmes de prévention :

  • Le programme d’action national « TMS Pros » : il concerne une quarantaine de magasins de la grande distribution alimentaire pour prévenir les risques liés aux troubles musculosquelettiques ;
  • Le programme d’action régional « Chaîne logistique aval » : il s’agit d’investiguer la filière logistique d’une demi-douzaine d’enseignes de la grande distribution alimentaire pour prévenir les risques de chutes et d’écrasement lors des opérations de chargement/déchargement des marchandises.

Secteur des activités de services et action sociale

Il connaît une augmentation (+1,4%). On peut notamment citer les programmes à destination du sanitaire et médico-social depuis bientôt 10 ans, dont les objectifs majeurs ont consisté à mener des actions pour prévenir les risques principaux d’accidents du travail : la manutention et les chutes.Des partenariats ont été mis en place avec l’ARS Occitanie afin d’intégrer nos priorités dans les CLACT (contrats locaux d’amélioration des conditions de travail) permettant un financement pour l’amélioration des conditions de travail dans le sanitaire et le médico-social. L’investissement de la Carsat L-R pour accompagner le secteur sanitaire et médico-social reste majeur :

  • 124 contrats de prévention établis entre 2014 et ce jour
    • Pour un montant de 3,6 M€ subventionnés par la Carsat L-R entre 2018 et ce jour, soit 12 M€ investis par les établissements dans la prévention.

Cette enveloppe se répartit pour moitié auprès d’EHPAD privés (à but lucratif et non lucratif), pour un quart auprès d’établissements médico-sociaux relevant de collectivités territoriales et pour un quart d’établissements sanitaires. L’évaluation menée en 2019 du programme d’action régional « Sanitaire et médico-social » a permis de démontrer une bonne appropriation des leviers à activer pour prévenir l’apparition des troubles musculosquelettiques.

Un lit d'hôpital ou d'Ehpad.

Sur 200 établissements évalués :

  • •  70% ont mis en place une organisation permettant d’évaluer l’autonomie des résidents ou patients en application de la recommandation nationale R471 et d’animer leur démarche de prévention ;
    • 60% ont investis dans des dispositifs techniques d’aide à la manutention des résidents ou patients (lève-personnes sur rail plafonnier, chaises de douche à hauteur variable) ;
    • Plus de 120 formateurs PRAP 2S ont été formés par les organismes de formation partenaires et habilités par les établissements ;
    • Plus de 2 800 soignants ont été formés acteurs PRAP 2S pour observer, analyser et remonter les situations de travail dangereuses.

La dynamique dans les structures d’aide et soins à la personne se poursuit sur la période 2019-2022 au travers de deux programmes de prévention : 

  • Le programme d’action national « TMS Pros » qui concerne environ 70 ESMS (choisis pour partie d’un commun accord avec l’ARS Occitanie) afin de structurer leur démarche de prévention des troubles musculosquelettiques ;
  • Le programme expérimental « Aide et soins à domicile » qui mène une exploration du secteur ciblée sur le département de l’Hérault auprès de 8 structures d’aide et soins à domicile en partenariat avec le Conseil Départemental de l’Hérault et le Centre d’Information et de Conseil sur les Aides Techniques du pôle Autonomie Santé du CCAS de Lattes (34).

Des travailleurs sur un chantiers de construction.

Secteur du bâtiment et travaux publics

Après une nette amélioration en 2018, le secteur du BTP connaît une évolution plus modérée en 2019 et on peut vraisemblablement rattacher cela à la reprise économique. Les accidents du travail graves et de décès ont baissé. C’est le reflet du travail mené par les préventeurs sur le terrain, tant auprès des entreprises du BTP que des maîtres d’ouvrage.

  • Formation des intérimaires avec le Certificat de Compétence aux Travaux en Hauteur : plus de 6000 intérimaires formés sur 3 ans ;
  • Formation des maîtres d’ouvrage.

« Thèmes Opérationnels Prioritaires du BTP », ce programme définit les actions à mettre en œuvre pour réduire la sinistralité de cette activité, et demande :

  • aux équipes de maîtrise d’ouvrage (MOA) d’intégrer dans les marchés de travaux des dispositions permettant de maîtriser les risques de chutes dans les opérations de construction, comme la mise en commun des moyens (équipements de travail et d’accès en hauteur), l’organisation des circulations et des livraisons sur le chantier, la mécanisation du transport vertical des personnes et des charges sur les chantiers ;
  • aux entreprises du BTP de savoir répondre aux exigences introduites dans les marchés de travaux.

Les maladies professionnelles

Elles sont en haussé modérée (+1%) avec +0,4% sur les troubles musculo-squelettiques.Le nombre de maladies d’origine professionnelle prises en charge par l’Assurance Maladie enregistre une très légère hausse en 2019 (+1%), soit 9 nouveaux sinistres reconnus. Les troubles musculo-squelettiques qui représentent 86% des maladies professionnelles augmentent de 0,4% en 2019 soit 3 nouveaux sinistres.Le Languedoc-Roussillon se positionne ainsi parmi les régions avec un des indices de fréquence le plus bas de France.

Un kiné manipulant une patiente souffrant de troubles musculo-squelettiques.

Les affections périarticulaires représentent 76,1% des maladies professionnelles et 77,9% des jours d’arrêt. Leur nombre baisse de 0,4% en 2019 surtout dans le secteur de la chimie (-27%) et dans les activités du bois et du textile (-19%).C’est pour cette raison que le programme « TMS Pros » se poursuit auprès de 250 entreprises ciblées.

Les décès

Il est nécessaire de relativiser également les résultats car 1 décès sur 3 est un malaise, avec une prévention primaire liée au suivi médical et une prévention tertiaire (prise en charge du salarié) qui met en avant les sauveteurs secouristes du travail et les organismes de formation que la branche habilite (Sauveteurs Secouristes du Travail).

Les accidents routiers

La route reste un des risques majeurs au travail, car 1 décès sur 3 est lié à un accident de la route. Les accidents routiers professionnels se répartissent en deux catégories : les accidents de mission et les accidents de trajet. Contrairement à l’année 2018, les accidents liés au risque routier enregistrent une hausse de près de 6,7% en 2019. Les accidents de trajet continuent leur progression (+4,3%) avec une fréquence de 3 accidents pour 1000 salariés.Le risque routier doit être pris dans sa globalité (trajet + mission) pour que le message soit plus lisible.

Un accident de voitures.

La Carsat mène, en partenariat avec la préfecture de l’Hérault et Securider, filiale de la Mutuelle des Motards, une expérimentation sur les deux-roues et deux-roues motorisés, via une formation de 2 heures sur le partage de la route délivrée par Securider et testée auprès de livreurs de la restauration rapide et de responsables d’enseignes.

Cette formation sera proposée à un panel d’entreprises de la restauration rapide en complément d’une sensibilisation destinées aux chefs d’entreprises sur les 4 axes de la prévention du risque routier professionnel (organisation des déplacements, gestion des compétences, suivi des véhicules, protocoles de communication) afin d’inclure le risque routier dans l’évaluation des risques.Cette démarche est menée en coopération avec la Direction nationale des risques professionnels et en concertation avec la Carsat Sud-Est, qui travaille sur la même cible.


• Pierre Mestre (Orchestra) : « Notre offre digitale amortit la casse »

insert orchestra

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.