MONTBLANC - Inauguration de l’unité de traitement VALOHÉ

Le SICTOM Pézenas-Agde affichait une double ambition : « Faire de nos déchets des…

Le SICTOM Pézenas-Agde affichait une double ambition : « Faire de nos déchets des ressources et traiter les déchets du territoire sur notre territoire ». Avec aujourd’hui sur un même site l’unité de biostabilisation VALOHÉ, l’Installation de Stockage des Déchets Non Dangereux mitoyenne et à venir l’unité de méthanisation, Objectif atteint pour le SICTOM !

 

«  Le SICTOM, avec sa Société Publique Locale OEKOMED, construit et met en service VALOHÉ, équipement d’envergure pour traiter nos déchets sur notre territoire.

A Montblanc, 45 000 tonnes/an d’ordures ménagères vont être traitées par biostabilisation, au meilleur coût économique et environnemental, les déchets ultimes étant gérés sur ce même lieu par notre partenaire PAPREC.

Ce site exemplaire en termes d’intégration environnementale, de protection des riverains, de conditions de travail et de partenariats innovants est le fruit de la volonté des élus et services du SICTOM.

Il sera complété à horizon 2023 par une unité de méthanisation qui valorisera nos biodéchets dont la collecte se déploie progressivement sur toutes les communes du SICTOM.

Au sein d’OEKOMED, 7 collectivités * se regroupent pour créer à Saint Thibéry un centre de tri nouvelle génération et recycler tous les emballages de plus de 600 000 habitants.

Nos différents flux seront ainsi traités dans les unités maillant l’Ouest Hérault,conformément au Plan Régional de Prévention et de Gestion des Déchets, avec l’implication croissante de nos habitants qui fait de la valorisation de nos déchets un enjeu majeur ! « 

Le Président du SICTOM Pézenas-Agde et de la Société Publique Locale OEKOMED

 

Pourquoi VALOHÉ ?

VALOHÉ traite les ordures ménagères résiduelles du SICTOM Pézenas-Agde. Elles sont préalablement triées pour extraire ce qui peut être valorisé : l’acier/aluminium, puis le papier/carton. La partie restante est alors stabilisée pour la réduire au maximum avant la mise en stockage dans l’ISDND* mitoyen de PAPREC.

L’objectif étant de réduire la mise en stockage de 50 %.

VALOHÉ permet au SICTOM de traiter les déchets du territoire sur le territoire, en les valorisant conformément aux principes d’économie circulaire.

VALOHÉ vient renforcer le maillage des équipements structurants de l’Ouest-Hérault.

La maîtrise publique permet, avec une vision à terme, un meilleur contrôle des coûts et le maintien de l’emploi sur nos bassins.

Nos déchets deviendront énergie et ressources :

L’unité de biostabilisation, aujourd’hui mis en service à VALOHÉ, sera complétée à horizon 2023 par une unité de méthanisation qui traitera les biodéchets dont la collecte se déploie actuellement sur les 58 communes du SICTOM, le tri à la source des biodéchets permettant de diminuer de 48% le volume d’ordures ménagères résiduelles à mettre en stockage.

A l’inverse de la biostabilisation qui a oxygéné puis séché pour stabiliser, la méthanisation​​​​​​​ consiste à humidifier en atmosphère sans oxygène la matière organique issue des biodéchets.

Une partie de cette matière devient du biogaz, injecté sur le réseau GRDF, qui alimente une station GNV (Gaz Naturel pour Véhicule) installée à Pézenas à destination de nouveaux véhicules de collecte du SICTOM. L’autre partie produit du compost à destination de l’agriculture pour un retour au sol local.

 

VALOHÉ en chiffres

. Coût (sans l’achat des terrains) : 11,5 millions € HT

. Constructeur : AR-VAL est le mandataire du groupement d’entreprises qui a assuré la conception, la construction et la mise en service de VALOHÉ. Co-traitants : Bureaux d’études et cabinets d’architectes BBJ, ESCAMEZ et GIRUS. Sous-traitants principaux : EIFFAGE et OLACIA

. Gestion : Société Publique Locale OEKOMED

. Emploi : 6 personnes en CDI. L’équipe, constituée autour du directeur d’exploitation, d’1 responsable maintenance et exploitation, 2 conducteurs d’engins et 2 agents d’entretien. Elle est renforcée en saison estivale en raison des pics d’activité qui caractérisent notre territoire.

 

VALOHÉ, équipement dernière génération

La prise en compte et le respect des contraintes environnementales est un des points forts de VALOHÉ. L’autorisation d’exploitation délivrée à VALOHÉ impose des contrôles constants, menés par des organismes externes et indépendants, agréés par les services de l’Etat.

VALOHÉ, en tant qu’ICPE (Installation Classée pour la Protection de l’Environnement), répond à une règlementation très stricte de bonne gestion des rejets liquides et atmosphériques, et des déchets.

– L’insertion paysagère, une priorité : L’impact visuel de l’unité de traitement qui s’adosse à la colline, protégée d’une ceinture arborée, est réduit au maximum.

– Un système de gestion des odeurs par biofiltre : L’air intérieur est aspiré par un système capable de traiter 95 000 m3/h. Les substances malodorantes sont transformées en composés inodores, la nuisance olfactive extérieure est ainsi maîtrisée.

– Un système anti-feu autonome : la protection incendie par sprinkleur s’est largement imposée comme référence de la protection incendie.

VALOHÉ dispose d’une réserve d’eau disponible de 600 m3 et d’une alimentation électrique autonome en cas de panne du réseau. L’installation est composée de plusieurs postes de contrôles, de canalisations et de têtes sprinkleurs.

– Pas d’écoulement des lixiviats : A VALOHÉ, les liquides sont stabilisés au sein des tunnels sur dalles étanches, répondant aux exigences croissantes des normes de rejet.

– Pas de nuisance sonore à l’extérieur : VALOHÉ est située à plus de 200 mètres des premières habitations, avec la maîtrise foncière d’une bande végétalisée de 200 mètres autour de l’installation. Par son éloignement, l’unité en fonctionnement ne créée pas de nuisance sonore pour les riverains.

 

Caractéristiques techniques

Capacité de traitement : de 45 000 à 60 000 tonnes/an soit 27 tonnes/heure

Process :

. Dépotage sur dalle étanche

. Alimentation d’un broyeur au grappin

. Alimentation d’un trommel pour séparation en 2 fractions : inférieur/supérieur à 80 mm

. Séparation des papiers/cartons et plastiques par tri optique

. Séparation des métaux non ferreux par courant de Foucault

. Séparation des métaux ferreux par overband

. Séparation des éléments lourds par table densimétrique​​​​​​​ (cailloux, verre)

. Valorisation par les filiales spécialisées des éléments recyclables retriés

. Stabilisation des déchets résiduels pendant 28 jours au sein des tunnels

. Mise en stockage de la quantité ainsi diminuée de déchets à l’ISDND PAPREC mitoyen

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.