Port de Sète : le choix écologique de Cem’In’Log pour son trafic de clinker

Le cimentier Cem’In’Eu a importé l’an dernier 130.000 tonnes de clinker à Sète, en provenance de différents pays du pourtour méditerranéen – Turquie et Espagne notamment. Originalité : depuis le port héraultais, il alimente ses cimenteries par voies ferroviaire et fluviale, par souci écologique.

Une chaîne logistique vertueuse sur le plan environnemental pour le trafic de clinker du port de Sète. Une fois réceptionné, ce constituant du ciment, qui résulte de la cuisson d’un mélange composé d’environ 80 % de calcaire, est en effet acheminé par voie ferroviaire vers Tonneins (trois trains par semaine, opérés par RegioRail), dans le Lot-et-Garonne, et par voies ferroviaire et fluviale vers Portes-lès-Valence, dans la Drôme, où sont situées les deux cimenteries du groupe. « Cette dimension multimodale du projet est intéressante. Le business model se veut le plus écologique possible, sans recours au transport routier », explique Jean-Yves Apard, directeur général de Cem’In’Log (Sète), une société détenue à parts égales par Cem’In’Eu et Sogena, et en charge des opérations logistiques du cimentier.

L’opérateur a construit sur le port de Sète un premier entrepôt de 5.500 m2, d’une capacité de stockage de 22 000 tonnes. Un 2e entrepôt, d’une surface équivalente, va être bâti d’ici à la fin de l’année, pour un investissement de 5 millions d’euros. Le financement est en train d’être bouclé avec le Crédit Maritime, Bpifrance et la Société générale.

66 Conteneurs

De 3 à 5 trains par semaine

Cem’In’Log vise 400.000 tonnes annuelles de clinker sur le port de Sète. « On va doubler, en un an, les cadences d’entrée. Les bateaux vont passer de 15.000 à 45.000 tonnes par déchargement, et les cadences de sortie de 3 trains à 5 trains par semaine. » Cem’In’Log, nouvellement créé à Sète, emploie 6 collaborateurs (conducteurs d’engins et techniciens). La gestion administrative, comptable et financière est assurée au Havre par Sogena.

Autre actualité à Sète 

Saipol (transformation de graines de tournesol et de colza pour la production d’huiles raffinées), dont le site est menacé de fermeture, compte un nouveau directeur, en la personne de Yann Mayer, en remplacement de Patrick Merieau. Saipol emploie 85 salariés et pèse plus de 20 % du trafic du port de Sète, avec 880.000 tonnes en 2020 : graines, biodiesel, tourteaux riches en protéines, huiles et glycérine.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.