Montpellier, Tropisme : une expo consacrée aux affiches de cinéma du Gardois Yves Thos

Le Gardois Yves Thos a signé les affiches de nombreux films comme "La Dolce vita" de Fellini, "On a volé la cuisse de Jupiter" d'Audiard ou encore "Spartacus" de Stanley Kubrick. La Halle Tropisme dédie une exposition à ses affiches, qui appartiennent désormais à l'imaginaire collectif des cinéphiles.

Cette exposition a pour objectif de montrer l’importance de l’œuvre d’Yves Thos dans l’iconographie cinématographique. Le public est amené à découvrir son travail au travers de quarante-trois de ses affiches – issues principalement des collections de la ciné­mathèque de Perpignan – et d’un livre intitulé comme l’exposition, Yves Thos, affichiste de cinéma.

Yves Thos, un parcours singulier

Né en 1935, décédé en 2020, Yves Thos est considéré comme l’un des derniers grands affichistes classiques. Issu d’une famille modeste, il a débuté son apprentissage en 1949, préparant les calicots sur lesquels les illustrateurs che­vronnés peignaient les très grandes affiches qui ornaient à l’époque la devanture des salles. Il s’est formé en regardant ses aînés travailler. Il lui a fallu attendre trois années avant d’être autorisé à peindre sa première toile, et au moins autant de temps avant de pouvoir réaliser sa première affiche papier, en 1955.

Des affiches restées célèbres

Au cours de sa carrière, du milieu des années 50 au milieu des années 80, il a réalisé une centaine d’affiches réalistes pour des films aussi divers que Mister Dynamite de Chakie Chan, Louisiane de Philippe de Broca, Les Titans, Spartacus de Kubrick, Le Confident de ces dames avec Fernandel, La Loi avec Gina Lollobrigida, Cartouche, Le Capitan avec Jean Marais, Les Tribulations d’un Chinois en Chine avec Jean-Paul Belmondo et Ursula Andress…

Yves Thos fut d’ailleurs l’auteur de nombreuses affiches mettant en scène l’acteur Jean-Paul Belmondo, selon les commissaires de l’exposition, Guillaume Boulanger (maître de conférences en études cinématographiques et audiovisuelles) et Christian Rolot (professeur émérite en études cinématographiques et audiovisuelles).

Technique

Les affichistes s’inspiraient souvent de photographies de tournages pour composer les affiches de cinéma, créant parfois de véritables mythes, glorifiant des acteurs et des starlettes. Bravoure, sensualité, humour, bagarre étaient mis en scène le temps d’une affiche résumant à elle seule le film ou l’une de ses scènes principales. “Un travail d’interprétation et d’évocation”, selon les commissaires de l’exposition.

La fin d’un système

Lorsque la photographie se démocratisa, elle prit vite la place de l’illustration pour la création d’affiches de cinéma. La photo était en effet plus réaliste. Les affichistes perdirent alors leur monopole au détriment des photographes.

Découvrez en vidéo cette exposition telle qu’elle était précédemment présentée à la bibliothèque du Carré d’Art de Nîmes : https://www.youtube.com/watch?v=jyC0TPC-38U&t=2s

Infos pratiques

Halle Tropisme – 121, rue Fontcouverte – 34000 Montpellier.
L’exposition est visible jusqu’au 29 août, du mercredi au samedi de 16h00 à 20h00.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.