Montpellier : des arrêts de bus végétalisés, la fraîcheur au rendez-vous

Reportage

Les arrêts "Pont Juvénal" et "Eurêka" vont servir d'expérimentation pendant les 2 années à venir avec un tout nouveau modèle d'arrêts de bus rafraîchissants.

© Camille Machefer-Figueras

Mercredi 15 juin, des modèles innovants d’arrêts de bus végétalisés ont été présentés à la presse en présence de Julie Frêche, vice-présidente de Montpellier Méditerranée Métropole déléguée aux Mobilités, Laurent Nison, président de TaM, Laurent Senigout, directeur général de TaM, et Edouard Henaut, directeur général France de Transdev. Du 15 juin au 1er juillet, les plus curieux pourront se rendre sur le parvis de la Ville afin de se faire leur propre avis sur ces nouveaux équipements.

La hausse des températures liée au changement climatique se fait ressentir. Proposer des transports moins émetteurs de CO2 est un enjeu. 83 % des trajets quotidiens sont réalisés en voiture et 11 % en transports en commun. Il existe donc une grande marge de progression pour faire adopter de façon plus large les transports en commun, réel levier pour l’environnement.

Améliorer le confort des usagers

Ces arrêts de bus ont pour objectif de miser sur le confort, notamment lors du moment d’attente. En effet, si les usagers attendent debout, le ressenti de ce moment est multiplié par 1,5. La qualité des matériaux et le positionnement des arrêts ne doivent pas être laissés au hasard. Le confort physique des bancs des arrêts, l’ombre et la ventilation ont été pensés afin d’offrir une expérience agréable aux voyageurs. Le choix de la végétalisation et des matériaux low-tech apporte un environnement apaisant aux usagers. De plus, le mobilier encourage un moment de partage et d’échange.

Un voyage dans le temps

Tel un voyage dans le temps, avec des techniques et matériaux quasi-ancestraux, ces nouveaux arrêts vont rafraîchir les Montpelliérains. Ils sont fabriqués à partir de bois, de terre et de matériaux naturels qui sont facilement disponibles sur le territoire. De plus, ils s’adaptent à l’espace public et aux différents arrêts déjà existants.

Trois types d’arrêts sont proposés. L’arrêt autonome ne nécessite pas une fixation dans le sol. Il contient une paroi froide permettant une ventilation optimale. Les toits en plastique, constitués de déchets transformés, offrent une place à l’ombre. Inspiré par une architecture persane traditionnelle, le modèle La tour de Badguir est proche du principe des tours à vent. À l’intérieur de la tour, l’air est chauffé, ce qui déclenche une aspiration d’air froid en bas de celle-ci. Le modèle Le poteau et sa seconde peau, arrêt végétalisé avec une structure en bois, s’appuie sur un poteau de bus traditionnel. Les usagers peuvent s’asseoir sur une assise constituée de terre et un dossier apportant de la fraicheur. Les plantes qui habillent les arrêts sont adaptées au climat de la ville. Ainsi, passiflore, jasmin étoilé et bignone parfument les lieux. 

Ces modèles rafraîchissants ont pour objectif d’être déployés à grande échelle. L’agence d’innovation Proofmakers réalisera un recueil des données pendant l’exposition puis durant les deux années à venir. Des capteurs sont disposés sur les mobiliers dans des endroits stratégiques afin d’obtenir un grand nombre de données précises, notamment sur les variations de température, les échanges d’air. Une station météo permettra d’analyser ces données.

bus terra 3
“La tour de Badguir” ©Camille Machefer-Figueras
bus terra 2
“L’arrêt autonome” ©Camille Machefer-Figueras
bus terra
“Le poteau et sa seconde peau” ©Camille Machefer-Figueras

Lemon, accroître l’attractivité du réseau TaM

Lemon est un laboratoire de recherche de solutions afin de répondre à une mobilité durable. Avec Transdev, il propose des solutions pour la mobilité de demain. À l’écoute des besoins des Montpelliérains, il met en place des périodes d’expérimentation à l’échelle de deux arrêts de tram ici, mais aussi au niveau d’un quartier, d’une ville et d’une agglomération. 

Le laboratoire Lemon a pour objectif d’accroître l’attractivité du réseau montpelliérain TaM. La création d’un tchatbot permet de guider les usagers sur le site en ligne TaM, 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Un QR code disponible sur les arrêts concernés par ces nouveaux modèles permettra aux passagers de partager leur expérience au sujet de ces arrêts de bus futuristes.

Un enjeu de transition écologique

Ces arrêts futuristes ont été imaginés et mis au jour par EntreAutre, des dizaines d’artisans et des ingénieurs locaux. La Ville a mis en place différents moyens respectueux de l’environnement afin de lutter contre le réchauffement climatique. Déploiement de la gratuité des transports et promotion du vélo sont autant de propositions qui s’inscrivent dans “la stratégie mobilités 2025”.

“Plus on multipliera les alternatives à la voiture individuelle , plus on apaisera les cœurs des villes et villages de la métropole.”

Julie Frêche

Sensibilisation à l’environnement

Lors des quinze jours de présentation de ces arrêts de bus innovants sur le parvis de l’hôtel de ville, les enfants et les adultes seront sensibilisés au monde qui les entoure. Les scolaires ont accès à des ateliers sur place pendant le mois de juin. Le changement climatique, la santé en lien avec l’environnement, la biodiversité du territoire et les services écosystémiques n’auront plus de secrets pour eux.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

 

logo hje

 

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.