Météo : la situation hydrologique devient catastrophique sur l'Ouest de l'Hérault, Météo Béziers dresse le bilan

Le mois d'octobre 2021 s'est montré proche des normales de saison, bien pluvieux à l'Est et au contraire, particulièrement sec à l'Ouest.

La situation hydrologique devient catastrophique sur l’Ouest de l’Hérault avec des déficits qui s’accumulent depuis le début de l’été. Météo Béziers dresse le bilan climatique du mois d’octobre.

Bilan sur les températures

La température moyenne du mois atteint +14,9°C soit -0,11°C en dessous des normales de saison. La température minimale moyenne atteint +9,5°C avec comme moyenne minimale la plus basse +5,5°C au Caylar (729 mètres d’altitude) et la plus haute est de +14,0°C à Sète. La température maximale moyenne du mois atteint quant à elle +20,2°C. La valeur moyenne la plus basse est détenue aux Plans (829 m) avec +14,5°C, et la plus élevée par Béziers-Courtade avec +22,4°C. ​

A l’échelle du département, les anomalies sont relativement faibles, quasi-toutes comprises entre -1 et +1°C par rapport à la moyenne mensuelle théorique d’octobre (autour des 15°C). On peut constater grâce à la carte ci-contre que l’atmosphère a été généralement plus douce dans l’intérieur des terres, et plus fraîche que la normale près des littoraux et surtout dans le Montpelliérain.

Bilan sur les précipitations

Les accumulations de précipitations ont été particulièrement contrastées ce mois-ci entre l’Est et l’Ouest de l’Hérault. L’Est et le Nord du département ont connu des précipitations excédentaires, jusqu’à +68% d’excédent à Marsillargues et +58% à Saint-Jean-de-Védas. Le cumul mensuel de précipitations maximal a été relevé aux Plans (829 m), avec 331,3 mm sur tout le mois d’octobre, soit 33% d’excédent par rapport à la normale sur la station. Sur l’ensemble de ces secteurs, les sols, en ce début de mois de novembre, sont saturés. 

La situation est totalement contraire sur l’Ouest de l’Hérault où la sécheresse s’est amplifiée à cause d’un mois d’octobre extrêmement sec. La situation est catastrophique sur le plan hydrologique dans le Biterrois et le Minervois, où les déficits atteignent -70 à -80% en moyenne, et jusqu’à -85% à Béziers-Cap-d’Agde où il n’est tombé que 11,5 mm sur tout le mois. Une station amateure relève seulement 2 mm sur tout le mois à Vias, soit un déficit théorique de -97%…

Faits marquants du mois

Du 2 au 3 octobre, un épisode cévenol classique pour la saison à concerné essentiellement les Cévennes Gardoises, Lozériennes et Ardéchoises, avec un cumul remarquable de 453 mm à Villefort (48) sur la totalité de l’épisode. Le département de l’Hérault était en border-line de l’événement avec des cumuls pluviométriques modérés sur les stations des Cévennes et de l’Esandorgues, où nous avions relevé 105,4 mm aux Plans, 74,6 mm à Moulès-et-Baucels et 71,8 mm au Caylar. Une offensive pluvio-orageuse a débordé jusqu’en plaine en cours de soirée de dimanche, où l’on a relevé 42,4 mm à Marsillargues en l’espace d’une heure. Lors de cet épisode, l’Hérault avait été placé en vigilance jaune “Orages”, “Crues” et  “Pluies-inondations”.

Du 28 octobre au 31 octobre 2021, un nouvel épisode cévenol avec une phase méditerranéenne de longue durée a concerné les départements du Gard, de la Lozère, de l’Ardèche et de l’Hérault. Du fait de sa durée, les cumuls de précipitation ont été conséquents par endroit. On a relevé jusqu’à 201,1 mm aux Plans, 154,4 mm à Saint-Martin-de-Londres et 144,6 mm à Moulès-et-Baucels. Les précipitations ont également concerné les plaines les 30 et 31 octobre, où l’on a relevé 122,4 mm à Saint-Jean-de-Védas, 112 mm à Prades-le-Lez et 104,8 mm à Marsillargues. Notons des cumuls plus ou moins proches des 50 mm sur la majeure partie du département, hormis l’extrême-ouest et le sud-ouest de l’Hérault. Le département de l’Hérault avait alors été placé en vigilance jaune “Orages”, “Pluies-inondations”, “Crues”, “Vent violent” et “Vagues-submersion”. 

meteo bilan octobre 2021
Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires

  1. Le déficit hydrologique constaté est naturel, ce qui ne l’est pas, c’est l’exploitation intensive des nappes phréatiques pour l’agriculture. Les conseils départementaux et régionaux dépensent des sommes folles, de l’argent public, pour soutenir une agriculture intensive artificielle et fragile. Il faudrait une politique plus raisonnable de la gestion des ressources, et une activité agricole mieux inscrite dans notre terroir.

  2. Si le manque de pluie persiste, que faire ? Nous sommes nombreux à n’avoir qu’un simple puits. Il faudrait des moyens énormes pour l’adduction d’eau
    De plus, les puits sont pollués !

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.