Port de Sète Sud de France : des projets malgré la mauvaise nouvelle Saipol

Le conseil d’administration de l'infrastructure portuaire a fait l’objet d’un débat d’orientation budgétaire pour l’année 2018. A la mauvaise nouvelle du groupe Saipol - arrêt de l'activité pendant plusieurs mois - ont répondu plusieurs projets visant à conforter l'activité du port sétois. Mais l’impact négatif de Saipol sur Port Sud de France va amputer de 20 % le CA du port de commerce.

Présidé par Jean-Claude Gayssot, le conseil d’administration de l’infrastructure portuaire a fait l’objet d’un débat d’orientation budgétaire pour l’année 2018. Il a intégré le risque de baisse d’activité liée à la situation de Saipol (voir ci-dessous). Cette baisse ne peut en effet être compensée totalement par les projets de développement présentés lors de ce conseil. Le conseil d’administration a souhaité maintenir les investissements productifs, malgré cette situation. Ces investissements concernent une nouvelle grue mobile et l’électrification du quai d’Alger. Ceci pour permettre la réception de l’activité yachting.

Il a ainsi invité le directeur général à poursuivre sa stratégie de diversification des recettes de Port Sud de France. Ce qui permettrait de se préserver, à terme, des impacts économiques et financiers du ralentissement de certaines filières du port. Il s’agit de conforter les filières existantes et de confirmer les développements sur le conteneur et le trafic de fruits et légumes. Ou encore de la croisière et l’ouverture vers de nouvelles activités comme le yachting. Il faut en outre trouver des synergies de développement entre les filières. A l’image du yachting qui, en plus d’avoir un impact sur l’image touristique, a une incidence sur le carénage. L’acquisition d’un élévateur de grande dimension est programmée en complément du nouvel élévateur 20 tonnes.

Du côté de l’organisation portuaire, plusieurs sujets sensibles ont été abordés avec les instances ministérielles. Il s’agit notamment de la mise en chômage partiel du site Saipol et de la nécessité du renforcement des équipes de la Police Aux Frontières pour accompagner le port dans son développement ferry. Ou encore de la sous-représentation des ports décentralisés au niveau national. Et l’accompagnement d’Escale à Sète pour la réception d’un navire italien de la Marine Nationale.

Activités à l’arrêt entre février et juillet pour Saipol

La commission de l’Union européenne a décidé de lever les taxes antidumping sur les importations de biodiesel argentin. Dans la foulée, la direction du groupe Saipol a décidé des réductions d’activité sur tous ses sites français. Cela concerne Grand-Couronne (76), Dieppe (76), Le Mério (10), Lezoux (63), Bassens (33), Montoir-de Bretagne (44). Ainsi que la fermeture du site de Sète du mois de février au mois de juillet 2018.

L’impact de Saipol sur Port Sud de France s’élève à 20 % du chiffre d’affaires du port de commerce. Les interventions en cours des organisations professionnelles agricoles et des syndicats auprès des parlementaires français et européens, ainsi qu’auprès des ministres et de la présidence de la République, ont pour but d’obtenir des mesures de protection de la filière européenne biodiesel. La présidente de Région Carole DELGA doit rencontrer dans les prochains jours le président du groupe Saipol.

Des avancées pour les docks sétois

• P&O conteneurs

Plusieurs dossiers semblent évoluer favorablement, dont celui de P&O conteneurs. Deux étapes importantes ont été franchies dans ce projet d’implantation. La signature du contrat de 3 ans au siège de DP WORLD P&O (lire l’article) à Dubaï au mois de juillet 2017. Ce projet s’inscrit dans la continuité du contrat d’exploitation du terminal frigorifique signé avec CONHEXA en mai de cette même année à Sète. Les deux projets en termes de trafic sont totalement liés. L’objectif de démarrage de ces deux trafics est fixé au début d’année 2018. La visite au port du PDG de DP World, Sultan Ahmed Bin Sulayem, le 5 octobre dernier, en présence de la présidente de Région, de l’ensemble de la communauté portuaire, et des chargeurs (dont le PDG d’ORCHESTRA), en est un bon préambule.

L’appel au « patriotisme régional »

La relance de l’activité conteneurs a été anticipée avec l’appel au « patriotisme régional ». L’objectif est de sensibiliser les gros chargeurs régionaux – à l’instar du groupe Fabre – qui utilisent actuellement Marseille et Barcelone pour l’expédition ou la réception de leurs conteneurs, à l’intermodalité fer-mer-routage proposée par le port de Sète.

Ferry vers le Maroc : demande au préfet

Port Sud de France est intervenu auprès du préfet de Montpellier, donc indirectement auprès du ministre de l’Intérieur, pour demander le renforcement des équipes de la Police Aux Frontières, en vue du développement du trafic sur le Maroc. Ce renforcement, notamment de nuit, permettrait ainsi de passer de 120 à 175 escales par an. Il s’agit d’une condition indispensable au développement du trafic passager à Sète.

Développement de la croisière

La CCI de l’Hérault a confirmé son engagement dans cette filière, avec le déblocage d’un budget de 100.000€ sur 3 ans, dont 50.000€ dès la première année. NB : le budget actuel du Club des Croisières est de 100.000€ par an. Les statuts du Club des croisières seront révisés lors de sa prochaine assemblée générale, fin novembre, afin d’intégrer une plus grande participation de la CCI de l’Hérault et du CRT. Il s’agit d’adapter le fonctionnement du Club face à ses nouveaux objectifs.

Par ailleurs, Pullmanatur a confirmé la poursuite de son engagement à faire escale au port de Sète pour 35 escales sur 2018 et sur 2019, permettant d’atteindre les 120.000 passagers annuels contre 40.000 en 2017 et 25.000 en 2016.

Projet Méga Yachts

La direction de Port Sud de France s’est entretenue également au Monaco Yacht Show avec le lauréat de l’appel à projets, le consortium P&O IGY. 4 M€ seront investis par l’opérateur pour le développement de l’accueil de méga yacht à Sète (lire l’article), avec une capacité de réception de 12 bateaux simultanément. L’objectif est d’optimiser l’utilisation des quais d’Alger et du Maroc, tout en tenant compte des contraintes environnementales, de sûreté portuaire. Il s’agit aussi de créer une nouvelle activité économique : cela représente environ 200 salariés permanents.

L’objectif est ainsi de recevoir dans de bonnes conditions les compagnies de gestion et leurs équipages, et de faire bénéficier les autres filières de ce nouvel impact, tel que l’achat d’un élévateur à bateaux de grande dimension pour l’aire de carénage du port de pêche, le développement de l’aire d’avitaillement en carburant, etc.

Escale à Sète

Lors de la conférence de presse à la Maison de la Mer le 15 septembre dernier, la Région et Port Sud de France ont confirmé leur engagement dans cette grande fête maritime populaire.

Financement du Seamen’s Club

Port Sud de France est intervenu pour accompagner le Seamen’s Club dans le financement de ce centre d’accueil des marins, dont le maintien des contrats aidés.

HJEWDesk / Daniel Croci

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.